Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 19:54

 

lac-gialorgues-4.jpg A 116 km de Nice et culminant jusqu'à plus de 2800 mètres, le col de la Bonette vous garantit un voyage au bout du monde. La route vous emmènera face aux massifs des Ecrins avec ses glaciers et ses sommets mythiques comme le Pelvoux (3 946 mètres), l'Aile Froide (3 928 mètres), le mont Viso (3 843 mètres)...la Bonette est situé au cœur du Parc national du Mercantour et relie la vallée de la Tinée dans les Alpes Maritimes à celle de l’Ubaye dans les Alpes-de-Haute-Provence par le col du restefond.

8eme-albums-0007.JPG8eme-albums-0010.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint Etienne de Tinée(06) on peut voir les armoiries des etats de Savoie 

 

 La route mythique de la Bonette que tout motard doit emprunter une fois dans sa vie est souvent présentée comme "la plus haute route d'Europe". La route asphaltée s'élève à 2802 mètres, ce qui en fait la plus haute route goudronnée de France. Une partie de cette route, entre Jausiers (04) et Saint-Etienne-de-Tinée (06), traverse le Parc national du Mercantour, un magnifique espace protégé de 68.000 hectares.

La route de la Bonette, qui permet la liaison directe entre Nice et Barcelonnette, n’était autrefois qu'un chemin muletier. Cette voie stratégique exploitée et entretenue par l’armée, a été élargie dès 1832, puis classée "route impériale" par Napoléon III, le 18 août 1860.

8eme-albums-0220.JPG8eme-albums-0051.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le tracé définitif a été réalisé en 1960 et la route actuelle a été achevée en 1964. Elle a subi depuis de nombreux aménagements.  Le Tour de France est passé quatre fois par le col de la Bonette (classé hors normes) au cours de son histoire, en 1962, 1964, 1993 et 2008. Avec ses 2802 mètres d’altitude, cette route constitue le record d'altitude de la Grande Boucle ! Quotidiennement, un millier d’automobilistes et de motards s’offrent le plaisir de l’ascension, l’ivresse de l’altitude. Des dizaines de cyclistes, à la limite de leurs forces, y rejouent les exploits de Bahamontes dans les années 1960, ou de Millar dans les années 1980, triomphants ici sur le Tour de France.

8eme-albums-0074-copie-1.JPGChacun cherche à vaincre la montagne. Tous en redescendent plus humbles, motards, cyclistes ou automobilistes avec le sentiment d’avoir réalisé un parcours magique, une performance au delà du réel…. L’immensité silencieuse, plongés dans des pensées profondes. A cet endroit, nous pouvons facilement en conclure que nous ne sommes qu'un minuscule grain de poussière perdu dans l'Univers. J'ai fait le  col du Tizi Tichka et celui du Tizi n- Test dans le haut Atlas Marocain, j'ai parcouru le Grossglockner en Autriche  jusqu'au glacier toujours  en Harley Davidson , et je peux vous dire que ce n'est rien comparé à celui ci. Seul peut-etre mon itineraire dans les montagnes rocheuses en 99 aux USA est peut etre plus impréssionnant.
La route du col  est le plus court chemin entre la Côte d’Azur et les grandes Alpes. Elle relie Nice à Barcelonnette en 150 km. Ce parcours traverse de somptueux paysages de haute montagne et permet de rallier, en voiture ou en moto, les alpages surplombés de cimes culminant à plus de 3000 m d’altitude des Alpes Maritimes jusqu'a la mer méditerranée.

8eme-albums-0075.JPGAu sommet, la vue est grandiose par temps clair, avec une très belle vue sur les Alpes du Nord et le Mont Viso en Italie. Tous les ans, le pèlerinage de Notre Dame du Très Haut se déroule à la fin du mois de juillet ou pèlerins Niçois et Piémontais se réunissent. A son sommet se dresse un menhir sur lequel est fixée une plaque commémorative retraçant les grandes dates de l’histoire de la route mythique.

8eme-albums-0100-copie-1.JPGLa chaussée de la bonette nécessite de la prudence et de la concentration, Mais, elle figera à jamais le souvenir d'un monde merveilleux. La haut, la minéralité des versants, le dispute aux panoramas exceptionnels. Un col grand spectacle. Il faut reconnaitre que sur ces pentes vertigineuses, rien n'est anodin. Les perspectives rocheuses sont infinies et digne de l'Indu Kuch Afghan. L'oxygène, raréfié, transforme les moteurs en mécaniques poussives. Quand au climat, il est capricieux, capable de surprendre en plein été le touriste par une averse de neige. Tous ceux qui veulent faire cette route doivent se renseigner à la météo avant leur départ. Les orages sont d'une rare violence comme vous ne pouvez l'imaginer, comme pour le vent qui peut balayer une moto de 400 kilos comme si c’était une plume d’aigle.

8eme-albums-0117.JPGDans mes souvenirs de motards, le passage de ce col reste l'un des plus terribles que j'ai pu subir avec mes potes. Le col est d'ailleurs fermé à la circulation sept mois sur douze. Quand aux anecdotes concernant le col, elles sont légions. Lors du déneigement, il est arrivé de retrouver des carcasses de voitures, abandonnées par leurs propriétaires qui avaient tenté de franchir le col pendant sa fermeture. Une autre fois, ce sont des motards, surpris en automne par une chute de neige au camp des fourches, lors d'un bivouac. Au petit matin un mètre de poudreuse recouvrait les motos.

8eme-albums-0122-copie-1.JPGLa bonnette accueille l'une des faunes les plus denses de toutes les Alpes Françaises. Cette zone du parc du Mercantour est l'une des seules ou l'on peut trouver la quasi totalité des espèces d'ongulés vivant en montagne: Chamois, Bouquetins, Mouflons, Cerfs, Chevreuil. C'est aussi le terrain favori du Gypaète barbu et de l'Aigle Royal. De partout, on voit des marmottes qui s’avèrent difficile à prendre en photo car elles ont vite fait de rentrer dans leurs terriers les bougresses !

8eme-albums-0130.JPGAu pied de la Bonette, le village de Saint Dalmas de Selvage aux paysages variés (prairies fleuries, forêts de mélèzes, d'épicéas, alpages et montagnes rocheuses) est le plus haut du département des Alpes-Maritimes (1 347-2 916 m). Le hameau de Bousiéyas quand à lui est le plus haut du département des Alpes-Maritimes (1 960 m), il tire son nom du verbe Niçois « bousihar » qui signifie « souffler en tempête «  On y trouve onze maisons, un vieil hôtel et un gîte d'étape. Je m’arrête un instant au « Camp des Fourches »  un ancien village militaire abandonné depuis l’entre-deux-guerres. À la différence des ouvrages de défense, le Camp des Fourches (situé à 2 300 m d'altitude) était réservé à l'hébergement des troupes. Sa construction a été achevée en 1896. Composé de 26 baraquements construits en dur, il pouvait abriter jusqu'à 800 hommes.

8eme-albums-0138.JPGTout était prévu pour une autonomie totale : capitainerie, sanitaires, four à pain, cuisines, écuries pour les mulets, réseaux d'assainissement et même un téléphérique, relié au hameau du Pra, assurant le ravitaillement ou l'évacuation des blessés. L'hiver, par contre, seule une section d'éclaireurs-skieurs d’une quarantaine d'hommes y habitait. Les hommes y vivaient en autarcie complète et certains profitaient de leur temps libre pour peindre d'amusantes fresques murales dont quelques-unes sont encore visibles dans l'extrémité Ouest du camp.
Je redescends par le col de la Moutière, la route n’est pas goudronnée pendant une dizaine de kilomètres, quelques passages sont difficiles pour les 400 kilos de la moto dont quelques cuvettes pour le passage de petit torrents en hiver, mais quel spectacle ! Quelle immensité au milieu du silence. 

8eme-albums-0146.JPGJe croise souvent des marmottes, toujours impossible de les photographier, alors je me rabats sur les troupeaux de moutons, chèvres et même de vaches qui broutent ces hauts alpages. Ici pas de Loup. Celui-ci ne se risque pas à venir car le terrain est trop à découvert et il préfère les zones plus forestières.
Les fortifications de frontières sont nombreuses à cet endroit et il n’est pas rare de voir des casemates ou des blockhaus qui témoignent des conflits et des luttes d’influence qu’a pu subir le comté niçois. Sur mon passage l’ouvrage de la Moutière est un ouvrage fortifié d’infanterie de la Ligne Maginot des Alpes situé à 2 440 m d'altitude qui me permet de visiter l’intérieur, celui-ci est ouvert aux quatre vents et malheureusement aux tagueurs  (diaporama)…

 8eme-albums-0197.JPGJ’ai tout de même bien roulé dans ce chemin, alors je me décide à gravir le col de la Lombarde par la route d’Isola 2000, la grande station de ski de la Cote d’Azur avec celle d’Auron et Valberg. Je fais de nouveau une halte  à Saint Dalmas le Selvage pour un casse croute avec terrine et fromage du terroir. Le cadre authentique et serein attire la promenade. Il est fort agréable de déambuler dans ces ruelles aux pavés d’époque et découvrir les façades biscornues des vieilles maisons qui datent pour certaines de la fin du 17e siècle.

8eme-albums-0059-copie-1.JPGLes toits sont très pentus et recouverts de bardeaux de mélèze. Beaucoup de granges typique du haut pays qui se composent d’une base en pierre sèche et d’un fenil couvert d’une toiture en chaume de seigle ou bien par du bardeau de lauzes. Je rencontre Mr le Maire qui me donne la clé de l’église avec sa tour Lombarde pour aller la visiter en échange de ma carte d’identité Nissarte. Et oui ! Je possède une carte d’identité Niçoise. Nous sommes déjà plus de 5000 à la posséder.

8eme-albums-0201.JPGÀ l’intérieur, deux triptyques signés par des primitifs niçois dans un esprit très baroque. Je repards en direction d’Isola et son magnifique clocher roman du XIIe siècle puis, j’emprunte la route qui mène au col de la Lombarde.
Le col de la Lombarde est un col-frontière alpin reliant la vallée de la Tinée  dans le Comté de Nice  à la vallée de la Stura di Demonte, au Piémont  Italien. Avec une altitude de 2 351 mètres, ce col surplombe la station d'Isola 2000. Il est situé entre la cime de la Lombarde (2 800 m) et la Tête de l'Adrech (2 475 m). Le paysage se fait aride, la végétation rare, ca tourne, ça tourne même beaucoup avant d’arriver au terme de ce col.  La récompense est de nouveau grandiose une fois arrivée au sommet.

8eme-albums-0262.JPGLa vue sur de petits lacs et le sanctuaire de Santa Anna est magnifique, l’immensité totale...Dommage le ciel commence à se voilé. Le sanctuaire de Santa-Anna est le plus haut d'Europe. C'est non loin d'ici, que Sainte-Anne serait apparue à une jeune bergère de Vinadio. Je dois faire demi-tour car la route continue sur la province de Cuneo dans le Piémont Italien et il faudrait que je passe par le col de tenda pour revenir sur Nice. Un itinéraire bien trop long …. J’ai déjà 250 kilomètres au compteur et il m’en faut encore 110 pour être de retour à Grasse dont 90  de lacets et de montagne. De toute manière le ciel s’assombrit et le temps se gâte.

8eme-albums-0298.JPGEncore une fois impossible de faire confiance à la météo qui avait annoncé un temps splendide même en montagne. Si le matin pour le col de la bonette le soleil était au rendez vous, ce ne fut pas le cas ensuite pour faire la Lombarde. Dommage car le reflet des petits lacs avec le ciel d’azur aurait été magnifique comme celui de Vens le matin.
J’arrive enfin à la maison vers  18H, ici il fait encore 34°. Alors que la haut ,il faisait à peine une quinzaine de degré. Quel contraste entre le littoral et le haut pays dans ce département . Je suis KO mais j’en ai pris plein les yeux… un seul mot  peut-être ! Sublime.

 

DIAPORAMA DE L'EXTRAORDINAIRE BALADE

Partager cet article

Repost 0
free - dans ALPES MARITIMES