Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 19:43

Le voyage arrive à son terme et nous devons prendre le bateau à 18H ce qui nous laisse le temps d’accomplir une ultime balade. On prend la route du cap Spartel, tout le long de la corniche, le paysage est superbe. Les eaux de la Méditerranée  et celles de l’atlantique se mélangent, c’est le seul endroit d’Afrique ou l’on se baigne le matin  dans la Méditerranée et le soir dans l’atlantique, c’est magique !
La mythologie de Tanger est un chapitre riche et plaisant de son "histoire". Ce point si particulier de l'ensemble méditerranéen, à la porte de l'océan inconnu, a nourri l'imaginaire de tous les peuples de la mare nostrum (Mer Méditerranée). La mer Méditerranée à cette époque était considéré comme le centre du monde.
2 caps montagneux marquent l'entrée du détroit de Gibraltar côté Méditerranée : le mont Calpé (rocher de Gibraltar) et le rocher Abyla (Ceuta). La légende veut que ce soit Hercule, le héros de la mythologie latine, qui soit à l'origine de ces "colonnes" après avoir creusé le détroit qui unit l'Atlantique à la Méditerranée et sépare l'Europe de l'Afrique.
Tanger et sa région ont également été cités comme un des sites des exploits d'Ulysse, le célèbre héros du poème d'Homère, l'Odyssée. Les grottes d'Hercule auraient été alors celle du cyclope Polyphème, fils de Poséidon qui sera éborgné par Ulysse.
Situées à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Tanger sur la route menant au Cap Spartel, les grottes d'Hercule constituaient une attraction très prisée des Tangérois et des touristes de passage.























Il s'agit d'une série de cavernes en partie naturelles, vieilles de 5000 ans avant J.C., dans lesquelles l'océan pénètre à marée haute et dont l'ouverture représente la forme du continent africain.
Les Grottes d’Hercule, l’un des plus anciens vestiges de la région nord du Maroc, court le risque de sombrer en mer. Ces grottes sont actuellement dans un état de délabrement avancé. Le dernier incident en date est l’effondrement d’un pan de rocher de la grotte. Incident qui a provoqué la fermeture du site en attendant d’évaluer les dégâts. Cet état est le résultat conjugué des infiltrations de pluies mais aussi des constructions anarchiques qui ont fleuri alentour.
 En effet, en terrasse (qui sert de plafond à la grotte), ont pris place au fil des ans nombre de constructions anarchiques : cafés et boutiques de souvenirs. Comment ce lieu magique que j’avais visité il y a 20 ans de cela, a pu devenir un endroit aussi sale et triste à la fois.
Triste ! Car dans mes souvenirs j’avais adoré ce lieu extraordinaire, pittoresque et chargé d’histoire. Maintenant, vous pouvez passer votre chemin, l’intérêt financier et touristique à outrance à tuer le site. Pas à cause des touristes, qui bien sur sont en droit de découvrir tout lieu magique mais, par les Marocains eux même qui l’ont Sali, dégradé, en ont fait une véritable poubelle puante et nauséabonde. Ma déception fut immense ! Dommage de quitté le Maroc sur cette mauvaise note….

Une autre particularité de Tanger la cosmopolite est d’avoir une délinquance plus importante que dans le reste du Maroc. Nous fumes surpris de voir un fourgon du style fourrière s’arrêter derrière nos motos avec la mention « sécurité nationale ». Il en est sorti 3 civils qui attrapèrent un jeune et le précipitèrent en poids et en volume à l’intérieur du fourgon parmi d’autres gamins.
Avait-il voulu prendre quelque chose sur nos motos et nos bagages ? Toujours ai t’il que ca ne rigole pas !

Il est temps d’aller au port car les formalités douanières pour sortir du territoire sont longues.
2 heures avant l’embarcadère est un minimum. Les papiers de la moto et nos passeports sont vérifiés par 3 secteurs différents.

























Nous avons de nouveau notre bateau du départ, le »Biladi » de la comarit. Il est de nouveau plein de monde, mais cette fois ci, les 2 ponts supérieurs sont fermés pour cause de travaux. Déjà qu’il n’y avait pas grand-chose a voir et à faire dans ce ferry ! On prend nos cartes « pass » pour accéder à nos couchettes. Celle-ci ne fonctionne pas même en les réinitialisant à l’informatique.
 On nous ouvre les portes à l’aide d’une clé dont possède une hôtesse, en nous rassurant que demain matin, un technicien passera. Bien sur, nous ne sommes pas les seuls à avoir le problème et un passager sur 3 subit cette panne. Mais le lendemain soir le technicien n’étant toujours pas passé, un nombre important de client commencera à être très mécontent. Bien vérifié aussi la manière qu’ils vous attachent les motos dans la cale. Si nous ne faisons pas attention, la corde aurait éventré le siège de mon Harley Davidson. Le personnel est sympathique mais peu efficace et la patience est de rigueur.
Avant d'aperçevoir les cotes françaises et le Mont Saint Clair qui nous indiquera notre arrivée dans le port de Sète, on admire un dernier coucher du soleil sur la Mediterrannée. Magnifique, géant, sublime ......
Si l’on se plaignait un peu de la longueur des contrôles au Maroc, ici c’est plutôt le contraire.
Il y a 2 policiers des frontières qui contrôlent les identités de 800 passagers  et 4 douaniers pour contrôler le débarquement de 200 voitures, fourgons ,camionnettes et motos chargés jusqu’au toit de marchandises parfois douteuses et illicites.
Bien sur ! Il passe sans aucun contrôle 150 véhicules sur les 200 ce qui est proprement scandaleux ! C’est un véritable gruyère et pendant ce temps, on nous parle de sécurité, de contrôle technique, de temps de travail plus important, de départ à la retraite plus vieux pour nous faire culpabiliser. Enfin ! De tous les mensonges que nous racontent les politiques ……

































LE COUT D'UN VOYAGE PAREIL:

Pour ceux à qui cela intéresserait de faire un voyage en Harley Davidson ou bien pour se donner une idée du cout d’un voyage pareil qui pourrait paraître inabordable pour certains d’entre vous et je veux bien concevoir que vous le pensz. Mais encore une fois, les tours operators sont 5 fois plus chers que le budget qui a été consommé pour cette balade. Et encore les tours operators, ne vous offrent pas des Riads comme des palais ou des restaurants à langouste comme nous l’avons fait. Car nous  ne nous sommes privés de rien ! Apéro, bouteilles de vins, palaces, visites, excursions, essence etc. etc. ….. Vous avez pu voir tout le long de notre voyage les prestations que nous nous sommes offertes. Royal me direz vous ! Alors combien ?

























Grandes lanternes Marocaines, livrées pour 41€ TTC 4 fois moins cheres qu'en France. Elles sont maintenant au bord de ma piscine

Pour un couple :

Sur le bateau avec une cabine/couchette et sanitaire douche intérieur + tous les repas et petits déjeunés compris pour les 2 jours et 2 nuits. Aller/retour avec 2 passagers + moto et taxe = 538€
Au Maroc pour un couple : 13 nuits  dans 11 hôtels différents de catégorie supérieure équivalent 4 étoiles en France, sinon plus pour le Riad = 714€
Pour les repas pendant 14 jours toujours par couple en comptant petit déjeuner, déjeuner, diner, Vins et apéro « presque » à volonté = 300€
Pour l’essence de la moto sur la base des 3500 km qui ont été fait au Maroc = 300€
Total réel pour un couple qui a fait ce voyage, sans bien sur compter les lanternes en fer forgés, les épices ou autres souvenirs ramenés …. = 1852€
Oui ! Je sais ca parait incroyable mais c’est le prix d’une organisation faite par nos soins ou notre ami Jean Claude c’est décarcassé pendant 7 mois pour nous réaliser ce voyage.
Bien sur Jean Claude connaît le Maroc à font pour y avoir séjourné pendant 10 ans et Pascale et Patrice habite casablanca avec tous les avantages que cela comporte. Avec un tour operator pour les mêmes prestations, nous aurions du multiplier ce chiffre par 5 et en plus la liberté n’est pas compté  dans leur prix ……


Repost 0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 15:53

A quelques kilomètres de notre visite du palais Royal et à quelques centaines de mètres de notre hôtel, se trouve l’un des sites considéré comme le plus romantique du Maroc. Dans ce lieu magique, on apprécie à quelques mètres de distances, les vestiges d’un antique arc de triomphe et de salles funéraires, noyés sous la végétation et habitée par des milliers d’oiseaux et en particuliers les cigognes qui viennent y faire leurs nids.




























Bâtie en 1339 sur une ancienne cité romaine, la nécropole du chellah abrite les tombeaux de la dynastie mérénide, ceinte de belles murailles crénelées, la nécropole tomba en déliquescence suite au grand tremblement de terre de 1755. Ce parc s’appelle ainsi en l’honneur de la femme du sultan : Abou Al-Hassan. Chams Al-Doha, "Soleil du Matin", chrétienne convertie à l'Islam reposent ici avec son sultan. Cette dernière, surnommée Lalla Chellah, fait toujours l'objet d'un véritable culte dans le Maroc tout entier : on vient encore se recueillir sur sa tombe près de huit siècles après sa mort.
La visite est incontournable pour les amoureux des vieilles pierres et les férus d’histoire, mais chacun trouvera son compte dans ce site enchanteur qui permet une balade bucolique et romantique. C’est un havre de paix d'une dizaine d'hectares où la tranquillité des lieux est interrompue de temps à autre par le claquement de bec des cigognes. Paysage clos et enchanteur, jardin à l'atmosphère magique.
Si les ruines romaines retiennent surtout l’attention des spécialistes, la nécropole mérinide mérite que l’on s’y attarde. Le minaret à été colonisé par les cigognes et une colonie de hérons garde bœuf et d’ibis on élut domicile dans le parc. Roger trouve un bébé cigogne tombé du nid et essaye de le mettre à l’abri des chats qui rodent dans le parc mais ce sont les lois de la nature.
Plusieurs marabouts sont érigés un peu plus haut dans un bosquet ou se trouve un bassin de pierre ou évoluent poissons et anguilles sacrées. Selon la légende, il serait alimenté par une source miraculeuse ou vivrait un poisson couvert d’écailles d’or.
Ce site est désormais classé et protégé par les autorités Marocaines, qui ont saisi tout l'intérêt historique et touristique de cet endroit à nul autre pareil.




























En remontant vers la sortie, on observe une dernière fois, sur fond de verdure de la vallée du Bou Regreg, le minaret et ses zelliges en faïence polychrome, blancs, noirs, verts et bleus, prestigieux décor pour un nid de cigognes.
 En sortant du parc pour récupérer nos motos, nous sommes abordés par plusieurs jeunes et jolies Marocaines qui nous disent adorer les Harley Davidson et nous demande de faire un tour de la moto de leur reve (pourquoi ce n'est pas moi leur reve ! lol). Devant tant de sourires charmeurs, j’accorde à l’une d’entre elle le plaisir d’une petite balade sur la route. Christian se chargera de sa copine. Les yeux pétillants de bonheur de Zohra et Amel auront compensé la petite perte de temps. Qu’est ce que je ne ferais pas pour faire plaisir …..
 Après une visite pareille, Nous pouvons retourner à l’hôtel pour profiter des commodités de celui-ci et y passer la soirée.
Le Mercure Shéhérazade Spa à Rabat bénéficie d'un emplacement central, il est proche de la vieille médina et du quartier des affaires. Il se trouve à quelques minutes des principaux monuments que nous venons de voir. C'est pour cela qu'il a été choisi , pour son coté pratique à defaut d'etre esthétique !
Idéal pour  les Free Riders, cet hôtel agréable est doté de deux restaurants, l'un gastronomique et l'autre marocain, qui proposent tous les deux une cuisine délicieuse et variée. Le bar salon irlandais et le café sont parfaits pour déguster un apéro qui nous tendait les bras en arrivant !
Soso en profitera immédiatement pour se rendre au Hammam qu’elle avait réservé dés le matin pour un soin corps « 1001 délices ».
Les contes secrets du hammam sont des soins traditionnels orientaux, gommage purifiant au savon noir aromatisé aux huiles essentielles, enveloppement à la cannelle, savonnage aux amendons d’abricots, masque corporel à la fleur d’oranger, détente sous une pluie d’eau tempérée massante, massage oriental à l’huile précieuse apaisant et à l’huile d’argan.
 Soso aura la totale pendant 2 heures pris en charge par 2 professionnelles pour la modique somme de 450 dirhams. Un petit regret quand j’ai appris que même pour les Messieurs, c’était ces ravissantes demoiselles qui s’occupaient de nous, car bien sur il était hors de question de me faire tripoter par des mains masculines. Ah si j’avais su …. !!! Mais soso me l'avait bien caché la coquine.


                      DIAPORAMA DE LA VISITE DU PARC


Repost 0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 18:34

Des 4 villes impériales du Maroc Rabat en est la capitale et ce n’est pas usurpé de dire que cette ville est tout simplement magnifique, un nombre important de clichés « carte postale » recèle cette cité ravissante. Depuis notre arrivée dans le Nord du Maroc et notamment à Casablanca le temps n’est pas au beau fixe. A croire que c’est l’inconvénient de tous les Nord du monde (je ne peux pas m’empêcher !! hi hi hi) Cela ne fait rien car même par temps couvert et aleatoire les couleurs sont chaleureuses.
les remparts de la kasbah

Entre fleuve et océan, Rabat affiche un visage tout à la fois moderne et serein à l’image de sa casbah des Oudaia, ancienne forteresse reconvertie en village jardin.
La Casbah se trouve sur un promontoire rocheux surmonté par une citadelle, regardant tout à la fois l’atlantique et l’embouchure de l’oued bouregreg. La casbah est une ville dans la ville qui vit à son propre rythme.




























Nous laisserons nos motos au parking de l’une des 2 portes qui accède en son centre. Les Oudaia s’imposent comme l’une des plus belles promenades que l’on puisse faire dans la capitale Marocaine forte de plus de 2 millions d’âmes. On y rentre par la Bab el Kebir, une porte monumentale finement ouvragée. Cet ancien camp militaire est devenu un village apaisant et calme ou tous les amoureux de la ville se donnent RDV.




























Les murs d’un blanc impeccable y sont passés à la chaux, cela nous rappelle immanquablement notre visite de Chefchaouen, le premier jour. Leurs soubassements sont rehaussés d’une large bande bleue.
Le sud de la casbah a été aménagé en jardin hispano mauresque. On s’y promène entre les orangers et les lauriers roses. On se dirige tout naturellement vers la terrasse du « café Maure » qui est une véritable institution pour y déguster thé à la menthe et gâteaux Marocain servi en costume traditionnel tout en regardant le fleuve en contrebas. Pour y arriver, nous devons longer une ruelle tellement étroite que 2 piétons ne peuvent pas se croiser. Nous continuons la visite à pied par la médina.
Harley Davidson garé face à l'entrée du mausolée sous le drapeau Marocain

Beaucoup moins pittoresque que celle de Fès ou de Marrakech, elle n’en est pas moins plus authentique, les produits de ses échoppes s’adressant surtout à une clientèle locale. C’est justement l’intérêt du site, car les prix sont justifiés.
Ensuite nous reprenons nos motos pour nous rendre au mausolée de Mohammed V et de la tour Hassan. On se gare directement devant l’entrée du mausolée sous le drapeau Marocain. Bien évidemment un policier vient nous faire constater que nous ne devons pas nous mettre ici. Seulement voila ! Les Free Riders sont les invités de l’état Marocain et un civil sans doute au courant de notre visite indiquera au fonctionnaire que nous avons les autorisations nécessaires.
Chef d’œuvre de l’art Marocain traditionnel, dans le mausolée tout est luxe et raffinement. Le sarcophage royal d’onyx blanc à été dresse sous une coupole d’acajou et de cèdre du Liban, dorée à la feuille. Une galerie fait le tour du mausolée ou repose aussi Hassan II.
le tombeau de Mohammed V

Juste à coté se dresse la tour Hassan gardées par 2 chevaux blancs remarquables de patience et d’immobilisme. Ce minaret est tout ce qui reste d’une mosquée inachevé et qui aurait du être la plus grande mosquée du monde soutenue par 312 colonnes et 42 piliers de marbre. Celle-ci fut arrêtée à la mort du sultan qui avait décidé de la bâtir et surtout à cause du grand tremblement de terre de 1755.
plafond à l'interieur du mausolée

Aujourd’hui, il n’en reste que ces soubassements impressionnants.
Jean Claude décide maintenant de nous emmener au Palais Royal. Celui-ci bien évidemment ne se visite pas et son entrée en est hyper réglementée. On ne rentre pas à l’intérieur de l’enceinte comme cela !
Arrivée devant l’entrée, les fonctionnaires de police demandent quelques renseignements par Talkie Walkie et nous font mettre de coté. Après avoir eu les autorisations nécessaires par leur hierachie, nous rentrons avec nos motos pour nous garer le plus prés possible du palais. Nous avons la chance d’arriver au moment de la relève de la garde.




























 Instant magique et incroyable, Soso filme la relève de la garde à  peine à 2 mètres de la garde Royale armées jusqu’aux dents. Nous continuons notre visite de la capitale en nous rendant au parc du chellah. Mais celui-ci étant fantastiquement beau, il mérite un article à lui tout seul. Donc RDV dans le prochain épisode……
Porte d'entrée du palais Royal de Rabat

                     DIAPORAMA DE LA VISITE DE RABAT



Repost 0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 19:20

La première fois que je me suis rendu au Maroc, j’avais volontairement zappé Casablanca, car cette ville résolument moderne n’attire pas particulièrement le touriste.
Cette fois ci, nous devons abandonner nos amis, Pascale et Patrice puisque ceux-ci demeurent toute l’année dans la capitale économique du Maroc.
Casablanca déçoit souvent les visiteurs en quête de pittoresque par son trop grand modernisme. Je comparerais facilement cette ville à la cité phocéenne française.
Véritable poumon du pays, Casa comme on l’appelle si familièrement cultive la tradition comme une parure de sa modernité. Ce n’est pas bien sur ce que je préfère, car nous allons avant tout en Afrique pour y être dépaysé et pour cela je n’ai pas besoin d’aller très loin, car Marseille est à seulement 200 km de chez nous. De la à affirmer que la cité phocéenne ressemble à Casablanca reste l’une des réflexions faite par le « Paris-Dakar ». Les 2 cités seraient elle « sœur » !




























D’aucuns diront qu’il n’y a rien à voir ou presque…. C’est oublier un peu vite la grande mosquée au nord ouest de la médina, presque posée sur l’eau. C’est l’une des plus grandes et des plus belles mosquées du monde : la mosquée Hassan II.
Construite en grande partie sur douze hectares de terre gagnés sur l’océan, le bâtiment immense loge également une medersa, une bibliothèque et un musée.
En haut de son minaret, un laser indique la direction de la Mecque et il est visible à plus de 30 kilomètres.
Il aura fallu pas moins de 30000 ouvriers et 50 millions d’heures de travail pour créer ce lieu de culte. Les chiffres parlent d’eux même ! Le projet à été pharaonique : 300000m3 de ciment, 40000 tonnes d’aciers, 65000 tonnes de marbre, 40000 m2 d’ornements en bois de cèdres.
Au final, une salle de prière pouvant accueillir 25 000 fideles et plus de 80 000 sur le parvis, et en période de ramadan un total de 105 000 paires de chaussures devant la porte d’entrée.




























Je serai presque tenté de dire que comme pour les tanneurs à Fés, il faut une feuille de menthe ! Mais, on ne plaisantera pas sur le sujet ! hein



























Les chiffres font vaciller bien sur ! Mais peuvent aussi logiquement choquer, quand on pense à toute la misère qui se trouve au plus profond des campagnes Marocaines ainsi que les enfants malades dans le pays, et l’on ce dit que cet argent aurait pu être utilisé autrement que pour l’adoration de toutes formes de cultes quel qu’il soit …..
Hassan II n’a pas fait dans la demi-mesure .On dit, en terre d’islam, que celui qui bâtit une mosquée de son vivant hérite d’une belle maison au paradis d’Allah…. A condition de la construire sur ses fonts propres… No comment !
Enfin ! Celui qui aura réalisé une bonne affaire, c’est l’entreprise Bouygues, puisque c’est lui qui a réalisé le chef d’œuvre.
Entre temps ou, nous avons visité le monument, Pascale et Patrice préparait un formidable déjeuné dans leur belle villa d’un beau quartier de la ville. On s’arrête en cour de route dans un fleuriste pour emmener une magnifique gerbe. Mais comment la porter ? Solange devra se mettre à l’envers sur la moto de Philippe pour apporter l’impressionnant bouquet.
Mais Casablanca ne revendique pas seulement que l’impressionnante mosquée, il y a un autre culte, païen celui-ci, mais qui existe bel et bien dans la cité Marocaine. Ce culte est celui du concessionnaire Harley Davidson local ou se réunit tous les amateurs de la légendaire moto se trouvant au Maroc. Ah ! La déesse Harley. Sa Mecque s’appelle « Daytona » quand a elle !! Et les amateurs sont innombrables à travers le monde pour lui vouer un culte. Croyez vous que cela ressemble à une secte …. Peut-être ! Mais très libre alors !
Nous quitterons Pascale et Patrice le soir pour un fameux diner dans la médina en les remerciant de leur excellent accueil et du plaisir que nous avons eu à faire la route en leur compagnie. Merci Patrice, Bisou Pascale.حسن رحلة الأصدقاء


     VIDEO DU TRANSPORT DE BOUQUET PAR SOSO

 



DIAPORAMA PHOTOS DE LA VISITE


Repost 0