Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 07:16

TOUT D'ABORD , JE MODIFIE MON ARTICLE CAR LORS DE LA PREPARATION DE CELUI CI OBAMA N'ETAIT PAS ENCORE ELU PRESIDENT.
JE FELICITE CELUI CI POUR SON ELECTION MAIS AUSSI LES AMERICAINS QUI ONT EU LA VOLONTE D'UN VRAI CHANGEMENT. VOUS CONNAISSEZ MES CONVICTIONS A CE SUJET. JE SOUHAITE QUE PLUS TARD NOUS REUSSISSONS LE NOTRE.

Le Nouveau Mexique est passé Démocrate et depuis , je sais pourquoi ! il suffit de regarder autour de soit.
Pat . Giordano ( je n'ai pas de W entre le point moi !!!)






Hola, do you speak Spanglish?
Yes Just a little ! I am French ! Ok No problemo acaba to my pueblo.


Comme pour la nouvelle Orléans, Santa Fe ne ressemble à aucune autre ville des états unis. Les constructions sont faites en adobe (l'adobe est de la terre malléable souvent ajoutée de paille, moulée généralement dans des cadres, et séchée au soleil) et la région est pratiquement d’origine indienne et hispanique.
 Pourtant encore une fois les Français sont présents des 1739 en entretenant des rapports commerciaux avec les espagnols. Les frères Mallet fournissent toute la quincaillerie et Pierre Vial découvrira la piste de Santa Fe.
Enfin ! La cathédrale a été construite par des Auvergnats sur le modèle d’une église de Volvic en France.
La capitale du Nouveau-Mexique est devenue le deuxième lieu des États-Unis pour l'art contemporain, et l'un des premiers pour l'art western : on y compte en effet une douzaine de musées et plus de 250 galeries. Chaque Samedi les indiens font un grand marché ou ils proposent leurs artisanats fait souvent de turquoises.

La ville  est tout simplement étonnante et coloré, les grappes de piments qui pendent aux fenêtres est typique du coin.




























Mais, la particularité de Santa Fe est de posséder une église vraiment mystérieuse.

En 1878, lorsque la construction, de cette chapelle fut terminée, une constatation fut faite : l'escalier pour accéder au chœur avait été oublié. Les propositions d'escaliers faites par les charpentiers de l'époque étaient très compliquées et ils optèrent pour une échelle. Mais les sœurs auraient des difficultés à la gravir... la seule solution était donc de reconstruire la totalité de l’église ou de se passer d’escalier et de condamner le chœur.





























Les sœurs de Loretto ont donc fait appel à leur foi et prièrent durant neuf jours, afin de demander la grâce de Saint Joseph (Patron des Charpentiers). Le neuvième jour, un homme se présenta et proposa de réaliser cet escalier impossible, à la condition de rester seul durant cette période qui dura trois mois. Il était arrivé à dos d'âne et n'avait aucun chargement de bois. A la fin de la construction, l'homme partit sans se faire payer, ni dire au revoir. Il construisit l’escalier, tout seul, ce qui déjà, est considéré comme un défi majeur pour un charpentier. Personne ne comprend comment l’escalier peut tenir en place sans avoir un poteau de support central. Le charpentier, n’a utilisé aucun clou ni colle dans la construction.
De nombreux experts se sont penchés sur cet escalier, car il est tout à fait fascinant non seulement qu'il fasse 6 mètres en spirale, mais qu'il tourne deux fois en angle de 360 degrés sans support central. Il y a uniquement le haut et le bas qui touchent le sol de la chapelle et celui du chœur. Il est entièrement fait en bois extrêmement rare, même les chevilles utilisées sont faites avec ce bois.
Le bois utilisé fut analysé en 1994 et la conclusion trouvée par des hommes de science fut la suivante : il n’existe aucune sous-espèce de ce bois sur la terre. Il ressemble de plus près au sapin d’Alaska qui se trouve donc à des milliers de kilomètres du nouveau Mexique. (Intransportable pour l’époque)
Il y a trente-trois marches, de conception extrêmement précise aussi bien pour la grandeur que pour la forme : ce chiffre pourrait correspondre aux trente-trois années de vie terrestre du Christ.





























Son diamètre est de sept pieds, la hauteur de chaque marche est de sept pouces : chiffre rappelant les sept sacrements de l’Eglise Catholique. Depuis ce temps une rumeur circule à Santa-Fe que le mystérieux charpentier, serait St-Joseph lui-même, envoyé par Jésus-Christ pour solutionner le problème des sœurs. Depuis, cet escalier est appelé “miraculeux” et la chapelle est devenue un site de pèlerinage. Cette chapelle attire plus de 300000 visiteurs chaque année. Pour avoir vu cela de mes propres yeux, c’est tout à fait impressionnent et incompréhensible. Le chemin de croix est lui aussi magnifique.
Santa Fe est vraiment une ville étonnante de beauté avec cette atmosphère si particulière de ville qui a su conserver son passé historique tout en se modernisant.

Elle est belle et rebelle, romantique et mythique, Santa Fe l’indienne est une ville d’enchantement. La plus ancienne capitale des Etats Unis fait partie de ces hauts lieux magique, traversés par des courants telluriques, dégageant des flux d’énergie positive.

 































Encore ici les Bikers sont accueillis avec beaucoup d’intérêts. Ils sont les dignes représentants du monde moderne en parcourant désormais les grands espaces de l’ouest sur leurs chevaux mécaniques. Nous sommes en terre sacrés ……….

 

 


Repost 0
free - dans LA ROUTE 66
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 08:05

 

Apres la toute petite traversée du Texas nous voici au Nouveau Mexique et plus spécialement à Taos. Dans la vallée d'un petit affluent du Río Grande, il y a le Pueblo de Taos (l'endroit des saules rouges) qui désigne un ensemble d'habitations et de centres cérémoniels en adobe, remarquablement représentatif de la culture des Indiens Pueblos du Nouveau-Mexique.
Il se trouve à environs 110 km au nord de Santa Fe ou nous sommes basés pour notre hébergement. Le territoire autour du pueblo est une Réserve indienne.

Trois cents ans avant que les conquistadores espagnols aient suivi le Rio Grande vers la vallée de Taos en 1540, les premiers occupants du continent américain s'installèrent ici et construisirent d'impressionnants villages, les « pueblos », faits de maisons en pisé de plusieurs étages relié par des échelles.
Le Pueblo de Taos, occupé et entretenu par chaque génération depuis huit cents ans, est classé par les Nations unies depuis
1992 comme un site historique mondial.

Seulement 150 personnes sur les 1900 que compte la communauté vivent toute l'année dans l'ancien pueblo.
Le Pueblo est fait entièrement d’adobe, terre mélangée avec de l'eau et de la paille, que l’on fait séchées au soleil. Les surfaces extérieures du Pueblo sont continuellement mises à jour avec des couches de boue. Les murs intérieurs sont soigneusement enrobés de minces lavis blanc de la terre pour les garder propres et bien éclairées.
L’accueil fait par les indiens est différents que vous soyez en Harley Davidson ou en voiture. Les « Natives » n’oublient pas que les  associations de Bikers leurs viennent en aide.

Gilbert qui conduit le Ford est prié solennellement de se mettre à l’extérieur du village et tout cela glacialement. Tandis que nous, avec nos motos le sourire et la courtoisie sont sur le visage de nos hôtes.
En arrivant dans le village on aperçoit tout de suite l'église Pueblo San Geronimo ou  Saint-Jérôme, la chapelle a été achevée en 1850 pour remplacer l'église qui a été détruite dans la guerre avec le Mexique. Les ruines de l’ancienne église sont encore visibles sur la photo du cimetière. Les Indiens Pueblos sont catholiques. Le catholicisme est pratiqué avec les anciens rites religieux des Indiens qui sont une partie importante de la vie de Taos Pueblo.
 La communauté vit grace à l'entrée payante qu'ils demandent aux touristes et à la vente de l'artisanat qu'ils fabriquent eux memes. Vous étes invité à vous promener à travers le village mais attention Respect !!!

Nous retournons au village moderne de Taos pour nous restaurer, avant de rejoindre Santa Fe.
Dire que le village est au pied de la montagne est un euphémisme : de l'est, on y entre au débouché d'une gorge. La petite ville compte 4500 habitants. Depuis deux cents ans, artistes et écrivains s'y installent : certains, qui passaient là, sont simplement resté, pour la lumière. Ajoutez les paysages du Plateau et de la montagne, les stations de ski, les rivières à truites, les promenades à cheval ou à pied, et vous comprendrez l'afflux de touristes venus du monde entier.
Du même coup, galeries et magasins de souvenirs s'y sont développés dans la même proportion qu'à Santa Fe. Mais Taos garde le charme d'un village, avec sa petite place aux bancs de fonte peinte, ses maisons anciennes et ses rues mal aménagées pour l'automobile. Nous reprenons la route pour Santa Fe et nous subissons pour la énième fois un orage torrentiel 50 kilomètres avant notre hôtel...  
 
Dans le prochain épisode je vous raconterai l’histoire d’un escalier miraculeux, encore une légende qui celle-ci s’avère très mystérieuse.

                                                            DIAPORAMA DU VILLAGE

 


Repost 0
free - dans LA ROUTE 66
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 10:10
 

Nous continuons la route 66 jusqu'à Adrian au Texas qui est le point qui célèbre le milieu de la route 66. Devant le panneau, vous vous trouvez au miles 1139 et si vous continuer à respecter l’itinéraire vous aurez à faire encore 1139 miles pour arriver à Santa Monica.
 

Bien sur, ce n’est pas notre kilométrages réel puisque depuis le début du parcourt, nous sommes allés à Milwaukee dans le Wisconsin puis à partir de Saint louis nous sommes descendu à Memphis Tennessee pour visiter Graceland puis,  parcourir l’Arkansas en passant par Little Rock et Fort Smith. On a presque multiplié le nombre de kilomètres.
Devant le panneau mythique nous prenons un encas au Midpoint café après avoir immortalisé le lieu par des photos.

Nous sommes accueillis par Joann qui fait de succulentes tartes et cakes d’anciennes recettes de sa grand-mère. Joann accueille tous les jours les Bikers aventuriers de passage dans son café, sa gentillesse et son sourire sont aussi connus que le panneau en face de son établissement. Son café est décoré de multiples photos anciennes de la celebre route et d'objets qui rappellent cette epoque des années 50.
Nous reprenons notre route ,mais tellement noyé par l’allégresse des lieux, je saute le trottoir avec ma moto . Total ! Ressort de béquille cassé. Bon ce n’est pas grave on fera tenir provisoirement la béquille par un câble. Apres Tucumcari ( Texas), nous quittons provisoirement la 66 pour rejoindre la petite ville de Las Vegas au nouveau Mexique à ne pas confondre avec la « ville du péché » au Nevada !
A la station service nous rencontrons à nouveau notre groupe de Bikers Espagnols qui ont eux aussi 2 ressorts de béquille cassée. C’est ici que nous faisons la connaissance de Joe qui conduit une Ford Torino de 1970 et qui fait route pour Denver dans le Colorado. Dans son coffre il a tout l’outillage qu’il faut pour réparer la béquille et comme j’avais gardé le ressort même tordu, ce ne sera pas un problème pour notre gus de tout remettre en état. Il y passa une heure mais il réussira ce qu’il voulait entreprendre.
Encore un gars super sympa qui se proposa de lui-même de nous aider quand il a vu mon problème à la station. Apres lui avoir payé un coup à boire (c’est la moindre des choses) et qu'il nous aura fait entendre le bruit du moteur de sa Ford ,nous démarrons notre route avec le tonnerre et les éclairs au dessus de notre tête.Ca s'annonce encore mal !
Quelques kilomètres plus tard le déluge d’eau s’abattit sur nous.
Arret sous l'abris d'un tradding post providentiel pour mettre les habits de pluie. Le panneau mentionne aussi "General store" et "Grocerie".Encore un terme acadien pour mentionner une epicerie,depuis le debut du voyage je voyais souvent le mot grocerie.Maintenant je sais ce que c'est ! Il etait temps aprés 20 ans de voyages à travers les Etats-Unis.

Nous rejoignons la superbe route de  Taos (NM) et nous apercevons au loin les gorges du Rio Grande. En route nous nous  arrêtons devant une ancienne station essence devenu brocante. C’est une véritable caverne d’Ali baba pour les Riders.

 



























De nombreuses stations services transformés en puce et souvenirs jalonnent la 66. Celle ci est exceptionnelle  ! Tout autour de la propriété ce sont de vieilles pompes à essence ou de vieux tacos des années 40/50. Elle se trouve entre Taos et Espanola. La route longe un affluent du Rio Grande et on a l'impression que John Wayne va sortir de derriere l'un de ces rochers de granit rouge.

Sans nous en apercevoir nous arrivons à la petite ville de Taos qui se situe à 2118 mètres d’altitude. Nous laissons nos Harley Davidson à coté de la maison de Kit Carson le célèbre pionnier. Nous apprenons que dans cette ville réside aussi Julia Roberts et Steven Seagal.
C’est à Partir de Taos et de Santa Fe que la route 66 prend toute sa dimension sensationnelle. Chaque  lieu, chaque virage, chaque panorama devient une carte postale et les décors autour de nous sont les images des films de notre enfance.

Nous sommes dans le pays de Geronimo et je terminerai mon article avec l'une de ses célebres citations de cet homme qui combattit pour la liberté de son peuble.

"Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas."


                            DIAPORAMA DE L'ETAPE

 


Repost 0
free - dans LA ROUTE 66
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 15:31

Apres être parti de Clinton et de son Musée de la route 66 en compagnie d’une vingtaine de Harleyistes Espagnols, suisse et Hollandais nous reprenons notre route en direction du Texas.

Nous quittons donc les fermes de l’Oklahoma pour les Ranch de l’état cowboy et de son étoile solitaire.

















En cour de route, nous apercevons l’entrée d’un ranch. Bien sur, entre l’entrée et le ranch lui-même, nous parcourons quelques miles avant d’arriver à la propriété.

A notre arrivée, il n’y a personne pour nous accueillir. C’est vrai que nous n’avons pas prévenu le propriétaire de notre arrivée et que nous rentrons dans le ranch sans aucune permission. Mais ici nous sommes aux USA et pas en France ou le fait de mettre un pied chez le voisin devient sacrilège !!
Bientôt un vieux cow boy qui à du nous voir au plus haut de la colline vient à notre rencontre.

Le gars doit bien mesurer plus de 2 mètres et c’est le boss du Flying Ranch qui nous accueille si gentiment. You are French ! Yes man. Yeah great!! Respond le cow boy. Come visit my ranch.
Et nous voici en train de visiter cette magnifique propriété avec chevaux et bisons. Il était ravi de nous faire plaisir et fier de son ranch. Solange s’essaya même sur un taureau mécanique qui sert d’entrainement aux novices. Harold et Stanley passionnés par l'epoque western nous font voir le musée qu'ils ont constitué d'objets anciens. La copie parfaite d'un general store quand leur ranch desservait en materiel toute la region mais aussi en alimentaire pour les autres proprietaires terriens.

Que c’est bon toute cette gentillesse à notre egard une fois de plus. C’est que nous ne sommes pas habitués dans notre « country » ou les gens sont si renfermés !!




























On continue notre route pour  Amarillo qui est traversée par la Route 66, la seule étape texane d'importance sur la "route-mère". Le nom d'Amarillo dérive de la crique voisine du Lac Amarillo, nommé pour le sol jaune de ses rivages. On s’arrête au Big Texan le Fameux restaurant connu pour son steak de 72 oz (2 kg) gratuit si vous le mangez en entier en une heure. Pour l’instant on se renseigne à la réception du motel que l’établissement possède.

La décoration des façades du Motel est très kitch avec sa palette multicolore. Les chambres sont décorés façon western et il s’avère qu’il n’est pas plus cher qu’un autre motel, alors tant qu’a faire pourquoi ne pas s’installer ici !! La piscine en forme de carte du Texas annonce la couleur. Les Texans revendiquent une identité singulière au sein des Etats-Unis (comme nous les Niçois).

On ne le sait pas trop dans nos livres d’histoire mais le Texas fut lui aussi découvert par la France et battit pavillon Français pendant 5 ans avant que les espagnols en prennent possession.
Puis, il devint une république après la bataille d’Alamo défendu par l’un de nos ancêtres, descendant de Huguenots français : David de Croquetagne dit Davy Crockett le plus mythique des héros Américains.

Apres un plongeon dans la piscine texane, nous réservons nos places au restaurant qui s’avère être complet mais, la ravissante serveuse se chargera d’obtenir une table pour les Bikers Français.
Ambiance western dans le saloon avec des musiciens « d’époque ».Un cow boy prend nos commandes. Personne pour le steak à 2 kilos ? Non, juste celui à 16 oz qui est car même énorme pour notre ventre surtout que les bières que l’on nous emmène sont gigantesques.



























L’établissement fait bien sur boutique de souvenirs mais possède aussi des bandits manchots et d’autres jeux pour les visiteurs. Le bar est un des RDV principaux des cow boys et des Bikers du coin.

Le lendemain nous reprenons la route pour Santa Fe au nouveau Mexique. En sortant d’Amarillo nous faisons une halte au « Cadillac Ranch » que j’aperçois in extremis.

Ce n’est pas que je suis un grand admirateur de cet art dit « absolu » mais le Cadillac ranch est devenu une figure mythique associé à la 66 et une photo de notre passage s’impose.
On continue vers le nouveau Mexique, mais au loin les nuages noirs nous font face. Ce n’est plus Gustav qui nous suit maintenant, mais Ike !!

                            DIAPORAMA DE CETTE ETAPE

 


Si vous avez oublie les precedents épisodes voici les liens de rappel:


EPISODE 1

EPISODE 2

EPISODE 3

EPISODE 4

EPISODE 5

EPISODE 6
Repost 0
free - dans LA ROUTE 66