Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 15:11
S’installer à Page pour 2 ou 3 jours est toujours une valeur sure dans l’organisation des visites de l’Ouest Américain. Cette petite ville de 10 000 habitants possède toute l’infrastructure hôtelière pour accueillir le touriste qui veut découvrir le lac Powell et ses nombreux loisirs aquatiques.
Seulement voila depuis quelques années, la localité à exploser et elle est devenu une destination touristique non seulement des touristes du monde entier mais surtout des Américains eux-mêmes.

Quand j’étais venu à cet endroit il ya 10 ans, il n’était point besoin de réserver son hébergement à l’avance. Les chaines de Motels traditionnels plus les Bed & Breakfast tenus par les locaux suffisaient amplement aux voyageurs désirant voir les sites remarquables de ce lac artificiel.
Nous arriverons donc en fin d’après midi la gueule enfarinée pour trouver les chambres qui accueilleront nos 9 bikers Français.

Et la, tout va se compliquer. Et un, et deux, et trois !! Et oui, vous avez compris : zéro hôtel de disponible. Mais comme les Américains sont des gens super sympas et que l’aide aux étrangers est sacré, la réceptionniste du Motel 6 de Page va prendre son téléphone et commencer à nous chercher celui qui pourra nous héberger.
Apres une dizaine de coup de fil infructueux, notre sympathique hôtesse nous répondra de sa voix la plus peiné : j’essaye le motel de la dernière chance. »The last Chance » En vérité il s’appelle le Cow Boy Inn, il se trouve à Big water et il est à 25 kms de Page.

Ouf ! Il a de la place pour les 2 prochaines nuits mais ensuite c’est complet. Va donc pour ce cow boy ! Notre charmante copine du Motel 6 nous dit qu’il faut s’y rendre tout de suite car ils ne prennent pas de réservation au téléphone.
Nous partons pour Big water qui se trouve sur la frontière de l’Arizona et de l’Utah, nous remettons nos casques de motos car dans l’Utah ceux-ci sont obligatoires. Enfin ! Pour arranger tout cela, le fuseau horaire change aussi !!

Nous arrivons à notre hôtel de Big Water, la propriétaire des lieux est agréable mais l’hôtel c’est plutôt l’assemblage de plusieurs Mobil home avec des chambres pas terrible du tout ou ni la télé, ni la climatisation ne marche et à 80 dollars la nuit cela laisse un gout amer.
Bon ! On va s’en contenter on est des aventuriers ou pas !! hi hi hi. Ou peut-on manger dans ce bled ? Je demande à mon hôtelière. A Page me répond-elle ! Mais il n’y a pas de restaurant à Big Water ? Hein mais Big Water c’est ici, l’hôtel, les caravanes que vous avez vu à proximité représente tout le village mon cher Monsieur !!

Bon Dieu, à coté de ca Mexican Hat c’était une métropole ! On retourne à Page pour se trouver un steackhouse et puis dodo car il n’y a rien d’autre à faire.
Le lendemain direction la Marina de Page pour faire une excursion en bateau sur l’un des sites qui est considéré comme l’une des 7 merveilles naturelle du monde. « Le Rainbow Bridge » c’est le plus grand pont naturel du monde, il mesure 85 m de long, sa hauteur est de 90 m et sa largeur de 10 m. C’est un lieu sacré pour les indiens qu’ils considèrent cette arche comme une fenêtre vers l’au-delà.
Vieille photo de l'arche avec Soso & Pat il y a 10 ans

Seulement la poisse continue, tous les bateaux sont complets, seul reste une petite excursion pour l’un des canyons du lac vers 14H. On se dit que pendant ce temps on va visiter le second site exceptionnel de la région : Antelope Canyon.

Mais voila que celui-ci ne se visite plus comme je l’avais fait il y a 10 ans. Guide indien obligatoire et la aussi complet pour les 3 prochains jours. Décidément quand ca veut pas, ca veut pas !!




























Photo d'Antelope Canyon (celle ci n'est pas de moi) photo de notre excursion (prise par Pat)

Dommage pour mes amis car ils loupent quelque chose de grandiose. Le souvenir de ces lieux m’enchante encore !!

Nous nous contenterons d’une approche du Glen Canyon, le barrage d’une longueur de 475 mètres et d’une hauteur de 216 mètres est impressionnant. La rivière Colorado quand à elle est d’une beauté surnaturelle. Sur le lac un village de Mobil home flottant a élu domicile et les sports aquatiques sont très prisés dans cette eau à 25°.
Certains d’entre vous en regardant ces photos diront que je suis très exigeant mais nous n’avons pas vu le plus beau du lac. Celui-ci possède 3200 kilomètres de rivages et 96 canyons. Il faudra 17 ans pour remplir cet extraordinaire lac et ce n’est pas la balade de 2 heures en bateau que nous avons fait qui nous comblera de joie.Plusieurs films furent tournés dans ce paysage d'énormes falaises rouges tombant dans le lac Powell : Bandolero, la Planète des Singes, Maverick et même Superman.
Le soir nous retournons à Big water mais avant d'aller à notre Cow Boy inn, nous nous approvisionnerons à un Bakery Delhi de Page pour se faire un BBQ car la patronne du motel nous donnera l’autorisation de faire marcher les BBQ à gaz qu’ils utilisent quand ils font une fois par mois le rodéo local derrière le motel.
(photo non trafiquée)

La vache ! Il doit compter pour le championnat du quartier ce rodéo !!!

Devant un splendide coucher du soleil , Solange et Gisele prépareront de tres bonnes viandes avec toutes les sauces qui vont avec !!
Dans le desert les nuits sont fraiches et le sweet est indispensable meme au mois d'Aout/Septembre. N'oublions pas que nous nous trouvons à plus de 2000 metres d'altitude.
 

 


Repost 0
free - dans LA ROUTE 66
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 08:39
Monument Valley, même après l’avoir vu 10 fois, on reste ébloui. C’est le symbole de l’ouest Américain. Mais ce n’est pas seulement un décor de western tournés par John Ford avec John Wayne chevauchant au galop cette immensité faites de monolithes de  schistes et de grés rouges impressionnants. Toute la naissance de la terre est sublimée dans ce territoire Navajos.
Il y a 270 millions d'année, Monument Valley faisait partie d'un vaste bassin d'une importante chaîne montagneuse.
Ce bassin était régulièrement inondé par les eaux d'un océan, déposant sels, sables, limons et sédiments.

La visite de Monument Valley est une expérience mémorable tant il y a de choses à voir.
Alors que nous arrivions avec nos Harley Davidson au sommet de la prochaine colline et du prochain tournant, un univers extraordinaire se déploie devant nous.

Parallèlement à l’histoire géologique exceptionnelle de cette région, il importe de considérer sa longue histoire humaine qui remonte à la nuit des temps.
Même avant l’arrivée des indiens Navajo, il est impossible de comprendre tout ce que l’on voit ici à l’occasion d’une seule visite et d’une seule expérience. La première fois, je l’avais fait en voiture, cette fois ci j’ai fait les 50 kilomètres de la piste qui font le tour du circuit carrossable en Harley Davidson. L’expérience est à tombé à genoux d’émerveillement. (Peu de Bikers font le circuit en motos).

 

Au loin nous apercevons le Three Sisters (les 3 sœurs) ainsi appelées parce que le rocher rappelle 3 religieuses. Plus loin le rocher mythique d’El Capitan d’une hauteur de 420 m qui est un des vestiges de l’activité volcanique de la région. Puis les rochers que l’on connaît au travers des westerns s’enchainent : The King on his trone, the stagecoach (la diligence) Bear and the rabbit (l’ours et le lapin) le Totem pole et big indian sur la droite. Quel monde pour ceux qui ont l’imagination fertile.
On fait une halte au John Ford point pour regarder l’artisanat des Navajos dans leurs petites huttes ou ils confectionnent  colliers, bagues et bracelets avec des turquoises. Solange récupère ma moto pour faire aussi son expérience de la piste, du sable, des ornières et des cailloux. Elle s’en sortira très bien ! Ceux qui connaissent la conduite d’une moto de 400 kilos dans le sable savent toute la difficulté pour la manier. Mais Soso à 20 ans de permis et plusieurs bécanes à son actif.
On passe devant les habitations traditionnelles Navajos « les Hogans » constitué d’une structure en bois et colmaté par de la terre. Plusieurs familles d’indiens vivent toujours dans cet habitat  de la vallée. En nous approchant quelques chiens nous disent qu’il ne faut pas s’aventurer. Les navajos sont toujours aussi belliqueux et de tous les indiens rencontrés, ce sont de loin les moins sympathiques à mes yeux.
La monument Valley est le rêve incarné de tout photographe. Les nuages, les rochers, l’air pur, les grands espaces, les indiens habillés de vêtements aux couleurs vives, les chevaux, les moutons, les dunes de sables, les buissons ou les serpents à sonnette cherchent la fraicheur, tous ces éléments pris individuellement font l’objet d’excellentes photos.
La monument Valley est en effet, et à juste titre le site le plus photographié au monde. La Valley offre un paysage eternel de beauté et de mystère. En sortant du parc, je me fais une promesse de revenir une dernière fois dans cet endroit magique et sacré.
Une petite anecdote sur la tribu navajo qui n’est pas souvent relaté dans l’histoire.

Ceux-ci auraient obtenu la restitution de leur territoire par le gouvernement des Etats-Unis grâce à leur participation importante pendant la guerre contre les japonais et les Allemands et l’utilisation de leur langue pour coder les messages secrets dans le Pacifique (le code Navajo). C’est un vieux navajo qui me raconta cela au moment de ma première visite,il avait fait la campagne d'Italie et croyait que j'étais rital .
Pour le logement à proximité du parc, préférez le hameau de » Mexican Hat » plutôt que kayenta si vous avez la chance de trouver de la place dans les 2 seul motels du village. (Mais cela je vous l'avez deja raconté dans l'episode précédent)
Dormir prés de la San Juan River avec comme paysage le rocher qui donna son nom à ce lieu avec en toile de fond un arc en ciel et vous serez tout proche du paradis. Ce n'est pas sans un pincement au coeur que je quitte cet endroit magique.
"Ce n'est pas la terre qui appartiens à l'homme , mais l'homme qui appartiens à la terre" proverbe indien.


DIAPORAMA PHOTO SUIVI D'UN CLIP VIDEO FAIT A L'ARRACHE

 


 



Monument Valley au cinéma

La Chevauchée fantastique de John Ford avec John Wayne

La Prisonniere du desert encore avec John Wayne

Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone

2001, l'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick.

La Sanction de Clint Eastwood.

Indiana Jones et la dernière Croisade de Steven Spielberg

Retour vers le futur III  - Forrest Gump - Vertical Limit de Martin Campbell

Repost 0
free - dans LA ROUTE 66
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 10:52


En partant du Canyon de Chelly, nous retrouvons enfin le soleil et les orages vont  nous laisser en paix jusqu'à la fin du voyage, sauf encore une fois, mais cette fois ci nous sommes déjà à l’hôtel.
Dans cette étape pour rejoindre Mexican Hat (chapeau Mexicain), nous traversons le désert et nous parcourons des dizaines de kilomètres sans voir âmes qui vivent ou bien l’ombre d’une station essence. En Partant de Chinle ou se trouve le canyon de Chelly, nous avons plutôt intérêt à faire les pleins d’essence car il n’y aura plus rien jusqu'à notre destination de Mexican Hat ou pour une fois nous avions réservé notre hôtel à l’avance.

Les paysages sont majestueux et c’est un avant gout de ce qui nous attend à Monument Valley le summum du voyage. Nous remontons l’US 191 en passant par les villages semi fantôme de Round Rock, Mexican Water, Bluff pour atteindre au beau milieu du désert le village du chapeau Mexicain. Pendant ce temps, nous avons fait le yoyo avec les fuseaux horaires car depuis le matin en partant de Gallup Nouveau Mexique et en traversant l’Arizona puis l’Utah, c’est 3 fuseaux horaires d’un seul coup que nous subissons.

 A l'est de Monument Valley, sur la rive droite de la San Juan River, on arrive au petit village de Mexican Hat. Un "trading post" traditionnel, en planches de bois sombre, constitue le principal attrait du village avec 2 motels, un restaurant/bar, quelques tipis et des Hogans ! On peut y acheter du carburant, des vivres et des cigarettes, et les traditionnels objets de l'artisanat navajo : conchas, boucles de ceinturon et bracelets.
Un rocher plat en équilibre sur un piton fait penser de loin à un grand sombrero aux larges bords et à la calotte bombée, qui aurait échoué là, abandonné sur son éperon par la tempête. Une piste carrossable va jusqu'au pied de la butte, et le sombrero finit par ressembler à la roche qu'il est. En poussant un peu, on atteint le bord de la falaise, au-dessus de la San Juan. On descend facilement jusqu'à la rivière. Elle roule ses eaux colorées au milieu d'une étroite bande d'arbres, seule végétation sur des rives auxquelles les minéraux et les oxydes donnent l'aspect d'un gâteau marbré pas très ragoûtant.
Avec une population recensée de 90 habitants nous sommes vraiment dans l’un des villages les plus isolés de l’Utah, mais je préfère (en 99 j'avais deja posé mes santiags ici) celui-ci à Kayenta le village à l’ouest de Monument Valley qui est plus grand avec un nombre d’hôtels plus important pour les touristes qui veulent se rendre dans la vallée des Rois. Mais qui ne possède pas le charme de son voisin Mexican Hat qui se trouve tout de même à presque 100 kilomètres l’un de l’autre. Entre ces 2 villages, il n’y en a pas d’autres.

































Mais revenons à notre village presque fantôme qui possède un hôtel avec de superbes chambres : le Hat Rock Inn. Nous garons nos motos devant l’entrée de nos chambres et qu’elle ne fut pas notre surprise de voir 2 serpents à sonnette s’enfuir sous un rocher à notre arrivée. Bon ! On va car même vérifier sous les lits et dans les draps, on sait jamais !! hi hi hi. Je n’ai pas envie d’entendre le son de la clochette pendant la nuit.
Un gros orage tombe pendant 15 minutes ce qui a le mérite de nous offrir ensuite un superbe arc en ciel. Le calme et la beauté des lieux est vraiment reposante après toute cette route en moto, on se promène un peu au bord des falaises de la rivière en faisant bien attention de ne pas croiser l’un de ces reptiles qui infestent les lieux parait’ il !!. Un vieil indien nous prévient du danger. Qu’a cela ne tienne nous rejoignons le bitume de la route pour nous rendre au seul bar/restaurant de notre repaire de crotales.
 Notre restaurant Grill est tenu en famille et à l’époque ou le Lodge était ouvert, John Wayne avait l’habitude de séjourné ici (pendant ses tournage à Monument Valley), à l’intérieur de l’établissement les photos du « Duke » avec les parents de nos propriétaires actuel du bar sont sur les murs du salon.

Avant de manger les énormes steaks que notre cow-boy fait cuire à son BBQ, nous prenons une bière « Lone Star » au comptoir.

































Demain sera l’étape la plus majestueuse du voyage, la traversée de Monument Valley l’une des7 merveilles naturelles du monde. Les yeux ont besoin de se reposer pour en recueillir de nouveau le plus possible.

 La Terre n'est pas un don de nos parents. Ce sont nos enfants qui nous la prêtent.
 
Rien ne peut être vendu. Cette terre nous ne pouvons pas la vendre car elle ne nous appartient pas. Nous ne pouvons pas vendre la vie des animaux et des hommes. Pourquoi ne pas vendre l'air ou la mer immense ?
La terre a un chant. Elle porte le son de l'univers. Chaque créature à un chant. Chaque plante à un chant.
La terre est notre corps. Notre esprit vient du soleil et notre passé est une étincelle du soleil . (Citations Indiennes)

 


Repost 0
free - dans LA ROUTE 66
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 19:59
Nous laissons santa Fe derrière nous avec le sentiment d’avoir fait une étape remarquable, pourtant le plus beau est à venir. Nous continuons notre route 66 en passant par Albuquerque mais sans nous arrêter car nous voulons être à Gallup en début d’après midi. Gallup sera notre étape pour rejoindre le canyon de Chelly.

Mais avant de rejoindre l’un des plus beaux Parcs de l’ouest Américain, nous voulons dormir dans ce village typiquement western dont l’Hôtel « El Rancho » est l’un des fleurons de cette époque du Far West.
Ce motel est une icône de la route 66 à lui tout seul car un nombre important de stars d’Hollywood ont dormis dans ce motel. De Ronald Reagan, Alan Ladd, Spencer Tracy, Katharine Hepburn, Kirk Douglas, Burt Lancaster, William Holden à Errol Flynn etc. …Les photos des films qu’ils ont tournés parsèment les murs de l’hôtel.
Mais la plus grande légende que l’établissement peut se vanter, c’est quand le « dernier des géants » John Wayne en personne rentra avec son cheval et demanda au réceptionniste « Une bière pour moi et une autre pour mon cheval. Le « Duke » contribua à immortaliser ce motel pour toujours. Même si vous n’avez pas l’intention de dormir ici ou alors que celui-ci soit complet, n’hésitez pas à rentrer à l’intérieur car c’est un véritable musée. Bien sur comme tous les établissements légendaires, il possède une boutique de souvenirs. Le vendredi et le samedi soir des groupes de country vous feront danser la line dance sur la piste du saloon.
































Nous dînons au Ranch Kitchen qui se trouve sur la 66 à quelques centaines de mètres de l’El Rancho de Gallup. Le boss est un biker, donc solidarité oblige notre repas se fera chez lui. Le repas est bon et peu cher, l’accueil est bien sur à la hauteur pour les motards de passage. Notre cuistot fait aussi trading post et vous trouverez tous les souvenirs en rapport à la « Mother Road ».Une ristourne est accordé aux Bikers.

A Gallup, de nombreuses boutiques western vous proposeront des articles sur l’artisanat indiens mais aussi pour vous habiller. Les lévi’s ou les wrangler sont à 20 dollars. Mais plus rare en France, les jeans « John Stetson «  à 49 Dollars ont vu ma préférence avec des chemises Jack Daniel’s. Puis, une boutique de bottes et de selles très impressionnantes nous  interpelle. En fait les centaines de selles pour les chevaux que nous voyons sont tout simplement gardés en dépôt par le propriétaire du magasin.
Celui-ci nous explique que les indiens préfèrent lui confier les selles pour 100 dollars par mois plutôt que de les laisser chez eux. Car, leurs habitations ne fermant pas, ils se volent entre eux. Ils viendront récupérer leur bien à chaque rodéo.

  Dans beaucoup de magasins nous apercevons un animal bien étrange. Le « Jackalope » C’est  un animal imaginaire du folklore américain, mélange entre un lièvre (jackrabbit) et une antilope (antelope). Il est habituellement représenté comme un lièvre avec des bois.
La légende le dit très farouche et difficile à observer, d'ailleurs on n'a jamais pu capturer de spécimen vivant. En revanche on peut l'entendre, puisqu'il imite la voix humaine à la perfection. Les cowboys avaient parfois la surprise, le soir autour du feu, d'entendre leurs chants répétés fidèlement par une voix aux alentours.

Les trophées présentant des têtes de Jackalope abondent aux États-Unis d'Amérique, et Ronald Reagan lui-même en possédait un dans son ranch, aimant à dire qu'il avait lui-même chassé l'animal. En fait, nous sommes en face du Dahu Américain.
Nous reprenons la route pour visiter le Canyon de Chelly qui est l’un des plus beau canyon à admirer et surtout qui est à échelle humaine par rapport au grand canyon.

Celui-ci ne fait que 500 mètres de hauteurs et quelques kilomètres de large. C'est sa "petite taille" qui permet justement de mieux se rendre compte de la profondeur du décor, des différentes couches de roches et surtout d'admirer le contraste roches marron/verdure... c'est à ne pas manquer !!!
Il y a surtout un endroit à voir : le Spider Rock... Ce rocher de plus de 300 mètres de haut est une véritable divinité pour les indiens pueblo. La femme araignée a élu domicile à la pointe de celui-ci.
Mais une fois de plus l’orage qui tournait autour de nous, nous rattrapera encore et c’est une véritable saucée qui nous tombera sur la tête. La femme araignée voudrait elle nous punir de l’avoir dérangé ?

 


 


Repost 0
free - dans LA ROUTE 66