Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 10:52


En partant du Canyon de Chelly, nous retrouvons enfin le soleil et les orages vont  nous laisser en paix jusqu'à la fin du voyage, sauf encore une fois, mais cette fois ci nous sommes déjà à l’hôtel.
Dans cette étape pour rejoindre Mexican Hat (chapeau Mexicain), nous traversons le désert et nous parcourons des dizaines de kilomètres sans voir âmes qui vivent ou bien l’ombre d’une station essence. En Partant de Chinle ou se trouve le canyon de Chelly, nous avons plutôt intérêt à faire les pleins d’essence car il n’y aura plus rien jusqu'à notre destination de Mexican Hat ou pour une fois nous avions réservé notre hôtel à l’avance.

Les paysages sont majestueux et c’est un avant gout de ce qui nous attend à Monument Valley le summum du voyage. Nous remontons l’US 191 en passant par les villages semi fantôme de Round Rock, Mexican Water, Bluff pour atteindre au beau milieu du désert le village du chapeau Mexicain. Pendant ce temps, nous avons fait le yoyo avec les fuseaux horaires car depuis le matin en partant de Gallup Nouveau Mexique et en traversant l’Arizona puis l’Utah, c’est 3 fuseaux horaires d’un seul coup que nous subissons.

 A l'est de Monument Valley, sur la rive droite de la San Juan River, on arrive au petit village de Mexican Hat. Un "trading post" traditionnel, en planches de bois sombre, constitue le principal attrait du village avec 2 motels, un restaurant/bar, quelques tipis et des Hogans ! On peut y acheter du carburant, des vivres et des cigarettes, et les traditionnels objets de l'artisanat navajo : conchas, boucles de ceinturon et bracelets.
Un rocher plat en équilibre sur un piton fait penser de loin à un grand sombrero aux larges bords et à la calotte bombée, qui aurait échoué là, abandonné sur son éperon par la tempête. Une piste carrossable va jusqu'au pied de la butte, et le sombrero finit par ressembler à la roche qu'il est. En poussant un peu, on atteint le bord de la falaise, au-dessus de la San Juan. On descend facilement jusqu'à la rivière. Elle roule ses eaux colorées au milieu d'une étroite bande d'arbres, seule végétation sur des rives auxquelles les minéraux et les oxydes donnent l'aspect d'un gâteau marbré pas très ragoûtant.
Avec une population recensée de 90 habitants nous sommes vraiment dans l’un des villages les plus isolés de l’Utah, mais je préfère (en 99 j'avais deja posé mes santiags ici) celui-ci à Kayenta le village à l’ouest de Monument Valley qui est plus grand avec un nombre d’hôtels plus important pour les touristes qui veulent se rendre dans la vallée des Rois. Mais qui ne possède pas le charme de son voisin Mexican Hat qui se trouve tout de même à presque 100 kilomètres l’un de l’autre. Entre ces 2 villages, il n’y en a pas d’autres.

































Mais revenons à notre village presque fantôme qui possède un hôtel avec de superbes chambres : le Hat Rock Inn. Nous garons nos motos devant l’entrée de nos chambres et qu’elle ne fut pas notre surprise de voir 2 serpents à sonnette s’enfuir sous un rocher à notre arrivée. Bon ! On va car même vérifier sous les lits et dans les draps, on sait jamais !! hi hi hi. Je n’ai pas envie d’entendre le son de la clochette pendant la nuit.
Un gros orage tombe pendant 15 minutes ce qui a le mérite de nous offrir ensuite un superbe arc en ciel. Le calme et la beauté des lieux est vraiment reposante après toute cette route en moto, on se promène un peu au bord des falaises de la rivière en faisant bien attention de ne pas croiser l’un de ces reptiles qui infestent les lieux parait’ il !!. Un vieil indien nous prévient du danger. Qu’a cela ne tienne nous rejoignons le bitume de la route pour nous rendre au seul bar/restaurant de notre repaire de crotales.
 Notre restaurant Grill est tenu en famille et à l’époque ou le Lodge était ouvert, John Wayne avait l’habitude de séjourné ici (pendant ses tournage à Monument Valley), à l’intérieur de l’établissement les photos du « Duke » avec les parents de nos propriétaires actuel du bar sont sur les murs du salon.

Avant de manger les énormes steaks que notre cow-boy fait cuire à son BBQ, nous prenons une bière « Lone Star » au comptoir.

































Demain sera l’étape la plus majestueuse du voyage, la traversée de Monument Valley l’une des7 merveilles naturelles du monde. Les yeux ont besoin de se reposer pour en recueillir de nouveau le plus possible.

 La Terre n'est pas un don de nos parents. Ce sont nos enfants qui nous la prêtent.
 
Rien ne peut être vendu. Cette terre nous ne pouvons pas la vendre car elle ne nous appartient pas. Nous ne pouvons pas vendre la vie des animaux et des hommes. Pourquoi ne pas vendre l'air ou la mer immense ?
La terre a un chant. Elle porte le son de l'univers. Chaque créature à un chant. Chaque plante à un chant.
La terre est notre corps. Notre esprit vient du soleil et notre passé est une étincelle du soleil . (Citations Indiennes)

 


Repost 0
free - dans LA ROUTE 66
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 19:59
Nous laissons santa Fe derrière nous avec le sentiment d’avoir fait une étape remarquable, pourtant le plus beau est à venir. Nous continuons notre route 66 en passant par Albuquerque mais sans nous arrêter car nous voulons être à Gallup en début d’après midi. Gallup sera notre étape pour rejoindre le canyon de Chelly.

Mais avant de rejoindre l’un des plus beaux Parcs de l’ouest Américain, nous voulons dormir dans ce village typiquement western dont l’Hôtel « El Rancho » est l’un des fleurons de cette époque du Far West.
Ce motel est une icône de la route 66 à lui tout seul car un nombre important de stars d’Hollywood ont dormis dans ce motel. De Ronald Reagan, Alan Ladd, Spencer Tracy, Katharine Hepburn, Kirk Douglas, Burt Lancaster, William Holden à Errol Flynn etc. …Les photos des films qu’ils ont tournés parsèment les murs de l’hôtel.
Mais la plus grande légende que l’établissement peut se vanter, c’est quand le « dernier des géants » John Wayne en personne rentra avec son cheval et demanda au réceptionniste « Une bière pour moi et une autre pour mon cheval. Le « Duke » contribua à immortaliser ce motel pour toujours. Même si vous n’avez pas l’intention de dormir ici ou alors que celui-ci soit complet, n’hésitez pas à rentrer à l’intérieur car c’est un véritable musée. Bien sur comme tous les établissements légendaires, il possède une boutique de souvenirs. Le vendredi et le samedi soir des groupes de country vous feront danser la line dance sur la piste du saloon.
































Nous dînons au Ranch Kitchen qui se trouve sur la 66 à quelques centaines de mètres de l’El Rancho de Gallup. Le boss est un biker, donc solidarité oblige notre repas se fera chez lui. Le repas est bon et peu cher, l’accueil est bien sur à la hauteur pour les motards de passage. Notre cuistot fait aussi trading post et vous trouverez tous les souvenirs en rapport à la « Mother Road ».Une ristourne est accordé aux Bikers.

A Gallup, de nombreuses boutiques western vous proposeront des articles sur l’artisanat indiens mais aussi pour vous habiller. Les lévi’s ou les wrangler sont à 20 dollars. Mais plus rare en France, les jeans « John Stetson «  à 49 Dollars ont vu ma préférence avec des chemises Jack Daniel’s. Puis, une boutique de bottes et de selles très impressionnantes nous  interpelle. En fait les centaines de selles pour les chevaux que nous voyons sont tout simplement gardés en dépôt par le propriétaire du magasin.
Celui-ci nous explique que les indiens préfèrent lui confier les selles pour 100 dollars par mois plutôt que de les laisser chez eux. Car, leurs habitations ne fermant pas, ils se volent entre eux. Ils viendront récupérer leur bien à chaque rodéo.

  Dans beaucoup de magasins nous apercevons un animal bien étrange. Le « Jackalope » C’est  un animal imaginaire du folklore américain, mélange entre un lièvre (jackrabbit) et une antilope (antelope). Il est habituellement représenté comme un lièvre avec des bois.
La légende le dit très farouche et difficile à observer, d'ailleurs on n'a jamais pu capturer de spécimen vivant. En revanche on peut l'entendre, puisqu'il imite la voix humaine à la perfection. Les cowboys avaient parfois la surprise, le soir autour du feu, d'entendre leurs chants répétés fidèlement par une voix aux alentours.

Les trophées présentant des têtes de Jackalope abondent aux États-Unis d'Amérique, et Ronald Reagan lui-même en possédait un dans son ranch, aimant à dire qu'il avait lui-même chassé l'animal. En fait, nous sommes en face du Dahu Américain.
Nous reprenons la route pour visiter le Canyon de Chelly qui est l’un des plus beau canyon à admirer et surtout qui est à échelle humaine par rapport au grand canyon.

Celui-ci ne fait que 500 mètres de hauteurs et quelques kilomètres de large. C'est sa "petite taille" qui permet justement de mieux se rendre compte de la profondeur du décor, des différentes couches de roches et surtout d'admirer le contraste roches marron/verdure... c'est à ne pas manquer !!!
Il y a surtout un endroit à voir : le Spider Rock... Ce rocher de plus de 300 mètres de haut est une véritable divinité pour les indiens pueblo. La femme araignée a élu domicile à la pointe de celui-ci.
Mais une fois de plus l’orage qui tournait autour de nous, nous rattrapera encore et c’est une véritable saucée qui nous tombera sur la tête. La femme araignée voudrait elle nous punir de l’avoir dérangé ?

 


 


Repost 0
free - dans LA ROUTE 66
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 07:16

TOUT D'ABORD , JE MODIFIE MON ARTICLE CAR LORS DE LA PREPARATION DE CELUI CI OBAMA N'ETAIT PAS ENCORE ELU PRESIDENT.
JE FELICITE CELUI CI POUR SON ELECTION MAIS AUSSI LES AMERICAINS QUI ONT EU LA VOLONTE D'UN VRAI CHANGEMENT. VOUS CONNAISSEZ MES CONVICTIONS A CE SUJET. JE SOUHAITE QUE PLUS TARD NOUS REUSSISSONS LE NOTRE.

Le Nouveau Mexique est passé Démocrate et depuis , je sais pourquoi ! il suffit de regarder autour de soit.
Pat . Giordano ( je n'ai pas de W entre le point moi !!!)






Hola, do you speak Spanglish?
Yes Just a little ! I am French ! Ok No problemo acaba to my pueblo.


Comme pour la nouvelle Orléans, Santa Fe ne ressemble à aucune autre ville des états unis. Les constructions sont faites en adobe (l'adobe est de la terre malléable souvent ajoutée de paille, moulée généralement dans des cadres, et séchée au soleil) et la région est pratiquement d’origine indienne et hispanique.
 Pourtant encore une fois les Français sont présents des 1739 en entretenant des rapports commerciaux avec les espagnols. Les frères Mallet fournissent toute la quincaillerie et Pierre Vial découvrira la piste de Santa Fe.
Enfin ! La cathédrale a été construite par des Auvergnats sur le modèle d’une église de Volvic en France.
La capitale du Nouveau-Mexique est devenue le deuxième lieu des États-Unis pour l'art contemporain, et l'un des premiers pour l'art western : on y compte en effet une douzaine de musées et plus de 250 galeries. Chaque Samedi les indiens font un grand marché ou ils proposent leurs artisanats fait souvent de turquoises.

La ville  est tout simplement étonnante et coloré, les grappes de piments qui pendent aux fenêtres est typique du coin.




























Mais, la particularité de Santa Fe est de posséder une église vraiment mystérieuse.

En 1878, lorsque la construction, de cette chapelle fut terminée, une constatation fut faite : l'escalier pour accéder au chœur avait été oublié. Les propositions d'escaliers faites par les charpentiers de l'époque étaient très compliquées et ils optèrent pour une échelle. Mais les sœurs auraient des difficultés à la gravir... la seule solution était donc de reconstruire la totalité de l’église ou de se passer d’escalier et de condamner le chœur.





























Les sœurs de Loretto ont donc fait appel à leur foi et prièrent durant neuf jours, afin de demander la grâce de Saint Joseph (Patron des Charpentiers). Le neuvième jour, un homme se présenta et proposa de réaliser cet escalier impossible, à la condition de rester seul durant cette période qui dura trois mois. Il était arrivé à dos d'âne et n'avait aucun chargement de bois. A la fin de la construction, l'homme partit sans se faire payer, ni dire au revoir. Il construisit l’escalier, tout seul, ce qui déjà, est considéré comme un défi majeur pour un charpentier. Personne ne comprend comment l’escalier peut tenir en place sans avoir un poteau de support central. Le charpentier, n’a utilisé aucun clou ni colle dans la construction.
De nombreux experts se sont penchés sur cet escalier, car il est tout à fait fascinant non seulement qu'il fasse 6 mètres en spirale, mais qu'il tourne deux fois en angle de 360 degrés sans support central. Il y a uniquement le haut et le bas qui touchent le sol de la chapelle et celui du chœur. Il est entièrement fait en bois extrêmement rare, même les chevilles utilisées sont faites avec ce bois.
Le bois utilisé fut analysé en 1994 et la conclusion trouvée par des hommes de science fut la suivante : il n’existe aucune sous-espèce de ce bois sur la terre. Il ressemble de plus près au sapin d’Alaska qui se trouve donc à des milliers de kilomètres du nouveau Mexique. (Intransportable pour l’époque)
Il y a trente-trois marches, de conception extrêmement précise aussi bien pour la grandeur que pour la forme : ce chiffre pourrait correspondre aux trente-trois années de vie terrestre du Christ.





























Son diamètre est de sept pieds, la hauteur de chaque marche est de sept pouces : chiffre rappelant les sept sacrements de l’Eglise Catholique. Depuis ce temps une rumeur circule à Santa-Fe que le mystérieux charpentier, serait St-Joseph lui-même, envoyé par Jésus-Christ pour solutionner le problème des sœurs. Depuis, cet escalier est appelé “miraculeux” et la chapelle est devenue un site de pèlerinage. Cette chapelle attire plus de 300000 visiteurs chaque année. Pour avoir vu cela de mes propres yeux, c’est tout à fait impressionnent et incompréhensible. Le chemin de croix est lui aussi magnifique.
Santa Fe est vraiment une ville étonnante de beauté avec cette atmosphère si particulière de ville qui a su conserver son passé historique tout en se modernisant.

Elle est belle et rebelle, romantique et mythique, Santa Fe l’indienne est une ville d’enchantement. La plus ancienne capitale des Etats Unis fait partie de ces hauts lieux magique, traversés par des courants telluriques, dégageant des flux d’énergie positive.

 































Encore ici les Bikers sont accueillis avec beaucoup d’intérêts. Ils sont les dignes représentants du monde moderne en parcourant désormais les grands espaces de l’ouest sur leurs chevaux mécaniques. Nous sommes en terre sacrés ……….

 

 


Repost 0
free - dans LA ROUTE 66
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 08:05

 

Apres la toute petite traversée du Texas nous voici au Nouveau Mexique et plus spécialement à Taos. Dans la vallée d'un petit affluent du Río Grande, il y a le Pueblo de Taos (l'endroit des saules rouges) qui désigne un ensemble d'habitations et de centres cérémoniels en adobe, remarquablement représentatif de la culture des Indiens Pueblos du Nouveau-Mexique.
Il se trouve à environs 110 km au nord de Santa Fe ou nous sommes basés pour notre hébergement. Le territoire autour du pueblo est une Réserve indienne.

Trois cents ans avant que les conquistadores espagnols aient suivi le Rio Grande vers la vallée de Taos en 1540, les premiers occupants du continent américain s'installèrent ici et construisirent d'impressionnants villages, les « pueblos », faits de maisons en pisé de plusieurs étages relié par des échelles.
Le Pueblo de Taos, occupé et entretenu par chaque génération depuis huit cents ans, est classé par les Nations unies depuis
1992 comme un site historique mondial.

Seulement 150 personnes sur les 1900 que compte la communauté vivent toute l'année dans l'ancien pueblo.
Le Pueblo est fait entièrement d’adobe, terre mélangée avec de l'eau et de la paille, que l’on fait séchées au soleil. Les surfaces extérieures du Pueblo sont continuellement mises à jour avec des couches de boue. Les murs intérieurs sont soigneusement enrobés de minces lavis blanc de la terre pour les garder propres et bien éclairées.
L’accueil fait par les indiens est différents que vous soyez en Harley Davidson ou en voiture. Les « Natives » n’oublient pas que les  associations de Bikers leurs viennent en aide.

Gilbert qui conduit le Ford est prié solennellement de se mettre à l’extérieur du village et tout cela glacialement. Tandis que nous, avec nos motos le sourire et la courtoisie sont sur le visage de nos hôtes.
En arrivant dans le village on aperçoit tout de suite l'église Pueblo San Geronimo ou  Saint-Jérôme, la chapelle a été achevée en 1850 pour remplacer l'église qui a été détruite dans la guerre avec le Mexique. Les ruines de l’ancienne église sont encore visibles sur la photo du cimetière. Les Indiens Pueblos sont catholiques. Le catholicisme est pratiqué avec les anciens rites religieux des Indiens qui sont une partie importante de la vie de Taos Pueblo.
 La communauté vit grace à l'entrée payante qu'ils demandent aux touristes et à la vente de l'artisanat qu'ils fabriquent eux memes. Vous étes invité à vous promener à travers le village mais attention Respect !!!

Nous retournons au village moderne de Taos pour nous restaurer, avant de rejoindre Santa Fe.
Dire que le village est au pied de la montagne est un euphémisme : de l'est, on y entre au débouché d'une gorge. La petite ville compte 4500 habitants. Depuis deux cents ans, artistes et écrivains s'y installent : certains, qui passaient là, sont simplement resté, pour la lumière. Ajoutez les paysages du Plateau et de la montagne, les stations de ski, les rivières à truites, les promenades à cheval ou à pied, et vous comprendrez l'afflux de touristes venus du monde entier.
Du même coup, galeries et magasins de souvenirs s'y sont développés dans la même proportion qu'à Santa Fe. Mais Taos garde le charme d'un village, avec sa petite place aux bancs de fonte peinte, ses maisons anciennes et ses rues mal aménagées pour l'automobile. Nous reprenons la route pour Santa Fe et nous subissons pour la énième fois un orage torrentiel 50 kilomètres avant notre hôtel...  
 
Dans le prochain épisode je vous raconterai l’histoire d’un escalier miraculeux, encore une légende qui celle-ci s’avère très mystérieuse.

                                                            DIAPORAMA DU VILLAGE

 


Repost 0
free - dans LA ROUTE 66