Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 19:54

 

lac-gialorgues-4.jpg A 116 km de Nice et culminant jusqu'à plus de 2800 mètres, le col de la Bonette vous garantit un voyage au bout du monde. La route vous emmènera face aux massifs des Ecrins avec ses glaciers et ses sommets mythiques comme le Pelvoux (3 946 mètres), l'Aile Froide (3 928 mètres), le mont Viso (3 843 mètres)...la Bonette est situé au cœur du Parc national du Mercantour et relie la vallée de la Tinée dans les Alpes Maritimes à celle de l’Ubaye dans les Alpes-de-Haute-Provence par le col du restefond.

8eme-albums-0007.JPG8eme-albums-0010.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint Etienne de Tinée(06) on peut voir les armoiries des etats de Savoie 

 

 La route mythique de la Bonette que tout motard doit emprunter une fois dans sa vie est souvent présentée comme "la plus haute route d'Europe". La route asphaltée s'élève à 2802 mètres, ce qui en fait la plus haute route goudronnée de France. Une partie de cette route, entre Jausiers (04) et Saint-Etienne-de-Tinée (06), traverse le Parc national du Mercantour, un magnifique espace protégé de 68.000 hectares.

La route de la Bonette, qui permet la liaison directe entre Nice et Barcelonnette, n’était autrefois qu'un chemin muletier. Cette voie stratégique exploitée et entretenue par l’armée, a été élargie dès 1832, puis classée "route impériale" par Napoléon III, le 18 août 1860.

8eme-albums-0220.JPG8eme-albums-0051.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le tracé définitif a été réalisé en 1960 et la route actuelle a été achevée en 1964. Elle a subi depuis de nombreux aménagements.  Le Tour de France est passé quatre fois par le col de la Bonette (classé hors normes) au cours de son histoire, en 1962, 1964, 1993 et 2008. Avec ses 2802 mètres d’altitude, cette route constitue le record d'altitude de la Grande Boucle ! Quotidiennement, un millier d’automobilistes et de motards s’offrent le plaisir de l’ascension, l’ivresse de l’altitude. Des dizaines de cyclistes, à la limite de leurs forces, y rejouent les exploits de Bahamontes dans les années 1960, ou de Millar dans les années 1980, triomphants ici sur le Tour de France.

8eme-albums-0074-copie-1.JPGChacun cherche à vaincre la montagne. Tous en redescendent plus humbles, motards, cyclistes ou automobilistes avec le sentiment d’avoir réalisé un parcours magique, une performance au delà du réel…. L’immensité silencieuse, plongés dans des pensées profondes. A cet endroit, nous pouvons facilement en conclure que nous ne sommes qu'un minuscule grain de poussière perdu dans l'Univers. J'ai fait le  col du Tizi Tichka et celui du Tizi n- Test dans le haut Atlas Marocain, j'ai parcouru le Grossglockner en Autriche  jusqu'au glacier toujours  en Harley Davidson , et je peux vous dire que ce n'est rien comparé à celui ci. Seul peut-etre mon itineraire dans les montagnes rocheuses en 99 aux USA est peut etre plus impréssionnant.
La route du col  est le plus court chemin entre la Côte d’Azur et les grandes Alpes. Elle relie Nice à Barcelonnette en 150 km. Ce parcours traverse de somptueux paysages de haute montagne et permet de rallier, en voiture ou en moto, les alpages surplombés de cimes culminant à plus de 3000 m d’altitude des Alpes Maritimes jusqu'a la mer méditerranée.

8eme-albums-0075.JPGAu sommet, la vue est grandiose par temps clair, avec une très belle vue sur les Alpes du Nord et le Mont Viso en Italie. Tous les ans, le pèlerinage de Notre Dame du Très Haut se déroule à la fin du mois de juillet ou pèlerins Niçois et Piémontais se réunissent. A son sommet se dresse un menhir sur lequel est fixée une plaque commémorative retraçant les grandes dates de l’histoire de la route mythique.

8eme-albums-0100-copie-1.JPGLa chaussée de la bonette nécessite de la prudence et de la concentration, Mais, elle figera à jamais le souvenir d'un monde merveilleux. La haut, la minéralité des versants, le dispute aux panoramas exceptionnels. Un col grand spectacle. Il faut reconnaitre que sur ces pentes vertigineuses, rien n'est anodin. Les perspectives rocheuses sont infinies et digne de l'Indu Kuch Afghan. L'oxygène, raréfié, transforme les moteurs en mécaniques poussives. Quand au climat, il est capricieux, capable de surprendre en plein été le touriste par une averse de neige. Tous ceux qui veulent faire cette route doivent se renseigner à la météo avant leur départ. Les orages sont d'une rare violence comme vous ne pouvez l'imaginer, comme pour le vent qui peut balayer une moto de 400 kilos comme si c’était une plume d’aigle.

8eme-albums-0117.JPGDans mes souvenirs de motards, le passage de ce col reste l'un des plus terribles que j'ai pu subir avec mes potes. Le col est d'ailleurs fermé à la circulation sept mois sur douze. Quand aux anecdotes concernant le col, elles sont légions. Lors du déneigement, il est arrivé de retrouver des carcasses de voitures, abandonnées par leurs propriétaires qui avaient tenté de franchir le col pendant sa fermeture. Une autre fois, ce sont des motards, surpris en automne par une chute de neige au camp des fourches, lors d'un bivouac. Au petit matin un mètre de poudreuse recouvrait les motos.

8eme-albums-0122-copie-1.JPGLa bonnette accueille l'une des faunes les plus denses de toutes les Alpes Françaises. Cette zone du parc du Mercantour est l'une des seules ou l'on peut trouver la quasi totalité des espèces d'ongulés vivant en montagne: Chamois, Bouquetins, Mouflons, Cerfs, Chevreuil. C'est aussi le terrain favori du Gypaète barbu et de l'Aigle Royal. De partout, on voit des marmottes qui s’avèrent difficile à prendre en photo car elles ont vite fait de rentrer dans leurs terriers les bougresses !

8eme-albums-0130.JPGAu pied de la Bonette, le village de Saint Dalmas de Selvage aux paysages variés (prairies fleuries, forêts de mélèzes, d'épicéas, alpages et montagnes rocheuses) est le plus haut du département des Alpes-Maritimes (1 347-2 916 m). Le hameau de Bousiéyas quand à lui est le plus haut du département des Alpes-Maritimes (1 960 m), il tire son nom du verbe Niçois « bousihar » qui signifie « souffler en tempête «  On y trouve onze maisons, un vieil hôtel et un gîte d'étape. Je m’arrête un instant au « Camp des Fourches »  un ancien village militaire abandonné depuis l’entre-deux-guerres. À la différence des ouvrages de défense, le Camp des Fourches (situé à 2 300 m d'altitude) était réservé à l'hébergement des troupes. Sa construction a été achevée en 1896. Composé de 26 baraquements construits en dur, il pouvait abriter jusqu'à 800 hommes.

8eme-albums-0138.JPGTout était prévu pour une autonomie totale : capitainerie, sanitaires, four à pain, cuisines, écuries pour les mulets, réseaux d'assainissement et même un téléphérique, relié au hameau du Pra, assurant le ravitaillement ou l'évacuation des blessés. L'hiver, par contre, seule une section d'éclaireurs-skieurs d’une quarantaine d'hommes y habitait. Les hommes y vivaient en autarcie complète et certains profitaient de leur temps libre pour peindre d'amusantes fresques murales dont quelques-unes sont encore visibles dans l'extrémité Ouest du camp.
Je redescends par le col de la Moutière, la route n’est pas goudronnée pendant une dizaine de kilomètres, quelques passages sont difficiles pour les 400 kilos de la moto dont quelques cuvettes pour le passage de petit torrents en hiver, mais quel spectacle ! Quelle immensité au milieu du silence. 

8eme-albums-0146.JPGJe croise souvent des marmottes, toujours impossible de les photographier, alors je me rabats sur les troupeaux de moutons, chèvres et même de vaches qui broutent ces hauts alpages. Ici pas de Loup. Celui-ci ne se risque pas à venir car le terrain est trop à découvert et il préfère les zones plus forestières.
Les fortifications de frontières sont nombreuses à cet endroit et il n’est pas rare de voir des casemates ou des blockhaus qui témoignent des conflits et des luttes d’influence qu’a pu subir le comté niçois. Sur mon passage l’ouvrage de la Moutière est un ouvrage fortifié d’infanterie de la Ligne Maginot des Alpes situé à 2 440 m d'altitude qui me permet de visiter l’intérieur, celui-ci est ouvert aux quatre vents et malheureusement aux tagueurs  (diaporama)…

 8eme-albums-0197.JPGJ’ai tout de même bien roulé dans ce chemin, alors je me décide à gravir le col de la Lombarde par la route d’Isola 2000, la grande station de ski de la Cote d’Azur avec celle d’Auron et Valberg. Je fais de nouveau une halte  à Saint Dalmas le Selvage pour un casse croute avec terrine et fromage du terroir. Le cadre authentique et serein attire la promenade. Il est fort agréable de déambuler dans ces ruelles aux pavés d’époque et découvrir les façades biscornues des vieilles maisons qui datent pour certaines de la fin du 17e siècle.

8eme-albums-0059-copie-1.JPGLes toits sont très pentus et recouverts de bardeaux de mélèze. Beaucoup de granges typique du haut pays qui se composent d’une base en pierre sèche et d’un fenil couvert d’une toiture en chaume de seigle ou bien par du bardeau de lauzes. Je rencontre Mr le Maire qui me donne la clé de l’église avec sa tour Lombarde pour aller la visiter en échange de ma carte d’identité Nissarte. Et oui ! Je possède une carte d’identité Niçoise. Nous sommes déjà plus de 5000 à la posséder.

8eme-albums-0201.JPGÀ l’intérieur, deux triptyques signés par des primitifs niçois dans un esprit très baroque. Je repards en direction d’Isola et son magnifique clocher roman du XIIe siècle puis, j’emprunte la route qui mène au col de la Lombarde.
Le col de la Lombarde est un col-frontière alpin reliant la vallée de la Tinée  dans le Comté de Nice  à la vallée de la Stura di Demonte, au Piémont  Italien. Avec une altitude de 2 351 mètres, ce col surplombe la station d'Isola 2000. Il est situé entre la cime de la Lombarde (2 800 m) et la Tête de l'Adrech (2 475 m). Le paysage se fait aride, la végétation rare, ca tourne, ça tourne même beaucoup avant d’arriver au terme de ce col.  La récompense est de nouveau grandiose une fois arrivée au sommet.

8eme-albums-0262.JPGLa vue sur de petits lacs et le sanctuaire de Santa Anna est magnifique, l’immensité totale...Dommage le ciel commence à se voilé. Le sanctuaire de Santa-Anna est le plus haut d'Europe. C'est non loin d'ici, que Sainte-Anne serait apparue à une jeune bergère de Vinadio. Je dois faire demi-tour car la route continue sur la province de Cuneo dans le Piémont Italien et il faudrait que je passe par le col de tenda pour revenir sur Nice. Un itinéraire bien trop long …. J’ai déjà 250 kilomètres au compteur et il m’en faut encore 110 pour être de retour à Grasse dont 90  de lacets et de montagne. De toute manière le ciel s’assombrit et le temps se gâte.

8eme-albums-0298.JPGEncore une fois impossible de faire confiance à la météo qui avait annoncé un temps splendide même en montagne. Si le matin pour le col de la bonette le soleil était au rendez vous, ce ne fut pas le cas ensuite pour faire la Lombarde. Dommage car le reflet des petits lacs avec le ciel d’azur aurait été magnifique comme celui de Vens le matin.
J’arrive enfin à la maison vers  18H, ici il fait encore 34°. Alors que la haut ,il faisait à peine une quinzaine de degré. Quel contraste entre le littoral et le haut pays dans ce département . Je suis KO mais j’en ai pris plein les yeux… un seul mot  peut-être ! Sublime.

 

DIAPORAMA DE L'EXTRAORDINAIRE BALADE

Repost 0
free - dans ALPES MARITIMES
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 08:12

8eme-albums-0215.JPG Le parc National du Mercantour et le Parco Naturale delle Alpi Marittime sont nés d’un espace riche et longtemps préservé. Ancienne réserve Royale de chasse dés le 19e siècle du Roi d’Italie, des Princes de piémont et de la maison de Savoie, ils ont en commun des richesses naturelles rares et représente un symbole fort d’une nature qui se joue des frontières. Le Mercantour est inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO comme patrimoine exceptionnel de la nature. On y a d'ores et déjà dénombré plusieurs milliers d’espèces (certaines sont présentes depuis la fin des glaciations) dont notamment 197 espèces de vertébrés sur le territoire.

8eme-albums-0129.JPG8eme-albums-0188-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus de 2000 espèces de plantes (soit la moitié de celle connues en France) dont 220 sont considérées comme très rares et 40 qui n’existent nulle part ailleurs dans le monde. Autant vous dire que la balade que nous nous apprêtons à faire est  d’une richesse incomparable, mais surtout d’un bien à préserver, car il contribue à la connaissance et à la protection de la biodiversité. Il est donc nécessaire de respecter cet environnement et de partager l’exception de son patrimoine naturel et culturel car c’est l’un des derniers endroits sauvages de la vieille Europe.

8eme-albums-0271.JPGNous partons de bonne heure pour rejoindre le haut pays Niçois en passant par la vallée de la Vésubie. Quand on part de l’altitude zéro pour arriver à celle de 2500 mètres, les étapes en moto doivent se faire progressivement. On ne franchit pas la montagne comme l’on pourrait se promener sur une route du littoral. Même si la destination se trouve à 30 kilomètres à vol d’oiseau de la promenade des Anglais, c’est un itinéraire de 300 kilomètres de montagne aller/retour, ce qui vous fera imaginer tout de suite le dénivelé et les lacets que nous avons parcouru. L’épreuve est physique et sauvage comme le lieu de notre destination.
La vallée de la Gordolasque est une vallée glaciaire, affluent de la Vésubie et située au dessus du village de Belvédère. Elle est bordée au Nord par la crête frontière avec l'Italie, à l'Est par la vallée des Merveilles et à l'Ouest par la vallée de la Madonne des Fenestres.

8eme-albums-0409.JPGLa Gordolasque prend sa source au pied des grands "3.000" du Mercantour (Gélas, Malédie, Clapier) et sépare dans une austère et majestueuse ambiance de haute montagne le vallon de Fenestre et celui des Merveilles. Situé à 2 232 m, le refuge de Nice a été le premier des hébergements d'altitude bâti au début du XXe siècle à l'initiative du chevalier Victor de Cessole, président de la section CAF des Alpes-Maritimes, pour faciliter l'accès des sommets qui dominent la vallée. L'itinéraire menant au refuge de Nice se parcourt dès le début du printemps en prenant garde aux passages exposés aux avalanches qui peuvent balayer l'axe même du vallon.

8eme-albums-0150.JPGUne vallée d’une incroyable beauté, située en amont du village de Belvédère. Il s’agit d’une des entrées les plus sauvages et les plus belles du Parc national du Mercantour. Elle offre un accès en direction de la vallée des Merveilles et de ses gravures rupestres, mais elle permet également de découvrir les plus hauts sommets du département (Malédie, Tête du Basto, Grand Capelet, Clapier). Mais aussi : vente de fromages à la vacherie, découverte de la cascade du Ray. C’est aussi l’endroit des montagnes sacrées ou des peuplades primitives adoraient l’existence du Dieu Taureau. Partons à la découverte des montagnes légendaires des Alpes Maritimes et du hauts pays Niçois.

8eme-albums-0151.JPG

On commencera par : La cime du diable (2685m)
Son nom évocateur rappelle le caractère maudit que revêtait jadis la haute montagne. D’après une tradition très ancienne, ce sommet était occupé par le Diable qui venait de l’enfer par un des lacs de "l’Enfer" et qui de là-haut rançonnait les villages de la vallée du Paillon (comté de Nice), 2 000 m plus bas. La légende rapporte que le Diable fut finalement pris à la glu par des paysans de Contes. La cime du Diable, n'est qu'a 30 km à vol d'oiseau de Nice la capitale du Comté.

parc-national-du-mercantour.jpg

Un peu d'histoire maintenant sur le Mont Bégo (2872m) : une sacrée montagne ou une montagne sacrée… écoutez la parler !
Je m’appelle Bégo, je suis une montagne… A une époque encore lointaine, on m’a attribué ce nom, mais je ne me souviens plus très bien qui me l’a donné. Aujourd’hui, les scientifiques ont des versions différentes sur son sens, mais l’une d’entre elles évoquerait la montagne sacrée  et le dieu Taureau.
Vous l’aurez compris, nous ne sommes point là sur une montagne, mais sur un véritable sanctuaire…

8eme-albums-0210-copie-1.JPG3000 ans avant notre ère, les groupes d’humains et d’animaux continuent leurs transhumances habituelles, mais je remarque alors de nouvelles pratiques un peu étranges qui picotent mes flancs. Ces hommes se sont munis de pointes de quartz, avec lesquelles ils me martèlent régulièrement m’incisant de motifs représentant des animaux à cornes, des outils, des armes, des figures géométriques et beaucoup d’autres motifs non expliqués à ce jour.  Il semblerait que j’ai été élu par des populations  des côtes ligures et des plaines piémontaises, venues vénérer mon sommet qui culmine à 2872m. A l’époque, mon chef arrondi aurait eu un impact symbolique plus important que les cimes pointues des autres massifs.

8eme-albums-0182.JPG8eme-albums-0187.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il paraîtrait également qu’une des vallées principales, qui vous mène à moi et qu’on appelle aujourd’hui la vallée des Merveilles, aurait recélé des minerais très prisés par les hommes, concepteurs de la première métallurgie. Ces humains, très superstitieux, pensaient qu’en gravissant mes pentes ils se rapprochaient du ciel donc de leurs divinités, lesquelles entendraient mieux leurs prières. En gravant des symboles sur mes roches, ils espéraient sans doute se mettre tout autant à l’abri de mes colères que de celles de leurs dieux, qui habitent au-dessus de moi, dans le ciel. Pour ces hommes, c’est faire des offrandes que d’orner de motifs tout mon être.

8eme-albums-0202.JPG
Parfois, au-dessus des cimes acérées, les masses nuageuses lourdes et menaçantes s'affrontent. La pluie s'abat dans le fracas du tonnerre sur ce désert minéral où toute la faune a fini par trouver refuge. Ici, au-dessus de 2 000 mètres d'altitude, les arbres sont rares, une nappe constituée de pelouse alpine et de fleurs multicolores tapisse le paysage. Ici, les rochers ont été sculptés par le « géant », le grand glacier qui régnait d'un blanc froid il y a plus de 20 000 ans. La masse imposante de glace atteignait plusieurs centaines de mètres d'épaisseur, rabotant et sculptant le paysage. À la suite d'un réchauffement climatique qui s'amorce il y a 14 000 ans, le glacier se retire peu à peu et dépose, au hasard des pentes, de grands rochers arrondis qui surveillent depuis la nuit des temps les lacets que le torrent creuse au fond de la vallée.

8eme-albums-0209.JPGIci, les grandes dalles de schiste sont parcourues de stries glaciaires dues au frottement des pierres sous la glace. La patine orange, due à l'oxydation du fer, de l'aluminium et du manganèse, recouvre les surfaces de schiste qui deviennent de plus en plus colorées au fil des siècles. Le soir, dans ce paysage orange et vert, le bleu des lacs glaciaires rappelle la présence de l'eau et la lumière se reflète sur les longs serpents d'argent des rivières. Les dalles parcourues par d'innombrables sources se transforment en miroirs. Là, au pied de la montagne, nos ancêtres ont défilé, franchissant pas à pas les difficultés du relief, comptant jour après jour la marche qui les rapproche du but, et ont figé une partie de leurs pensées dans la roche.

8eme-albums-0203-copie-1.JPG
On n’aborde pas la Vallée des Merveilles comme une randonnée habituelle. Ici le jeu consiste en un rite initiatique, en une communion avec les temps reculés, voici quelque 2 500 ans avant notre ère, où les peuples de bergers vinrent immortaliser leurs croyances païennes. Ce culte rendu aux divinités de la montagne et du ciel, avec au premier rang l’hommage au Dieu-Taureau, maître de la foudre, a imprégné les lieux d’une magie qui transpire de tous les pores d’une roche polie par les glaciers quaternaires. 

8eme-albums-0265.JPGOn admirera tout en marchant la surprenante coloration des dalles vertes ou orangées, rougeâtres ou violacées, résultat de l’altération du temps depuis le recul glaciaire, environ 5 000 à 7 000 ans avant J-C. Grès fins ou grossiers et schistes, à l’exclusion du gneiss et du granite trop durs, furent des millénaires durant, gravés et décorés de 45 000 pétroglyphes, témoignant de rites sacrés proches des préoccupations agricoles et pastorales protohistoriques.

8eme-albums-0339.JPGDepuis des siècles, dans des fromageries d’alpage appelées ici “vacheries”, on fabrique de savoureux fromages à partir de lait cru, souvent réchauffé au feu de bois. Eleveurs de vaches à Lantosque ou à Roquebillière, éleveurs de chèvres à Utelle ou La Bollène, les producteurs de fromages se comptent encore par dizaine.

8eme-albums-0311.JPGSur la crête frontière entre le Comté de Nice et l'Italie (Piémont), le mont Clapier est l'un des principaux sommets de la partie est du massif du Mercantour.
Le sommet est facilement accessible à pied depuis le refuge de Nice, dans la vallée de la Gordolasque. L'hiver, c'est aussi un des principaux itinéraires de ski de randonnée du secteur.

8eme-albums-0194-copie-1.JPG8eme-albums-0333.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le côté italien du Clapier porte le glacier le plus méridional des alpes, le glacier du Clapier, à 40 kilomètres à vol d'oiseau de la mer. Ce glacier est visible depuis le Pas Est du mont Clapier.Il culmine à 3045 m. Dans les Alpes Maritimes les balades sont illimités et vous n’aurez surement pas assez d’une vie pour toutes les découvrir à moins que le Dieu Taureau vous en donne une seconde dans un autre espace/temps parmi les  habitants de cette faune et de cette flore exceptionnelle.

8eme-albums-0340.JPG

Depuis 5 ans que mon site existe aucun de mes articles n'est le meme, chaque endroit, chaque balade, chaque fete est differente  et unique  et il y en a tant d'autres encore à faire dans ce depardement si diversifié....                  

                                      DIAPORAMA DE LA BALADE

Repost 0
free - dans COTE D'AZUR
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 07:20

 

LC_087.jpg C’a y est ! Le grand jour est enfin arrivé en ce samedi  17 Juillet 2010. Ce grand jour, qui a été si longtemps préparé depuis bientôt un an par toute la famille ….. Car, le jour ou nos enfants nous ont annoncé la décision de se marier, ils ont aussi exprimé le désir de réaliser les festivités dans la bastide familiale et non pas dans un restaurant comme cela avait été le cas pour ma fille cadette Jessica (la maman de Nathan) et de mon gendre Jonathan.

LC_175.jpgCe n’est pas sans une certaine appréhension que nous avons encaissé la nouvelle. Non pas, que nous étions étonné par l’annonce de cette union, mais plutôt par celui d’une importante responsabilité pour l’organisation de cette cérémonie à domicile. La tache n’est bien sur pas insurmontable mais la logistique et l’accueil d’un tel événement est bien plus contraignant que celui de rechercher l’établissement gastronomique qui va accueillir tous les convives. Le restaurateur organise tout et basta ! Vous pouvez dormir tranquille…. A moins bien sur, qu’entre temps le restaurateur ai fait faillite et qu’il se soit barré avec votre acompte. Si si ! Ne rigolez pas, c’est déjà arrivé à quelques malheureux  si je puis dire…

 LC_193.jpgLC_221.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fait l’organisation doit être sans faille pour que ce jour devienne mémorable pour le bonheur du jeune couple.
On commencera donc par choisir une date, de préférence l’été quand il ne pleut pas ! Et oui, je me vois mal accueillir plus d’une centaine d’invité dans ma salle à manger, bien que celle-ci soit acceptable …. Ce sera bien sur dans les jardins !
Alors quelle date ? Pourquoi pas le 17 juillet le jour de ton anniversaire me répond ma fille !

LC_240.jpgLC_269.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allez ! C’est parti, va pour le 17 Juillet …..En croisant tout de même les doigts car cette année 2010 sera  chaotique avec un temps très très capricieux, auquel cas, il faudra installer un chapiteau.
Passons les détails administratifs qui sont commun à chacun des mariages : Mairie, documents officiels, livret de famille, acte de naissance, témoins etc etc …. Puis, la cérémonie religieuse, préparation au mariage avec monsieur le curé pour sept rendez vous et son bla bla bla spirituel.

LC_347.jpgOn va s’attarder en premier lieu à trouver le traiteur, et pour cela internet est devenu un outil indispensable à la recherche des professionnels qui sont légions sur la Cote d’Azur.
On va dire, comme d’habitude qu’il y a à boire et à manger dans cette profession. Alors les forums s’avèrent bien utile pour connaître les avis des personnes ayant déjà sollicité leurs services. Après une dizaine de devis et de RDV, notre choix s’arrête sur l’un des traiteurs les plus qualifié  de Menton jusqu'à Saint Tropez : Jérôme Ravel. Une référence sur la riviera dans l’organisation de soirées privées et raffinées. De plus celui-ci se trouvant à 300 mètres de ma bastide, les relations et les déplacements seront facilités.

LC_272.jpgLC_352.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa réputation est absolument justifiée,  la préparation du mariage fut parfaite. Des mets d’une qualité remarquable et un service au top, un art de la  table de toute beauté avec chaises Napoléon III. C’était parfait ! Les deux cuisiniers ont assuré jusqu'à deux heures et demie du matin et les 5 serveurs et le maitre d’hôtel ont assuré quand à eux jusqu'à cinq heures et demie du matin. Quand on pense qu’ils ont commencé les installations à partir du Samedi 13h30.

LC_357.jpg Salle des mariages de la mairie de Grasse

 

Ensuite, nos enfants ont proposé le thème « retro » pour leur mariage étant passionné tous les deux par les vieilleries et le style des années folles. La décoration fut donc un sujet de grandes discussions…. Comme pour ces chandeliers, qu’ils allèrent chercher à Boulogne sur Mer, vendu à la suite d’un mariage de  résidents nordistes. Heureusement, nos enfants habitaient encore à Savigny sur Orge à ce moment la….  Il fallait que tout fasse retro, donc un thème noir/blanc/argenté. Internet fut encore d’un précieux secours notamment le site « au feminin.com » et même pour la décoration des tables une visite au M.I.N.E.S de Rungis.

LC_377.jpgEnsuite en fouinant sur les sites de mariage, Ma fille a trouvé comment confectionner les menus de table en poudriers pour les femmes, et  en boite à cigare pour les hommes, idéal pour le thème. Elle a donc recruté sa sœur Jessica pour les faire, ce qui  a pris pas moins de 15 après midi pour en faire plus d'une centaine !
Aprés la recherche du traiteur, ce fut celui de la robe de mariée en compagnie de Soso. Les hommes sont bien sur exclus de cette recherche ! hi hi hi 

LC_428.jpgLC_446.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la cathedrale de Grasse 

 

Ma fille cadette ayant été très contente de sa robe lors de son mariage en 2008, c’est donc tout naturellement vers la boutique cymbelline à Nice que mes femmes ce sont dirigées, plutôt que chez Lyne à Cannes ou le fun n’était pas bien passé la première fois. Sa préférence se porta sur 4 robes et le choix était bien évidemment shakespearien ! Perdu dans ses choix, la directrice de la boutique lui conseilla de repartir et de réfléchir tranquillement à la maison. Le temps de prendre un café au cours Saleya et les voila très vite retourné à la boutique car il y avait un gros coup de cœur pour l’une d’entre elle. Juste quelques petites modifications en rajoutant des plumes d'oies au bustier, et des mouchoirs de tulles pailletés dans le bas de la robe.  Bon ! Voila, pour la robe c’est dans la poche …..

LC_457.jpg  Célia apporte les bagues

 

Pour le choix du photographe, cela a été aussi un gros coup de cœur. Laetitia connaissait de réputation par l’intermédiaire d’un magasine spécialisé, une photographe ayant un style vraiment décalé par rapport aux classiques photographes de mariage. A savoir maintenant si celle-ci voudra bien descendre de Paris pour immortaliser nos tourtereaux. Enfin ! Si elle était libre à la date pressentie et à combien s’évaluerait le déplacement. Beatrice de Guigné fait partie de cette génération de photographe ayant un style moderne et artistique. A la vue de son book, je m’incline devant l’artiste….

LC_507.jpg LC_536.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pétales de Roses dans la capitale de la centifolia 

 

  Cette Réunionnaise  fait partie de la prestigieuse WPJA qui regroupe les meilleurs photographes dans le monde. Ce qui différencie les membres de cette industrie est leur candeur, leur approche documentaire, une vision artistique distincte envers la photographie de mariage. N’est pas professionnel de la photographie qui veut, même un très bon amateur éclairé est loin de notre surdoué …..

LC_530.jpgDonc en septembre 2009, nous avions déjà notre traiteur, notre photographe, et la robe, ce qui était une belle avancée tout de même ! Ombrelle ou bibi dans les cheveux ne fut plus qu’une formalité. Quoique ce bibi fût choisi sur un site Américain comportant plus de 860 pages qui finalement arrivera 2 mois plus tard.
Avec l’accord du traiteur qui ne prit aucun frais de bouchons, notre choix se portera sur l’achat des boissons par nous même. Celui-ci se fera sur du champagne heidsieck monopole 1er cru, du château de Berne 2008 en rosé et un saint Emilion grand cru château Tourrans 2006 en rouge. L’eau en bouteille en verre et autres boissons soft seront prises chez le distributeur pour professionnel « Promocash ».

LC_556.jpgLC_621.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin ! La ligne droite est dans le rétroviseur et en début de printemps la décoration de jardin s’avère elle aussi nécessaire. Le choix des fleurs et des plantes se feront chez Nova jardin, un pépiniériste d’Opio se trouvant au rond point de Coluche. Les massifs de fleurs s’étant bien développé, le frère à Solange envoya deux électriciens qui pendant 4 jours s’acharneront à installer toutes sortes de lumières dans le jardin pour éclairer, statues, fleurs, maison et convives….. Un très très grand merci à l’entreprise de mon beau frère : les établissements Pistolesi. Sans oublier un autre grand merci à la Sœur de Soso et mon autre beau frère, adjoint à la mairie de son domicile qui nous fera parvenir le plancher pour danser et un chapiteau de secours au cas où la pluie aurait voulu se mettre de la partie. Alors, de la pub aussi pour la SARL Molineri (maçonnerie).

LC_744.jpgLe mariage pouvait donc commencer sous les meilleurs hospices….. Direction Grasse  et sa magnifique salle de la Mairie. Nous passons sous la porte monumentale de l'hôtel de ville en pierre de taille et sommée des armes de Grasse qui nous mène dans la cour intérieure où trône la fontaine surmontée par la statue de Ramuy représentant Grasse allégorisée. Sur la droite, on peut admirer la façade très conservée de l'ancien palais épiscopal. À l'intérieur de la mairie, dans le hall, deux arceaux du XIIe siècle sont remarquables, tout comme la chapelle privée des évêques de Grasse (XIIe siècle) ensuite, on monte au deuxième étage, transformée aujourd'hui en salle des mariages.

8eme-albums-0103.JPG8eme-albums-0111.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les convives sont déjà en admiration devant tant de beautés ancestrales. Nous sommes félicités par Monsieur le Maire pour le choix de ce thème qui revoit en celui-ci les grandes heures de la société Grassoise. Puis vint le moment de se rendre à l’église. Au bras de ma fille, je monte les marches  de la cathédrale romane : initialement église Santa Maria de Podio, elle fut transformée en cathédrale lors du transfert de l'évêché d'Antibes à Grasse en 1244 au cours de travaux qui comprirent également la construction du palais épiscopal. La nef centrale mesure 55 m sur 19 m, elle fut construite au XIIIe siècle. Les murs font plus de deux mètres d'épaisseur. Dix colonnes austères soutiennent le tout. Sept cloches sonnent d'un clocher dépassant la cathédrale de 34 m.

8eme-albums-0133.JPG8eme-albums-0096.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cathédrale expose de nombreux tableaux dont trois magnifiques Rubens, un Fragonard, un Charles Nègre, un Gaillard, un Sébastien Bourdon, et de nombreux anonymes représentants les évêques de Grasse. La cathédrale est d’une beauté architecturale exceptionnelle, les arcatures lombardes de la façade témoignent de l'influence italienne ayant présidé à la construction de cet édifice qui constitue l'une des premières manifestations de l'art gothique dans cette région. Les colonnes cylindriques massives et la chapelle latérale du Saint-Sacrement, de style baroque, constituent les principales originalités de cette cathédrale. Dans la nef latérale droite, un beau retable attribué à Louis Brea le grand peintre Niçois.

8eme-albums-0176.JPG

Dans les jardins de la bastide Giordano

 

Mariage spécial, chanson très spéciale pour l’entrée dans l’église, et ce ne fut pas sans mal d’avoir fait accepter au prêtre la chanson d'Aerosmith «  Don't Want To Miss A Thing » musique profane pas forcement accepté dans un lieu de culte autant chargé en histoire que la cathédrale Grassoise. Faut dire que les enfants qui se marient aujourd’hui viennent eux aussi d’une très longue lignée de familles d’ancêtres locaux…..
Pour la sortie des mariés, pas de riz ou de confettis, mais des pétales de roses fraiches offertes par le rosiériste Mouginois. Absolument obligatoire dans la capitale de la rose centifolia sous les flashes du journaliste de Nice Matin venu couvrir l’événement.

8eme-albums-0396.JPGLe cortège pouvait enfin repartir en direction de la bastide ou allait se dérouler l’apéro dinatoire composé par des ateliers repartis autour de la piscine. De succulentes verrines, brochettes de gambas, de noix de saint jacques, de saumons et de foie gras, de beignets de fleurs de courgettes, d’accras, de samossas etc. …. étaient proposés aux convives pendant que les jeunes mariés posaient pour la photo à tour de rôle sous une musique d’ambiance.

LC_786.jpgLes photos de familles terminées, ce fut la grande entrée du couple sous la direction de l’équipe de Gstar Concept sous un tonnerre d’applaudissements. Une animation primordiale et très importante pour la réussite d’une soirée de ce genre. Une équipe composée de musiciens et de chanteurs talentueux très connu dans les soirées de la Cote d’ Azur.

LC_798.jpgNotamment au sporting de Monte Carlo en avant première de Diana Ross, ou bien dans les palaces de la riviera tel que le Carlton, l’Eden Roc, le Martinez, l’hôtel de Paris et l’Hermitage à Monaco, le casino Ruhl à Nice ou la Villa Rothschild à Saint Jean Cap ferrât. Mais aussi l’international avec le Luxembourg, la Suisse, le Maroc, la Belgique……

LC_881.jpg

Autant vous dire que de ce coté la aussi la prestation a été au top du top. Les danseurs en style Al Capone, Bugsy Siegel  et les danseuses en charleston et paillettes style Bonnie Parker ont aussi donné une ambiance visuelle. Coiffes perlée, Borsalinos, Boa, plumes d’autruche, fume cigarettes, porte jarretelle et bas résille égayaient les parures.Toute la "Cosa Nostra" et la "Camorra" venu de Sicile, de Naples ou de Regio di Calabre. Mais pas seulement , on pouvait trouver les triades Cambodgiennes et meme Thailandaises puisque certains invités venaient de Ko Samui et de Phnom Penh. 

LC_964.jpgUne cérémonie qui se termina très bien car le matin, elle avait mal commencé….. Et oui ! Figurez vous qu’a 7h30 j’emmenais ma fille Jessica aux urgences de l’hôpital de Grasse pour des coliques nephretiques terribles pendant que mon gendre gardait Nathan. Perfusions, scanner et tout le tra la la …. En plus Jessica  était le témoin de sa sœur ! Mais comme dans un comte de Fée, l’histoire se terminera bien ! Pas de panique chez les … Giordano

Parle Plus Bas mais parle encore. De l'amour fou de l'amour fort
Parle Plus Bas .Car on pourrait bien nous entendre....

 

                                       DIAPORAMA 1er PARTIE

 

                    DIAPORAMA DE LA SECONDE PARTIE


Repost 0
free - dans PRESSE
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 12:09

8eme-albums-0512.JPG Sur la place de Bastia

 

A peine sortie d’Ile Rousse, nous sommes déjà interpellés par les noms des localités identiques à celle du comté de Nice comme Pigna ou encore Santa Reparata qui est la patronne de notre ville. Mon beau frère nous dit que nous prendrons cette route ce soir pour aller dîner dans une osteria de Feliceto dans la Balagne profonde. Pour l’instant nous nous dirigeons vers Saint Florent pour récupérer les chambres d’hôtels qui nous attendent et prendre un petit apéro sur la plage. Nous passons par le désert des agriates et sa route tortueuse, mais, quelle route n’est pas tortueuse en Corse... La Corse, c’est une montagne dans la mer.

8eme-albums-0358.JPG

le village perché de Nonza

 

Malgré son nom, le désert des Agriates ne contient pas un seul grain de sable hormis bien sur les plages qui sont de toutes beautés. C’est plutôt juste de la rocaille à perte de vue avec une ressemblance importante pour le massif de l’Esterel sur la Cote d’Azur et ses rochers de couleurs ocres façon Arizona, mais encore plus sauvage puisque aucune habitation ne semble avoir voulu prendre le risque de s’y installer. Il est aujourd'hui officiellement reconnu comme le seul véritable désert européen, pourtant il me semble que la Sierra Nevada en Espagne parait bien plus importante dans mes souvenirs.

8eme-albums-0379.JPG8eme-albums-0351.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce territoire immense était le grenier de la République de Gênes, faute d'un arrière-pays suffisamment développé,  les  Génois l'utilisaient également pour cultiver de quoi nourrir sa population métropolitaine. Il est dominé d’ailleurs par le Mont Genova. Jusqu'au début du XXe siècle, on y cultivait encore le blé, les agrumes (cédrats, citrons, mandarines), l'olivier, le figuier… Cependant, l'écobuage et les incendies propagés par les vents forts ont eu raison de cette plaine fertile. Après une multitude de virages en épingle, nous arrivons à Saint Florent. Immédiatement mon beau frère va retrouver le bar de ses potes,  mais aussi plus certainement de sa copine la patronne de l’établissement. Ce sont des embrassades pour ces retrouvailles joyeuses suivi de l’apéro offert tout de suite par la maitresse des lieux. Ca commence bien !

8eme-albums-0346.JPG

chapelle de la mer à Centuri

 

Apres avoir fait le tour du village, de son port et de sa citadelle, nous nous installons à l’hôtel le Tettola qui est un 3 étoiles correct. Mon beau frère regrette un peu de n’avoir pas pu s’installer à l’hôtel de la Roya de son ami Chris Renucci qui est un établissement bien supérieur et d’un emplacement sublime face au village de Saint Florent à cause d'un seminaire qui occupe l'hotel dans son intégralité. Ca ne fait rien, on ira prendre l’apéro et diner aussi à cet endroit. Pour l’instant un peu de repos sur les transats de notre hôtel avec le choix de la mer ou de la piscine pour la baignade. Soso choisira la piscine tandis que sa sœur optera pour la mer, pendant que je fais « farniente » avec un petit cocktail Corse.

8eme-albums-0291.JPG

le petit port de Centuri au bout du cap corse

 

Nous reprenons la route des agriates pour Ile Rousse et grimper dans la montagne. En fait nous allons  faire plus de 200 km de route à lacets aller retour pour voir un personnage connu de toute la Corse.

8eme-albums-0148.JPG

Jean Marie Molineri mon beau frere descend dans l'antre du moulin

 

La Balagne abrite bon nombre de personnages hauts en couleur, qui à travers leur verbe ou leur sens de l'hospitalité témoignent d'un enracinement profond ,joseph de Feliceto est l'un d'eux. Dans son antre du Mulinu (moulin en Corse), il règne les vendredis et Samedis soirs de repas un vent de folie douce, qui fait que les nombreux convives sont plis dans un tourbillon de chants, de scherzi (plaisanteries) et de plaisir.

8eme-albums-0149.JPG  Moulin à Huile de Feliceto

 

Il est devenu expert dans l'art de faire voler les assiettes et de jouer du violon avec du prizuttu (jambon corse). Un tourbillon qui n'a d'égal que le plaisir de déguster des recettes savamment élaborées par le chantre des fourneaux: cuisinier connu pour la qualité de sa cuisine de terroir, l'homme est connu pour sa joie de vivre et ses facéties. (Je n’ai jamais mangé une daube de cochon sauvage et ses pastas à l’ail comme chez lui)

8eme-albums-0188.JPG  Ca y'est , c'est parti avec mon beau frere, le mari de la soeur à soso

 

L’ambiance est assurée dans ce moulin à huile d’époque tenu par Joseph Ambrosini qui pendant la période produit sa propre huile d’olive reconnu comme l’une des meilleures de Corse. Le menu varie en fonction des saisons et c’est toujours un régal.

8eme-albums-0191.JPG Guiseppe Ambrosini un fou corse

 

Le maître des lieux vous étonnera par sa manière de servir les clients : il jette assiettes et jambon comme des jetons sur une table de baccara, et c’est à vous de les rattraper.  Il faut le voir ! Un menu unique avec apéro, vin à volonté et digestif inclus, composé de jambon à la volée, d’une terrine arrosé à la grappa, d’un plat corse traditionnel, suivi des fromages de chèvres maison et d’un dessert  lui aussi maison.

8eme-albums-0203.JPG Luciano Pistolesi le frere à soso rattrape l'assiette au vol

 

La spécialité de l’établissement reste le service de « Guiseppe » qui offre un spectacle unique : on aime ou on déteste ! L’adresse est très courue et il vaut mieux réserver. Spectacle de chants et guitares traditionnels en prime. Tout d’un coup, vous le voyez arrivé avec un fusil de chasse de calibre 12, ouvrir la fenêtre et tirer on ne sait ou ?

8eme-albums-0159.JPG

Mais ! il est fou ce type .....

 

Cela surprend immanquablement et on se dit que nous sommes tombés chez un fou. Il vous interpelle et vous lance les assiettes à plus de 3 mètres de la table, quelques une passent justement par la fameuse fenêtre puis c’est au tour du jambon fumé d’atterrir dans l’assiette à condition de le rattraper …

8eme-albums-0196.JPG

Claudio Molineri accompagne guiseppe à la guitare

 

Le reste de la soirée c’est un one man show de joseph avec son gamin accessoiriste de son état qui aura une lourde succession à prendre. De temps en temps, il s’assoit avec vous et pite dans votre assiette ou bien tout d’un coup il vous invite à boire à la régalade. Pour les gendarmes ? Pas de problèmes, vous dites que vous venez de chez joseph et ils vous laisseront en paix. Ici on ne contrarie pas les fous …. Ca peut être très dangereux !

8eme-albums-0235.JPG

Allez Soso ! une bonne gorgée de Grappa à 70°

 

Enfin, nous partons à 2 heures du matin et nous avons 2 heures de route pour rejoindre l’hôtel et à 7 heures nous devons repartir. L’ambiance va être comme cela pendant 3 jours…

8eme-albums-0233.JPG

Guiseppe, Alfredo et Juan Carlo qui cherche encore à jouer de la flute traversiere

 

Visite dans la journée et fiesta le soir. Tout juste 2 ou trois heures pour faire dodo. Quand des Niçois et des Corses décident de faire la fête, ca fait mal !
On c’est tout de même promené le long du cap Corse en visitant le très joli village de Nonza. Magnifique nid d'aigle perché au dessus de la mer, le site de Nonza est un de ces sites Corses incontournables quand on visite l'île. Son étrange plage de sable noir est une curiosité à elle seule...

8eme-albums-0362.JPG

La plage Noire de Nonza , l'une des 13 merveilles naturelles de Corse

 

On continue notre route du Cap Corse par la route qui domine la mer. Attention, si vous êtes sujet au vertige et aux virages innombrables, vous n’allez pas être déçu. Mais au bout de la route, vous avez la récompense.
Ce n'est qu'au tout dernier moment, au détour de l'ultime virage que vous apparaîtra le petit village de Centuri, complètement resserré autour de son port charmant et minuscule... le bout du monde !

8eme-albums-0321.JPG

Centuri le petit port du bout du monde

 

Pittoresque et coloré à souhait, Centuri se savoure des yeux... Prenez le temps de vous promener dans les petites rues épousant le relief accidenté de ce village si attirant, attardez-vous à la terrasse de l'un des quelques cafés qui nonchalamment installé sur le port offre le spectacle toujours sympathique des bateaux entrant ou sortant. Avec ses anciennes maisonnettes de couleurs se reflétant dans la mer tranquille, aux toits de lauzes et aux murs de pierre, le village se veut aussi d'être le premier port de France pour la pêche aux langoustes. Loin de la foule et des touristes, vous apprécierez ce petit coin de paradis habité par 233 habitants qui sont les plus heureux au monde...

8eme-albums-0316.JPGRetour à Saint Forent car le soir à l’hôtel la Roya du copain au frère à Soso, il passe l’un des plus grands guitaristes Corse : Robert  Poletti.

Compositeur, interprète, il aborde avec autant d'aisance, le style gitan comme le classique, le folklore comme le jazz, la musique corse comme la musique grecque. Il est reconnu partout comme étant l’un des meilleurs guitaristes actuel. Son Dernier album « festa corsa » est sublime. Ce soir notre amie Janine Giordano aura le privilège de l’accompagner pour 3 chansons qui enchanteront tous les convives du restaurant. Dans l’un des restaurants les plus « selects » de Corse, nous avons mis une ambiance de folie.

8eme-albums-0462-copie-1.JPG8eme-albums-0472.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Robert Poletti qui accompagne Janine Giordano au chant l'une des meilleures interprétes d'Edith Piaf

 

Le lendemain, direction Murato et passage obligé à l’église de San Michele car elle est non seulement l'une des églises les plus connues de Corse, mais aussi la plus originale. Ses façades polychromes en serpentine verte et en calcaire pâle sont uniques dans l'art pisan insulaire du XIIème siècle.

8eme-albums-0470.JPG

Restaurant de l'hotel de la Roya

 

Le choix des pierres, le calcaire de Saint-Florent et la serpentine du Bevinco ont permis aux maîtres maçons et sculpteurs de laisser libre cours à leur créativité. Juste le temps de faire le tour du propriétaire car la pluie s’abattra sur nous sans crier gare !
Avant d’aller à Bastia, il faut faire le plein de charcuterie et de fromages Corse chez un petit producteur local. Les produits sont peut-être plus chers, mais ils sont certifiés Corse et d’une qualité et d’un gout remarquable.

8eme-albums-0496.JPG8eme-albums-0510.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Corse, c’est une ile enchanteresse, véritable « château d’eau », c'est l’île la plus montagneuse, la plus verte et fraîche de toute la Méditerranée. Avec 120 sommets au dessus de 2 000 m, enneigés en hiver, la Corse est « une montagne dans la mer » où les paysages dantesques de pics, d’aiguilles et de lacs alternent avec de vastes plateaux paisibles et des plages de rêve. Cœur de la Corse, la montagne est la gardienne de ses traditions et de son identité et c’est cela que l’on aime.

8eme-albums-0386.JPG8eme-albums-0372.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Regardez ! Le soir ou nous avons mangé chez joseph, deux gamins du village sont venus le voir. Deux gamins de 13 et 14 ans qui ont chanté en Corse avec ce que l’on appelle chez nous à Nissa «  avé la mentalita ». Ici pas question de chanter du rap mais bien au contraire de préserver la culture le mieux possible d’une jeunesse saine et amoureuse de ses traditions.

8eme-albums-0338.JPG
U mondu è fattu à scala: à chi cólla e à chi fala et en Corse on ne veut pas les oublier les bonnes traditions.
Forza Corsica..

 

                  DIAPORAMA DU SECOND ARTICLE


Repost 0
free - dans VISITES