Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 18:46

Cambodge 4010

En arrivant à l’aéroport de Suvarnabhumi, nous récupérons Nicole une amie de Stéphane et Nathalie qui habite Bangkok et qui fera le voyage avec nous. Ensuite nous partons par la route rejoindre la frontière cambodgienne qui se trouve à environ 400 kilomètres de la capitale du Siam. Passé la frontière et ses formalités, nous rejoignons Battambang la première étape au Cambodge qui se trouve à environ 150 kilomètres.

Cambodge 3657Le lendemain nous nous rendons au foyer des orphelins et des enfants malades de Sisophon membres de l’association « les enfants du sourires khmers » qui se trouve à une heure de piste de Battambang au coeur de la jungle Cambodgienne. Stéphane et Nathalie sont les parrains de deux enfants de ce foyer qui en compte 28. Nous sommes bien sur chargés en fournitures scolaires, médicaments, vêtements, cadeaux que nous avons ramenés de France ainsi que de la marchandise alimentaire acheté au passage à Battambang, notamment 200 kilos de riz.

Cambodge 3666Le couple responsable du foyer Kolab et Chun nous fait un accueil chaleureux avec une haie d'honneur formé par les enfants nous saluant par une inclinaison du buste, les mains jointes, le sompiah et entonnant un "Niak sohk sabaay te" de leur petite voix. L'émotion est déja présente !

Cambodge 4020Cambodge 4021
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bâtisse du foyer est sur pilotis comme toutes les maisons Khmers et se compose de deux chambres. L’une pour le couple responsable et l’autre pour la vingtaine de gosses qui dorment à même le sol sur des nattes. Une dizaine d'autres est logé par des maisons voisines le soir. Nous sommes au cœur de la misère la plus noire et de la souffrance. Le foyer étant très isolé de Battambang, l’électricité n’est venue faire son apparition que le mois dernier depuis 20 ans que le foyer existe.

Cambodge-3675.JPGEn attendant les responsables nous montrent quelques chansons apprises aux enfants et à notre tour nous leur feront découvrir quelques jeux. Les moments de bonheur que nous voyons sur leur visage nous émue au plus haut point. En fin d’après midi nous rentrons sur Battambang qui se trouve tout de même à 80 kilomètres du foyer. Demain nous reviendrons chercher les deux petites filles qui auront le privilège de faire le voyage jusqu'à Phnom Pen avec nous en passant par Angkor.

Cambodge-3671.JPGCambodge-3845.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Battambang : Son nom veut dire littéralement "perdre le bâton" en khmer. Si plusieurs significations existent, celle se rapportant à la légende locale de Preah Bat Dambang Kranhoung semble être la plus répandue. Il s'agirait d'un géant devenu roi et qui en voulant combattre un rival lui aurait lancé un gourdin pour le tuer, mais manqua sa cible. Le bâton retomba et forma un ruisseau nommé O Dambang, pour finalement se perdre dans une région reculée qu’un des rois suivants ordonna de nommer « province de Battambang ». Aujourd’hui encore, une statue en l’honneur de ce géant trône à l’entrée de la ville.

Cambodge-4038.JPGSelon la légende, la ville est née ainsi. Un jour, un bûcheron fabriqua un bâton magique qu’il appela Dâmbâng-Krânhoung. Ce bâton lui permit de devenir très puissant. Tellement puissant qu’il tua le roi en place pour pouvoir devenir roi à son tour. Pendant cette tuerie, le fils du roi assassiné pris la fuite afin d’échapper à la mort et se cacha dans la forêt. Le nouveau roi se fît appeler le roi Dâmbâng Krânhoung.

Cambodge-4022.JPGCambodge-4025.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Une nuit, le roi Dâmbâng Krânhoung fit un rêve prémonitoire, il rêva qu’un homme à cheval blanc viendrait lui prendre le pouvoir et il deviendrait le nouveau roi. Se réveillant en furie le roi décida de chercher cet homme chevauchant un cheval blanc. Il tua de nombreux hommes innocents.

Cambodge-4066.JPGUn jour, le fils de l’ancien roi tué par le roi Dâmbâng Krânhoung décida de retourner dans son ancien royaume. Pour l’aider, un ermite lui donna un cheval blanc en lui disant d’en prendre grand soin car c’est un cheval magique et qu’il aidera dans n’importe quelle circonstance. En le voyant arriver dans son royaume le roi Dâmbang Krânhoung compris qu’il s’agissait de l’homme qu’il avait rêvé et il essaya de le tuer.

Cambodge-3698.JPGCambodge-3690.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Afin d’échapper au roi l’homme au cheval blanc prit la fuite en s’envolant au dessus du royaume. Le roi Dâmbâng Krânhoung essaya de l’arrêter en jetant sur le jeune homme son bâton magique. Malheureusement, le bâton tomba dans une forêt à plusieurs kilomètres du royaume et on ne l’a jamais retrouvé. On appela cette forêt Prey Bât Dâmbâng. Quelques années plus tard, cette forêt est devenue la ville de Battambang que nous connaissons aujourd’hui.

Cambodge-4053.JPGEn vous promenant dans la campagne de Battambang vous risquez bien de croiser cet arbre que l'on trouve très souvent dans les alentours des pagodes. Cet arbre porte plusieurs noms : Arbre de Bouddha, Arbre à Boulets de Canons, .... et sûrement d'autres encore selon les pays ! Son nom botanique est Gouroupita guianensis. Il peut atteindre 30 mètres de hauteur. Sa floraison est particulière. Ses fleurs poussent autour du haut du tronc, sous la ramure. Cela permet l'éclosion de très grosses fleurs qui donneront de gros fruits qui atteignent 20 cm de diamètre et qui mettent environ 18 mois à mûrir.

Cambodge-3736.JPGAutant les fleurs ont un merveilleux parfum suave, autant l'intérieur des fruits sent assez mauvais. Le surnom de "boulet de canon" vient de la forme des fruits, mais surtout du fait que lorsqu'ils s'entrechoquent au vent, ils font entendre comme le grondement du canon, sourd et lointain. La coque peut servir à la fabrication de divers ustensiles de cuisine ou d'objets artisanaux. On ne doit pas confondre cet arbre avec le banian. Le banian c'est l'arbre au pied duquel Bouddha a atteint l'Eveil.

Cambodge-3965.JPGLa ville que les Français trouvèrent en 1907 ne ressemblait alors en rien à ce qu’elle est aujourd’hui. Il s’agissait plus d’une agglomération qui s’était développée le long de la rivière, de l’emplacement actuel de la cité jusqu’au Tonlé Sap. L’administration coloniale démantela les maisons en bois traditionnelles qui s’étendaient près de la rivière pour les remplacer par des habitations en dur et construisit un centre ville, relié par la route et le rail à Phnom Penh.

Cambodge-3966.JPGCambodge-3972.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme dans les autres centres urbains de l’Indochine française, les commerçants d’origine chinoise furent encouragés à venir animer le cœur des villes en ouvrant des échoppes et autres petites entreprises. Battambang a su tout de même conserver une atmosphère provinciale qui lui confère un certain charme. La plupart des bâtiments sont de style colonial ou traditionnel cambodgien. Peu d’immeubles dépassent les trois étages et les voitures cohabitent dans les rues avec les charrettes à traction animale.

Cambodge-3988.JPG

Vous pouvez reconnaître une construction cambodgienne grâce à son toit. A chaque fois, vous remarquerez qu’à l’extrémité du toit on trouve une sorte de corne qui se dirige vers le ciel. Ceci est typiquement cambodgien.  

Cambodge-3997.JPGA Battambang comme dans la plupart des villes et villages du royaume, les écoliers vont à l’école du lundi au samedi. Les jours de repos sont les jeudis et les dimanches.  Tous les élèves portent obligatoirement l’uniforme pour aller à l’école : pour les filles, ce sera un chemisier blanc et une jupe bleue et pour les garçons, ce sera un chemisier blanc et un pantalon bleu.

Cambodge-3994.JPGIl est important de savoir que l’achat de l’uniforme et des fournitures scolaires, c'est-à-dire cahiers, crayons, stylos et livres, sont financés par les familles.   Les élèves peuvent aller à l’école gratuitement le matin et pour ceux qui souhaitent étudier l’après-midi, l’école est payante. Les professeurs disent qu’ils donnent des cours de soutien. Malheureusement, très peu d'enfants restent pour les cours de soutien car la plupart des familles ne peuvent pas financer ces cours.

Cambodge 4068Actuellement, une semaine sur deux, les élèves ont cours le matin. Une alternance a été mise en place car les élèves sont tellement nombreux, parfois plus de 40 par classes, que cela permet de limiter la surpopulation dans les classes et il est plus facile pour les professeurs d'enseigner aux enfants.  Ainsi, vous pouvez imaginer tous les efforts financiers que doit réaliser une famille afin de pouvoir scolariser, dans de bonnes conditions, ses enfants. C’est pour cette raison que les après-midi les enfants travaillent souvent avec leurs parents pour pouvoir les aider à gagner plus d’argent.

http://www.enfantsdusourirekhmer.com/

 

                          DIAPORAMA DE BATTAMBANG

*Confort de l’habitat et risque sanitaire du centre OCDB que nous avons pu constaté : le plus gros risque sanitaire concerne l’eau, car elle provient d’un « trou » d’eau stagnante. Il n’y pas de pompe elle est siphonnée par aspiration puis utilisée bouillie pour la consommation alimentaire, mais ce n’est pas suffisant pour éviter les risques parasitaires. De plus le contexte de la végétation du terrain et de ce point d’eau risque d’être une combinaison favorable à la prolifération des moustiques. Les sanitaires comportent des toilettes à la turque et un petit lavabo, à l’intérieur d’une construction en carton. C’est surtout cela qu’il faudrait améliorer rapidement en recouvrant la structure de feuilles tressés ou autres protections adaptées.

Partager cet article

Repost 0
free - dans CAMBODGE