Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 09:34
C’est avec une petite appréhension le matin que nous quittons Las Vegas pour rejoindre Los Angeles. En effet la veille et d’un commun accord nous décidâmes d’emprunter de nouveau le désert de Mojave pour rejoindre la cité des Anges. L’itinéraire de 450 kilomètres se transforme en 650 kilomètres pour rejoindre la route 66 pour passer par Amboy et Barstow.
Cette toute petite route qui traverse le cœur du désert  et qui se trouve entre l’US 15 et l’US 40 comprend le seul hameau de Cima mentionné sur la carte mais qui s’avère inexistant comme la plupart des autres villages qui ont été abandonné. La localité est fantôme ! Ni station essence, ni restaurant. Nous devons donc atteindre notre but pour trouver des provisions. Mais avant cela, il faut affronter de nouveau le désert de Mojave. Jusqu’au Bagdad Café nous aurons droit à un panorama de désolation et de lointaines montagnes.
Nous traversons la foret de Joshua Tree qui est l’un des rares arbres à survivre dans cet enfer ou la température avoisine les 50° en été. C’est à cet endroit que le général Patton avait entrainé ses troupes avant de les lancer à l’assaut de Rommel en Afrique du Nord. C’est également ici que furent tournées les scènes de Lawrence d’Arabie et de la guerre des étoiles. Notre appréhension était donc bien justifiée. La route longe la voie ferrée, les trains de Santa Fe ne manquent jamais de saluer les véhicules d’un coup de trompe. Leurs chauffeurs ne doivent pas souvent voir des touristes sur cette portion de route 66 brulée de soleil.

le desert : les vestiges d'une aventure qui fut tragique

Seul des Free Riders Français peuvent s’aventurer dans cette immensité désertique cette fois ci sans incident de santé. Nous arrivons enfin à Amboy pour se restaurer et prendre de l’essence car l’aiguille du compteur flirtait dangereusement avec la panne sèche !
A Amboy : le Roy's Café que l'on voit souvent dans les films

Le Roy’s café et motel est le seul établissement de cette énième ville fantôme constitué de quelques caravanes et de mobil home. Le propriétaire des lieux est aussi le sheriff de la localité. Le bonhomme nous sert la benzine avec ses revolvers autour de la cartouchière.

Nous allons apprendre vite à nos dépends qu’il n’y a rien à manger dans son bouclard.

Juste de l’eau pas bien fraiche car son frigo est prêt à rendre l’âme. Ici pas d’alcool et je n’ai pas eu le temps de prévenir Gigi que la Root Béer n’est pas de la bière mais un breuvage fait à base de racines. C’est infect !!

Nous devons continuer notre route jusqu'à Ludlow ou nous trouvons un restaurant qui propose un menu unique. La serveuse qui nous sert vient tout droit du 18eme siècle.




























Nous comprenons tout de suite que nous sommes tombés soit chez des amish soit chez des mormons. Avant d’arriver au Bagdad café bordant la route, nous apercevons le cratère d’un volcan éteint, témoin de la tourmente géologique de la région. Nous ne sommes pas loin de la faille de San Andreas. Plus aucune végétation n’apparaît et la roche est constituée de lave. Au loin, nous apercevons des mini tornades de sables qui se forment. Nous ne nous éternisons pas trop dans le coin !
A newberry Springs le veritable établissement du film le Bagdad Café

Au Bagdad café nous sommes tout de suite accueillis par Andrea (qui a participé au film) une adorable blonde d'une soixantaine d'années, le genre qu'on aimerait avoir pour grand-mère dynamique.
Avec Andrea Pruett qui jouait son propre role dans le film au coté de son mari biker


Un nombre impressionnant de cartes de visite, épinglées sur un panneau, divulgue l'origine des visiteurs : principalement européens, beaucoup de Français. Accrochés sur les murs, des t-shirts indiquent que nos compatriotes sont prêts à se séparer d'une partie de leur garde-robe pour laisser un souvenir ! Mais l’incroyable apparaît sous mes yeux !
l'echarpe des supporters du club de la cote d'azur au bout du monde

Une écharpe de l’équipe mythique de l’OGC Nice est accrochée au mur du célèbre établissement. Lorsque je dis à Andréa que je suis Niçois, elle se jette à mon coup et me déclare : Les Niçois sont mes Français préférés, toujours prêt à faire la fête ! On fait des photos derrière le bar, on est chez nous !! En partant Andréa me lance «  Allez Nice »

Nous aimerions restés tellement l’ambiance est chaleureuse mais nous devons rejoindre Los Angeles avant la nuit …..

                                       DIAPORAMA DE L'ETAPE

 


 


Partager cet article

Repost 0
free - dans LA ROUTE 66