Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 16:57

(150 ans de vie commune)

 

 






A l'origine Mouans et Sartoux constituent deux communautés distinctes. Vers 1350 comme bon nombre de villages de la région de la Provence Orientale et du countat de Nissa, Mouans et Sartoux sont abandonnés (insécurité, peste et cholera).
C'est en 1496 que Pierre de Grasse, alors seigneur de Mouans fait venir 60 familles de "Figons" de la région de Gênes afin de repeupler son territoire et passe avec eux un acte d'habitation. C'est à cette époque que se construit le village.
Au printemps de 1858 (28 Mars) Mouans-Sartoux naissait officiellement. Napoléon III réunissait les deux communautés.










Commune de tradition rurale, l'économie de Mouans-Sartoux a pendant très longtemps été tournée vers l'agriculture (vigne et oliviers). Au 18ème siècle l'éducation des vers à soie était aussi une des activités économiques de Mouans. En effet sur le cadastre de 1738 des mûriers sont mentionnés dans différents quartiers, et notamment dans le quartier de la Grand’ Pièce, appartenant au Seigneur de Mouans, un bâtiment, la magnanerie sert "à tirer la soie". Elle a fonctionné jusque dans les années 40. Et plus récemment les plantes à parfum (Jasmin, Rose de Mai).

                                                               Figons et Ligures

 

Au milieu du XV° siècle s'achève pour la Provence Orientale la sombre période de son histoire qui s'est ouverte sur la grande Peste de 1348 à 1352. Le XIV° siècle est celui des événements catastrophiques, où épidémies, pirates, blocus des côtes Provençales, se succédèrent. L'effondrement démographique est alors estimé à 50 % par rapport aux données fournies de 1369 à 1371. Les surfaces de terres cultivées sont donc en grand recul, faute de bras. Dans notre région, il sera largement fait appel à des colons en provenance de la côte Ligurienne voisine. Les "Figons" (surnom donné par les anciens provençaux aux populations émigrées de la Riviera de Gênes).











Les Figons sont des ligures, c’est un ensemble de
parlers gallo-italiques, parlé en Ligurie, dans les zones limitrophes du Piémont, de la Toscane et du Comté de Nice (Roya), ainsi que dans les enclaves de Monaco, de Bonifacio (Corse) et des îlots de San Pietro et Sant'Antioco (Sardaigne).Ma grand mère Paternelle Née à Mouans Sartoux est d’origine Figon et mon grand père Maternel corse. Dans mes précédents articles, je vous expliquais pourquoi les habitants de cette région faisaient parti de la maison de Savoie et du Royaume de Sardaigne contre la couronne de France. Notre identité est toujours forte et présente,
nous sommes le dernier pays d'Oc qui ai gardé sa langue et sa culture populaire.
 
Nous avons une terre, nous avons une langue, nous avons une culture, nous avons une histoire...

En attendant le village était en fête pour cette célébration, et chacun sur la place du village apportera ses petites spécialités culinaires, de la socca à la pissaladière jusqu’aux tourtes de blettes.












La municipalité et son Maire (figon d’origine, André Ascheri) offrira l’apéro accompagné de pan avec sa tapenade pendant que des bénévoles préparaient la polenta.

Partout dans le village, musiciens et villageois s’uniront dans une farandole (la danse du pays) mémorable sous le soleil de la cote d’azur.

 DIAPORAMA APRES LE TEXTE EN "NOUOSTRA LENGA"

Lou Pais nissart fouguèt la darriera countrada agregada à la França, en lou 1860, e li nouòstri mountagna vegueron encara boulegà li borna dei counfin en lou 1947… Ahura, l’Unioun Euroupenca fa cada jou mai denembrà la founcioun de clausura, de barri entre lu ome e li nacioun qu’an jugat li frountiera fin adé. Perqué noun si revirà soubre de l’istoria d’aquéu pais de marcha e de guerra, per imaginà lou siéu devenì ?
Pouden remountà en premié à l’idea de "counfin natural", tant cara ai poulitician couma ai magistre de la Tersa Repùblica. Au jou d’ancuei, li serra dei Alpa semblon un oustacle, clar e sensa escamp, per l’ouservatour inoucent e laugié. Pura, lu rescontre, lu escambi ecounoumic, linguistic o demougrafic, en un mot lu ligamen entre lu ome, si soun mancou rout despì la Preistòria… En d’autre luec, qu cerca de frontiera en li Carpata, o en li Mountagna Roucassieri d’Amèrica ?


E pi, degun a jamai sauput dire doun li Alpa s’acabon en la mar, e ensin, doun faire coumençà la Ligurìa, per noun parlà de l’Italia. Serìa à la Turbia, à Mentoun, o bessai en pilhant tout lou Val de Roïa ? De fach, per d’autre, lou ver counfin es aquéu dòu Var. Ma, aquì tamben, li borna an fouorça baroulat despì lou 1388, entre mar e mount Pelat ! E maugrà tout, lou flume Var, per avé jugat un lonc role istouric, noun fouguèt mai clavat entre Nissa e Prouvença, que lu mount fougueron intravessable entre Nissa e Pimount… Li Alpa serìon una "noun-frountiera" ?
Aloura, vehen soubretout qu’aquestu counfin an gaire pilhat una forma mouderna qu’en lou siecle dès e nou, e per nautre, à l’entour dòu 1 860.
Passat lu remouloun de la Revoulucioun e de l’Emperi, la geopoulìtica euroupenca a poussat cadun à si radunà embé d’autre per fourmà de nacioun que devìon estre claramen limitadi e proumessa de poutença… Aven vist couma s’es finit ! Per lu Nissart, entre doui nacioun, França e Italia, fouguèt lou temp de la routura, de la chausida un pau coustrecha e dei counfin artificial, ma barrat de fourtificacioun de cada part… E, dapé dòu 1940, certen si soun pantaiat d’abutà lou counfin au Var !
Après un siecle de guerra, de chaple e de miseria, lu Nissart d’ancueì si pouòdon jà gaudì d’anà sensa lou sentì d’un pais à l’autre. Deven toui esperà qu’emb ‘ai prougrès de l’Europa, lu nouostre felen noun saupran cen qu’èra un counfin…

Partager cet article

Repost 0
- dans COTE D'AZUR