Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 06:52
LE TORO DE SUPERGA (7)

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin

Derrière la place du Palais Royal on arrive sur le Duomo San Giovanni Battista, l’un des rares édifices Renaissance de Turin, où est conservé le fameux saint-suaire, émotion garantie ! Derrière une façade à fenêtres et balcons, afin de ne pas rompre l’harmonie de la place, l’église cache une merveille.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Sa coupole qui dépasse de la façade est l’un des monuments les plus célèbres de l’art baroque, première réalisation turinoise de Guarini et l’une de ses œuvres les plus abouties.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Le Duomo

Levez les yeux pour admirer la magnifique croisée où huit paires d’arcs se recoupent pour créer (avec la lumière qui se reflète dans les oeils-de-boeuf) l’illusion d’une progression infinie vers la lumière.

LE TORO DE SUPERGA (7)

L'orgue de la cathédrale

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste est construite sous l’impulsion de Duc Charles Ier de Savoie. Proche du palais royal, elle est bâtie à l’emplacement de trois églises médiévales et dédiée à Saint-Jean-Baptiste.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Elle est bien moins flamboyante que les cathédrales de Florence, de Pise ou de Sienne mais elle abrite le Saint Suaire.

Il est, dans l’histoire, des objets qui reçoivent une grâce : concilier la foi des croyants, le pouvoir des puissants et l’intérêt des chercheurs. Ces objets sont peu nombreux.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Parmi eux, le linceul de Turin ou le Saint-Suaire, est un des plus célèbres. Il se trouve que les hasards du passé ont, un temps, lié Nice et Turin au linceul du Christ. On connaît la légende et l’histoire du linceul de Turin. Il s’agirait du linge qui enveloppa le Christ au tombeau et qui est retrouvé, vide, au matin de Pâques.

LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)

Le linceul montre l'image floue d'un homme présentant les traces de blessures compatibles avec un crucifiement. La représentation figurant certains détails de la Crucifixion de Jesus de Nazareth décrite dans les évangiles canoniques est l'objet de piété populaire et est considérée par l’Eglise catholique comme une icône.

LE TORO DE SUPERGA (7)

L’objet devient une grande dévotion des ducs de Savoie. Fuyant l’invasion française, le duc emmene le linceul dans sa fidèle ville de Nice en 1537. Il demeure à Nice sans doute jusqu’en 1543. A la suite de la paix de Cateau-Cambrésis et de l’évacuation par les Français des Etats de Savoie, il est rapporté à Chambéry.

LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)

Le linge du Christ

Ce sera le fils de Charles III, Emmanuel-Philibert, qui l’installera définitivement à Turin. Nice fut donc la ville du linceul du Christ pendant 7 ans. Sur les conseils d’une turinoise, on se dirige maintenant vers la colline de Superga pour y voir sa basilique. C’est un nom dérivé du mot « serrapergia » signifiant « montagne entre les collines ».

LE TORO DE SUPERGA (7)

A Turin le bilinguisme Français-Italien se retrouve un peu partout (c'est assez rare dans un pays étranger car le français est peu représenté)

La très belle basilique que l’on peut y admirer depuis le XVIIIème siècle est un symbole de liberté pour les turinois : elle commémore la défaite de Louis XIV (l'ignoble roi avait déjà fait le siège de Nice) et la fin du siège de la ville de Turin. En se promenant à Turin, en flânant le long du fleuve, impossible de ne pas voir au loin, ornant la colline, la basilique.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Le Saint Suaire derrière la vitre

On imagine facilement que si on peut voir cette église de partout dans le Piémont ou presque, on peut également voir toute la région de la haut ! Le philosophe Jean-Jacques Rousseau, lorsqu’il visita Turin et sa colline de Superga pour la première fois, alors que la basilique était encore en construction, déclara : « j’ai devant moi le plus beau spectacle qui puisse affecter l’œil humain ».

LE TORO DE SUPERGA (7)

Le linceul du Christ

Nous n’avons plus qu’a mettre un coup d’accélérateur à la moto pour vérifier les dires de l’écrivain musicien genevois. Une fois sur place nous pouvons confirmer que le spectacle qui s’offre à nos yeux est époustouflant de majesté, mais aussi de calme, de silence, un paysage qui incite à la méditation et à la réflexion.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Evidemment Soso en fervente catholique croit en tout cela ....

Peut-être faut-il trouver ici une des raisons de la conversion du philosophe au catholicisme ? Du haut de ses 672 m, la colline domine le Parc Naturel de la colline de Superga : il fallait bien ça pour protéger ce lieu si spécial, où les turinois viennent se ressourcer, à la recherche d’un peu de nature et d’air pur.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Le panorama que l’on peut y apprécier, sur Turin vaut à lui seul la visite de ce lieu magique. Malheureusement la brume épaisse empêche de voir le Mont Viso et le Mont Blanc. En bas, dans la plaine du Pô, s’étale la ville de Turin, capitale du Piémont et quatrième ville d’Italie.

LE TORO DE SUPERGA (7)

La basilique de Superga

 

Les principaux monuments de la ville sont clairement visibles, comme le symbole de la ville qu’est le « Mole », ou le Lingotto, ancienne usine emblématique de FIAT. Mais au-delà de ces points de référence, la réserve naturelle de Superga, à deux pas d’une grande ville industrielle comme Turin est un havre de paix, lieu privilégié de promenade.

LE TORO DE SUPERGA (7)

La basilique est un Baroque tardif teinté de Rococo et surtout de néoclassicisme

En 1706, l’armée française de Louis XIV assiège la ville de Turin, après de nombreuses victoires contre les autres villes du duché de Savoie. Nous étions alors en pleine Guerre de succession d’Espagne, et le Duc de Savoie Victor Amédée II fait parie de l’empire germanique romain  en compagnie de l’empire Autrichien, la Prusse, l’Angleterre et la Hollande.

LE TORO DE SUPERGA (7)

La vue sur Turin et le  à partir de Superga (trop brumeux pour voir le Mont Viso et le Mont Blanc)

De nombreuses erreurs stratégiques françaises, mais aussi de nombreux actes de bravoure savoyards permirent à Turin d’être libérée le 7 septembre 1706, après presque 4 mois de siège par les barbares de Louis XIV et de son âme damné Vauban.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Victor Amédée II et son cousin le Prince Eugène, génial commandant des armées autrichiennes, firent le vœu, du haut de la colline de Superga d’où ils observaient le déroulé des opérations, de construire une grande basilique en cet endroit en remplacement de la petite église qui s’y trouvait s’ils sortaient vainqueurs de cette confrontation avec les français. La basilique serait alors dédiée à la Vierge Marie.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Cette Basilique est consacrée à la Nativité de Marie

Victor Amédée II est un homme de parole : les travaux de la nouvelle basilique débutent en 1716, une fois Turin restaurée et les coffres de l’Etat remplis. Pour la réaliser, c’est l’architecte de confiance du souverain qui est choisi : Filippo Juvarra.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Le monastère de la basilique

Le sicilien ne décevra pas, et est le grand responsable de l’embellissement de la capitale du Piémont. On lui doit, en plus de la basilique, la façade du palais Madama, le pavillon de chasse de Stupinigi ou le château de Rivoli. Les turinois appellent affectueusement Juvarra « architecte des rois et roi des architectes ».

LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)

Dans la crypte royale des Savoie

Cette nouvelle église est un chantier ambitieux, à un endroit difficile d’accès. Les matériaux doivent être acheminés à dos d’âne, le haut de la colline doit être considérablement aplani : la colline a perdu 40 m de hauteur ! Dans un monde où l’essentiel du travail était fait à la force de l’homme et de l’animal, nous ne pouvons que rester admiratifs.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Dans cette salle sont accrochés les 265 portraits de tous les papes

C’est dans la crypte royale que 62 membres de la Maison de Savoie reposent. Au centre de la crypte, exactement sous l’autel central de la basilique, se trouve le Sarcophage du Roi, monument funéraire en l’honneur de Charles-Albert, roi de Sardaigne.

LE TORO DE SUPERGA (7)

La crypte de la basilique de Superga est aujourd'hui la nécropole de la famille de Savoie (dynastie toujours existante avec le prince Emmanuel Philibert)

Dessiné par Francesco Martinez, c’est un vibrant hommage au fondateur de la monarchie constitutionnelle de Sardaigne, à l’origine de la première constitution d’Italie. Trois reines de la Maison de Savoie y sont inhumées. Marie Thérèse, femme de Charles-Albert, Marie Adélaïde d’Habsourg, femme du premier roi d’Italie et morte en couches et finalement Maria Vittoria dal Pozzo, femme du roi Amédée Ier d’Espagne.

LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)

La dynastie de la Maison de Savoie: Rois, princes, ducs de Savoie, Sardaigne, Piémont, Sicile, Comté de Nice, Aoste, le Chablais, le Vaud et le Genevois, le Milanais, Gênes, la Tarentaise, Asti, La Maurienne, la Bresse et le Bas-Lyonnais....était un pays bien plus éclairé que la France

Derrière la basilique se trouve le mémorial de la tragédie de Superga. Après la Seconde Guerre mondiale, le Torino, domine le football italien. Le Grande Torino remporte consécutivement quatre championnats nationaux  de 1946 à 1949. Mais ce dernier sacre est endeuillé par la catastrophe de Superga entraînant la mort des joueurs dans un crash d’avion.

LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)

Photo du haut: La Salle des Rois (Première chambre) de la Crypte Royale. Au centre du sarcophage de Carlo Alberto de Savoie, derrière lui l'autel du dépôt, à gauche de la statue de la foi, à droite la statue de la charité

Le Torino rentre de Lisbonne pour un match contre Benfica. Lors du vol retour, les conditions météorologiques sont exécrables obligeant le commandant de bord à voler à basse altitude. Cependant, l’altimètre de l’avion étant défaillant, le pilote pense alors planer à 2000 mètres d’altitude alors que celui-ci se situe seulement à 600 mètres.

LE TORO DE SUPERGA (7)

L'histoire tragique du Grande Torino au Superga (la ville de turin a comme emblème le taureau, c'est un mystère d'ailleurs !)

À 17 h 03, l’appareil percute les remparts de la basilique de Superga. L’avion qui transporte l’ensemble de l’effectif, les dirigeants, trois journalistes ainsi que l’équipage, s’écrase. Les 31 passagers meurent sur le coup. La meilleure équipe d’Italie, voire du monde disparaît ainsi lors de cette tragédie. Ce drame provoque un choc en Italie mais émeut dans le monde entier également.

LE TORO DE SUPERGA (7)

Turin capitale du piémont et ancienne capitale de l'Italie. La belle piémontaise n'est pas défigurée par les buildings modernes comme d'autres capitales. Turin est une ville qui date deja de plus de 200 ans avant J.C

 

                                                          DIAPORAMA SUPERGA

LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
LE TORO DE SUPERGA (7)
Partager cet article
Repost0
free - dans ITALIE