Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2019 1 08 /04 /avril /2019 07:25
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Le village  est perché au milieu de collines plantées de vigne et d’oliviers. Un village béni des dieux qui, pour des maîtres d’ésotérisme, serait sauvé à la fin des temps (tout comme le Pic de Bugarach en France, rappelez-vous !).

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Sirince ancien village grec armenien

En arrivant, la vue se dégage sur une ribambelle de délicieuses maisons tapissées à la chaux blanche et couronnées de toits de tuile couleur brique.…Il fait bon flâner les jours de semaine lorsque les touristes venus des villes avoisinantes n’envahissent pas les ruelles pentues.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Cela permet d’admirer tranquillement ces demeures caractéristiques rappelant la Grèce. A notre arrivée, le village semble s’éveiller. Les marchands de vin ouvrent leurs vitrines et s’apprêtent à proposer des dégustations, mais c’est encore tôt. Connu dans la région pour ses habitations typiques, Sirince est aussi un haut lieu touristique pour ses vins et son huile d’olive.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Sirince un charme absolu !

N’attendez pas de grands crus ! Au plus, c'est un bon vin de pays que vous dégusterez et c’est pareil pour l’huile d’olive, elle n’a pas ni la douceur, ni la finesse de l’huile d’olive de Nice. 

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Outre les vins de raisin, les habitants vendent de nombreux vins de fruits, pomme, abricot, banane, mûre, myrtille, Cranberry, le mûrier (noir et blanc), orange mandarine, melon, orange, pêche, coing, aigre (Morello) cerise, grenade et de fraise.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

les  femmes portent le şalvar commun aux turcs et aux arméniens

Dans un cadre agréable, les marchandes de textiles cousent des dentelles, brodent, tricotent et tressent des couronnes de fleurs fraîches en attendant les clients. Plus haut, l’église Saint Jean Baptiste à la façade rose dont la masse de pierre domine le quartier, se cache dans les hauteurs entre les façades blanches des demeures et la végétation luxuriante qui nous rappellent beaucoup celles du nord de la Grèce.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Restaurant Armenien

Ce lieu de culte restauré et qui possède encore quelques rares fresques de l’époque byzantine est ouvert au public. L’architecture des habitations typiques de Şirince attire l’oeil incontestablement. Construites sur deux niveaux, le rez-de-chaussée abrite la cuisine alors que les chambres et le salon sont à l’étage.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Des encadrements et des volets en bois habillent les larges fenêtres. Les premiers habitants seraient venus d’Ephèse lorsque la ville a été abandonnée à la suite de l’ensablement du port par le fleuve Méandre, donc d’origine hellénistique. Et jusqu’à la guerre de 1914-1918 ils se sentaient plus proches des Grecs que des Turcs, allant jusqu’à s’engager contre les armées du sultan.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

le salvar costume traditionnel

En 1924 à la suite du traité d’échange de populations entre la Grèce et la Turquie, tous les habitants d’origine grecque ont dû quitter le pays, et peu à peu ont été remplacés par des Turcs. A noter que le village possède deux églises Orthodoxes: (de nombreux turcs d’origine arménienne vivent  encore dans le village).

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Les boutiques disséminées dans les rues pavées du village débordent de victuailles diverses et variées provenant de la région mais également de napperons et de tissus délicatement brodés par les femmes qui ne manqueront pas de vous héler au passage pour essayer de vous montrer ce qu’elles réalisent.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Mariage armenien à l'église orthodoxe

Sirince est connu dans l’histoire sous le nom du mont d’Ephèse, ce qui montre que le village possède un passé glorieux. Bien que l’on n’ait pas de témoignage précis sur les origines de ce charmant petit village perché dans la montagne, on suppose que les premiers habitants furent ceux qui s’implantèrent dans la montagne après le déménagement du port d’Ephèse à Scala Nova (Kusadasi).

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Ici, nous sommes dans les montagnes, on chauffe deja !

Ces gens-là ont dû abandonner la plaine après l’ensablement du port d’Ephèse, causé par les alluvions que charriait le Méandre. Selon les légendes, un groupe d’esclaves grecs libérés par le seigneur local durant le règne d’Aydınogulları dans la région se serait implanté dans l’actuel village qu’ils baptisèrent “Çirkince” (Laid) pour ne pas attirer l’attention des gens aux alentours sur la beauté du lieu.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Ainsi, quand des villageois leur demandaient “comment est votre village?” leur réponse était simple: “Laid”. Les vestiges les plus anciens de Sirince sont de l’époque hellénistique. Ces restes semblent appartenir à une tour de guet qui a dû être construite par l’un des grands commandants d’Alexandre le Grand.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Soso chez une habitante...

La présence d’une tour paraît tout-à-fait logique dans la Vallée de Klaseas (appelée aujurd’hui Cirkince), aux portes d’Ephèse. Cette tour a subi une transformation architecturale à l’époque byzantine. Les habitants de l’actuel village de Sirince l’attribuent à un monastère. Un sceau trouvé dans l’un des jardins du village, portant le nom du boulanger, Georgios, utilisé pour marquer le pain fabriqué par lui-même témoigne de la vie sociale dans le village à l’époque byzantine.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Au revoir et merci de l'accueil..

Les sources historiques mentionnent la présence d’un village au 16ème siècle à l’emplacement de l’actuel Sirince. Le nom de ce village devait être Kirkindjé ou Kirkidjé. Kirkidja apparaît dans les souvenirs de voyages du prêtre savant Edmund D. Chishull, un livre intitulé “Voyage en Turquie et Retour en Angleterre” entre 1698 et 1702. Après avoir passé la nuit dans des tentes plantées par des muletiers, il découvrit le village.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Vierge sur le parvis de l'église Saint Jean Baptiste à Sirince

Chishull nous rapporte qu’à cette époque-là, tous les habitants du village étaient chrétiens orthodoxes. Laissons la parole à Chishull encore une fois: Le prêtre du village a voulu nous montrer les manuscrits des Evangélistes. Il nous a fait voir un Evangile qui, d’après lui, aurait été rédigé par Prochorus dont le nom est mentionné dans “Les Actes des Apotres”.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Dans le bazar, dégustation de thé, de vin ou de jus de fruit fait à Sirince

Le livre devait appartenir au 6 ème ou au 7 ème siècle. Ce livre semblait être une copie de l’Evangile ou un livre de prières…” Chishull et ses compagnons quittèrent Kirkindja le même jour, et retournèrent à Ephèse.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Dégustation des différents vins de Sirince...une jeunesse turque libre

Dans le courant du 19 ème siècle, Kirkindja comptait 1800 habitations abritant presque 5000 habitants grecs sous la domination ottomane. En 1914, le feu de la Première Guerre Mondiale gagna toute l’Anatolie. Le gouvernement ottoman de l’époque inscrivit les jeunes de Kirkindja dans les unités spéciales de travaux dites les “bataillons de manœuvres”.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

groupe de musiciens sur la place de Sirince jouant de la turk halk muzigi

Ceux qui avaient fuit ces bataillons se réfugièrent en Grèce pour former une résistance contre l’armée ottomane. A la fin de la guerre en 1918, les jeunes rescapés greco-turcs de Kirkindja retournèrent dans leur village. Dido Sotiriyu, l’auteur grec qui a passé une partie de son enfance à Kirkindja nous décrit ainsi ces années de guerre:

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Vendeur d'amande, de noix et de pistache

“Les Allemands avaient laissé leur dépôt de munitions intactes à Ephèse. Les habitants de Kirkindja transportèrent au village les armes et les explosifs. A partir de ce moment-là, ils se sentirent en sécurité…” L’armée grecque qui occupa Izmir le 15 Mars 1919 fût applaudie par les habitants de Kirkindja avec une grande émotion.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Les jeunes de Kirkidja qui se considéraient comme grecs ne tardèrent pas à s’engager dans l’armée grecque pour lutter contre les soldats ottomans. Le Traité de Sèvres conclu le 10 Août 1920 encouragea même cet engagement. Après la Victoire des Turcs contre les occupants, le 30 Août 1922 et la délivrance d’Izmir, le 9 Septembre 1922 la plupart des villageois greco- turcs de la région émigrèrent en Grèce.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Petite boutique dans les rues du village

Kirkindja devint alors un village inhabité. Après le Traité relatif à l’Echange des populations, signé en 1924 entre la Turquie et la Grèce, Kirkindja acceuilla ses nouveaux habitants turcs venant de Salonique, Kavala et Provusta. Le village commence à ressusciter.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

Le gouverneur d’Izmir, Kazım Dirik Pasha qui se rendit à Cirkince dans les premières années de la République suggéra aux habitants le changement de nom du village en leur disant “Un lieu si plaisant ne mérite pas d’être baptisé Cirkince (Laid). Il ne peut être appelé que Sirince.” Ainsi Cirkince devint Sirince.

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)

 

                                                   DIAPORAMA SIRINCE

SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
SIRINCE LE BUGARACH TURC (6)
Partager cet article
Repost0
free - dans TURQUIE