Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2018 4 18 /10 /octobre /2018 06:39
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Saorge était une place forte de grande importance contrôlant la route de Nice à Turin par le col de Tende. Des frères franciscains récollets y fondèrent leur couvent en 1633, à l'époque de la Réforme catholique.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Il surplombe aujourd’hui le village et les gorges de la Roya, aux portes du Mercantour. Pour rejoindre le monastère de Saorge, il faut oublier sa voiture et monter à pied depuis le petit village perché du même nom, situé dans l’arrière-pays de Vintimille (Italie). Nous sommes dans le comté de Nice historique.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Là, dans la vallée de la Roya, à 800 mètres d’altitude environ, les franciscains de la branche des récollets, ont bâti au XVIIe siècle un vaste couvent et une église. Le chantier mené par les frères eux-mêmes commença en 1648 et dura une quinzaine d’années.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

En l’absence d’archives, on ne sait pas précisément combien de membres a pu compter la communauté, sans doute une douzaine. Les bâtiments furent restaurés entre 1760 et 1762 par le maître-maçon Calderari de Lugano qui apporta un complément de décoration à l’église et au cloître.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Le cloître et le réfectoire présentent des décors peints exceptionnels des XVIIe et XVIIIe siècles : fresques illustrant la vie de saint François d’Assise, allégories des vertus, cadrans solaires et trompe-l’œil. L’église a conservé son mobilier et de magnifiques boiseries sculptées. Il y règne une grande harmonie entre goût du baroque et sobriété, propre à l’ordre des franciscains.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Un vaste jardin en terrasses complète harmonieusement cet ensemble, avec son verger et son potager, ouvrant sur des montagnes préservées. Occupé par les franciscains jusqu’en 1988, le monastère abrite aujourd’hui une résidence d’écrivains. 

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Le couvent de Saorge dégage quelque chose de tout à fait exceptionnel, géré par le Centre des Monuments nationaux, qui veille aussi sur l’abbaye du Thoronet ou le Fort de Brégançon. C’est vraiment un lieu où l’on sent toute l’humilité franciscaine. Les franciscains ont vraiment choisi un lieu exceptionnel pour vivre leur recherche de Dieu, de l’ascèse et de la pauvreté.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Le moment le plus beau est sans doute lorsque le soleil se lève sur la vallée de la Roya au mois de juin ou juillet. Il n’est guère fréquent que le baroque donne dans la sobriété. C’est pourtant le cas de celui de Saorge. L’architecture de l’ensemble répond à l’exigence de simplicité chère aux frères de saint François. Mais qui dit simplicité n’exclut pas la beauté !

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Dans l’église, on ne trouve ni marbres, ni dorures, ni volutes typiques de l’art baroque, mais les frères ont réalisé quelques faux marbres et des fenêtres en trompe-l’œil pour créer une théâtralité baroque. Le couvent est surtout remarquable pour son ensemble de fresques peintes. Le cloître est décoré d’une vingtaine de fresques du XVIIIe siècle racontant la vie de saint François, inspirées par celles peintes par Giotto en Italie.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

La lecture de sa vie est clairement hagiographique. On le voit naître dans la paille «  tel un nouveau Christ «  alors qu’il était issu d’une riche famille de drapiers. Les célèbres épisodes de sa vie comme la rencontre avec le lépreux, l’accueil de sainte Claire, la rencontre avec le loup de Gubbio ou la réception des stigmates sont représentés.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Le réfectoire bénéficie lui aussi une décoration soignée, avec de très belles fresques peintes à la fin du XVIIe, qui sont dans leur état d’origine. Trois d’entre elles traitent des vœux : la chasteté (un tamis séparant le bon grain de l’ivraie), la pauvreté (des outils symbolisant le travail) et l’obéissance (un chien, animal fidèle et obéissant).

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Une quatrième représente la vertu d’humilité, avec la sentence « Surgo ni, non cadam » (Je ne m’élèverai pas pour ne pas tomber), sous la forme énigmatique d’un globe flottant, accompagné d’une chaîne. Personne n’a réussi à ce jour à nous dire ce que ce globe représente. C’est une énigme totale !

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

En avril 1794, les Franciscains sont chassés par les soldats français entrés dans Saorge et qui occupent le couvent. Il fut ensuite affecté à l’Hospice communal puis rendu aux Franciscains en 1824. Ils y sont demeurés jusqu’en 1903, date de promulgation de la loi sur les congrégations. Ensuite le monument a périclité avec des affectations diverses : colonie de vacances, occupation par les soldats italiens et allemands durant la Seconde guerre mondiale.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

L’État a racheté le bâtiment en 1967 et l'a restauré. À la suite de ce programme, il est réoccupé entre 1969 et 1988 par des frères franciscains. Après leur départ, l'État a recherché un programme permettant de préserver le monument et de le faire revivre dans un mode proche de sa destination originelle. Il a conçu le projet d’y héberger des écrivains à la place des religieux et en a confié la gestion au Centre des monuments historiques.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Depuis 2001, le Monastère est destiné à recevoir des écrivains, traducteurs, scénaristes et compositeurs de musique. La partie résidentielle du monument est désormais ouverte à des retraites d’écriture, ainsi qu’à des séminaires, colloques, ateliers d’écriture ou de traduction. L'édifice est classé au titre des monuments historiques depuis le 14 Avril 1917.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Le couvent de Saorge a repris le même plan que le Monastère de Cimiez à Nice celui des couvents construits au  XVIIe siècle en Ligurie et dans le sud du Piémont. Les bâtiments sont disposés autour d'un cloître rectangulaire. L'église est placée sur le côté nord. Les autres bâtiments à deux niveaux sont disposés sur les trois autres côtés.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Autour du cloître ont été disposés les quatre galeries à arcades cintrées. Sous chaque galerie, les lunettes des voûtes ont été décorées. À l'extérieur, le jardin conventuel comprend des bassins d'arrosage, des pergolas couvertes de vignes, des plantations d'arbres fuitiers et un potager. Les jardins du monastère sont aménagés en restanques sur une pente forte. Chaque restanque est soutenue par des murets voûtés, que l’on appelle voutains.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Une grande partie de ces jardins, qui respirent la sérénité, est destinée à la production potagère. Elle permet de nourrir les résidents en retraite d’écriture, s’inscrivant ainsi dans la pure tradition vivrière des monastères.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Le microclimat de  Saorge permet d’y cultiver une grande diversité de légumes et de plantes aromatiques, condimentaires et médicinales, ouvrant la voie à une vraie pédagogie des pratiques traditionnelles en la matière.

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

 

                        DIAPORAMA MONASTERE

UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)
UN MONASTERE ENTRE CIEL ET TERRE (3)

Partager cet article

Repost0
free - dans COTE D'AZUR