Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 00:15

SARDAIGNE-6374.JPG

 

  Cette ile pratiquement inconnue des Français est une ile à l'inépuisable patrimoine de mythes et de légendes, vestiges d'un glorieux et fascinant passé. C'est une terre au riche passé historique et culturel, tel un musée à ciel ouvert.  Ses nombreuses invasions successives ont laissé leurs traces pour laisser un patrimoine inestimable. Ce territoire très convoité a ainsi vu le passage des Carthaginois, des Romains, des Byzantins, des Pisans, des Génois, des Toscans, des Espagnols, des Autrichiens, des Piémontais ....

SARDAIGNE-4060.JPGSARDAIGNE-4875.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ichnusa " l'empreinte du pied de Dieu" est une excellente biére


Certaines traditions de la Sardaigne vous initieront à la douceur de vivre et au farniente. C'est l'occasion de profiter d'un rythme de vie tout méditerranéen pour changer des habitudes que nous avons perdu en France. Ainsi la sieste y est plus qu'ailleurs sacrée. De 13h à 17h, la vie s'arrête dans l'ile. Personne dans la rue, pas une boutique ouverte, ni de station essence (ne pas deranger le garagiste qui roupille sur son fauteuil) nous sommes dans un pays chaud ou le soleil règne en maitre, ce qui peut se comprendre assez facilement, ce qui doit se comprendre facilement. Kalénti !

SARDAIGNE-4107.JPG Il pisolino pour les uns, l'abbiocco pour les autres qui se traduit donc par la sieste ou bien le coup de barre aprés le déjeuner. Cela fait partie des traditions depuis l'Antiquité dans l'ile. Nous connaissons aussi cela, à Nice, et il est hors de question de déranger à la quiétude d'un indigène... semus franzesus fizzu meu !

SARDAIGNE-6201.JPGSARDAIGNE2-5931.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l’autre sens, un autre rite marque la fin de l'après midi: la passeggiata, ce moment privilégié durant lequel les Sardes se baladent, toutes générations confondues, s'arrêtant ici ou la pour discuter pendant des heures. Véritables ciment social et familial, cette promenade rituelle nous rappelle qu'en Sardaigne il ne faut jamais oublier de.... prendre le temps de vivre ! 

SARDAIGNE2-5948.JPGOn s'aperçoit bien vite que la fracture culturelle jeune-vieux n'est pas aussi marquée comme nous la connaissons dans l'hexagone. Encore une fois notre politique sociale qui a écrasé notre rythme de vie depuis 20 ans y est pour beaucoup. Les cousins d’Amérique et de Louisiane ne disent ils pas : Let’s the good times roll (laisse les bons temps rouler).

SARDAIGNE2-6146.JPGSARDAIGNE2-4362.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme souvent dans les régions transalpines à l'identité forte, la langue officielle est l'Italien, mais ici, presque tous les Sardes parlent la langue Sarde, qui varie beaucoup selon la zone géographique. La langue Sarde est une langue romane directement issue, non pas de l'Italien, mais de la langue latine antique dérivant de l'étrusque et du Ligure qui a ses racines dans le phénicien comme est issus le Corse, le vrais Niçois et le Monégasque (Corsu, Nissart, Munegu) contrairement aux langues occitanes ou provençales que l’on veut nous attribuer obligatoirement.

SARDAIGNE2-6284.JPGl'hotel ambulant d'un tour operator allemand


Dans les régions de Gallura, la langue parlée est une variété de Corse de Bonifacio issu du ligure génois, différent des autres régions Corse, par exemple. On trouve meme de l'influence catalane sur le nord ouest de l'ile vers Alghero. Cette identité fait aussi la spécifité des habitants qui composent les différentes régions sardes. Mais de partout avec cette hospitalité légendaire.

58.JPGSARDAIGNE2-4454.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand au drapeau à tête de maure, il trouve son origine en Sardaigne. Pour ce drapeau aussi, légendes et histoire sont mêlées de façon si inextricable que le mystère de ses origines demeure toutefois. Une croix rouge partage en quatre parties le fond blanc, chaque partie représentant la tête d'un homme noir avec un ruban blanc.

SARDAIGNE2-4217.JPG

petite crypte à Capréra


 En Sardaigne ce symbole est associé à la fierté du peuple Sarde, comme nous niçois, nous le sommes avec notre aigle et notre ratapignata. Mais, il semble que l'emblème constitué par les quatre Maures est d'origine espagnole au moment ou les espagnols allaient combattre les musulmans. Les chevaliers chrétiens de la Reconquista emportaient en guise de trophée, les têtes de leurs ennemis trépassés et ornaient symboliquement leur drapeau d’effigies des Maures.

SARDAIGNE2-4886.JPGSARDAIGNE2-5448.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet emblème a été introduit en Sardaigne au XIVe siècle par les Aragonais. Quand on regarde le drapeau, les quatre têtes sont tournées vers la droite. La tradition rapporte que les quatre têtes coupées seraient celles de quatre rois maures vaincus en 1096 par le roi Pierre 1er d'Aragon, sur intervention miraculeuse de St Georges. Par la suite, et selon les vicissitudes politiques de l'île sarde, les têtes, tantôt tournées à droite (synonyme de "paix" politique), tantôt tournées à gauche (défiant le pouvoir venant d'Italie), eurent les yeux bandés (exprimant l'asservissement qu'imposait aux Sardes le pays considéré comme dominateur), ou le bandeau sur le front et les yeux ouverts (symbole de la liberté du peuple sarde). En Sardaigne comme à Nice, on parle d'annexion et non pas de rattachement !

SARDAIGNE2-5433.JPGLa société sarde est dominée par ce que l'on appelle les trois M : Madonna, Mamma, Mangiare. Le peuple Sarde est profondément religieux. Le nombre et la splendeur de ses églises en témoignent. Même les plus petits villages peuvent en posséder plusieurs, et l'on voit, le dimanche matin, des groupes et des familles se rendre en masse à la messe.

SARDAIGNE2-5819.JPGSARDAIGNE2-5922.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le passage du Pape Francesco lors de notre arrivée à Cagliari était bien sur stratégique pour le souverain pontife et ses disciples. Quand on demande à un Italien ce qu'il a de plus important, on peut parier qu'il va répondre : la famille. De ce point de vue, les Sardes sont de purs Italiens. Les enfants sont au centre du noyau familial. Les mères jouent, par conséquent, un rôle de première importance puisqu'elles s'en occupent le plus souvent.

SARDAIGNE2-5466.JPGA la maison, c'est la Mamma qui a l'autorité sur toute la familia. Enfin, elles officient à la cuisine, ce qui nous conduit au troisième M. Ce troisième M est donc celui de mangiare, ou manger, activité très importante pour les Sardes, que l'on pense à la nourriture elle même ou à tout ce que l'acte implique. La cuisine Sarde est celle d'un peuple de bergers et de pêcheurs, riche de saveurs et pleine de simplicité, associé à la cuisine Italienne, la meilleure cuisine au monde, cela donne des plats et des recettes pleine de soleil.

SARDAIGNE2-6269.JPGSARDAIGNE2-5695.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

superbe tatouage de Jim Morrison sur le bras d'une Allemande

Passons à la légende du bandit Sarde  qui est toujours omniprésente et souvent pour les raisons politiques que nous connaissons. Le terme "bandit" désigne aujourd'hui encore quelqu'un qui échappe à la justice à la suite d'un crime (accusé à tord ou pas à l'image d’Yves Colonna) et qui se refugie dans le maquis ou il rejoint d'autres hommes partagent le même sort.

SARDAIGNE2-4869.JPG

Jnnùi pas penetrada sait femina, pas penetrada mancu sur bugìu, si capisce !


 Souvent le berger Sarde est le symbole de la revendication et de la résistance à l'autorité venant de la métropole. On lui doit un proverbe célèbre: Furat chi benit dae mare (celui qui vient d'au-delà des mers est un voleur). Les espagnols décrivaient les bergers Sardes comme pocos, locos, y malunidos, c'est à dire peu nombreux, fous et bagarreurs. A l'image de nos Barbets niçois, toute personne qui résistait au colonisateur était un bandit.

SARDAIGNE2-4366.JPGSARDAIGNE2-5348.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Téte d'eléphant sur la falaise

Par contre si vous respectez son identité, le berger Sarde est très ouvert et il vous offrira un Fil'e ferru. C'est une eau de vie artisanale qui atteint parfois plus de 70 degrés ! Fillette s'abstenir. Son nom vient d'une ruse ancienne. Lorsque les paysans Sardes distillaient clandestinement ce breuvage, ils cachaient leurs alambics dans les champs sous terre et marquaient les emplacements d'un fil de fer pour retrouver leur production.

SARDAIGNE2-5464.JPGPar contre, il ne faut jamais rejeter une invitation à boire un verre en Sardaigne. C'est la première règle qu'on apprend en faisant connaissance avec l'ile et ses habitants. Offrir du vin ou de la liqueur à volonté est une partie importante de l'hospitalité sarde.

SARDAIGNE2-4872.JPG

Non è bello ciò che è bello, ma è bello ciò che piace. Impossibile perdere la foto !


 Particularité Italienne par rapport à sa voisine Française, l'Italie est divisée en régions, provinces et communes, ayant, depuis les années 1970, des pouvoirs et des fonctions qui leur sont propres dans les domaines administratifs, législatifs et fiscaux fixés par la constitution à l'exemple des états américains ou bien des pays d'Europe qui sont en fédération et non pas comme le pouvoir jacobin centralisé à Paris.

SARDAIGNE2-5985.JPGUn statut spécial d'autonomie a été attribué à la Sicile, à la Sardaigne, au Trentin, à la Vénétie et au Val d'Aoste en raison de leurs conditions historiques et culturelles particulières (la Savoie et le comté de Nice aux mêmes particularités n'ont pas eu droit à cela en France). La Sardaigne est une région dotée d'un degré d'autonomie supérieur à celui de la plupart des autres régions. Le statut approuvé le 26 février 1948 dans la loi constitutionnelle italienne, donne à la Sardaigne (ancien royaume des états de Savoie) le droit de légiférer de façon exclusive sur certaines matières, comme les organismes locaux, l'urbanisme, l'agriculture et les forets.

SARDAIGNE2-6024.JPG

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ». Garibaldi.


 La Sardaigne possède une tradition agricole ancestrale. L’agriculture, l'élevage et la pêche représente depuis toujours la base économique de l'ile. Prés d’un million de chèvres et 4 millions de moutons, le cheptel est principalement formé d'ovins et de bovins (5 millions de têtes). C’est pour cela qu’ici, on y trouve un terroir exceptionnel…

SARDAIGNE2-6027.JPG

  grazie mille per la foto  Gianna


                               DIAPORAMA SARDAIGNE


  
Repost 0
free - dans SARDAIGNE
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 19:33

SARDAIGNE-5605.JPG

Harley Davidson Cagliari 65 Via Franscesco Cuisa

 

Marcello me raconte un peu l'historique du club Harley Davidson de Cagliari et de ses 80 membres. J’apprends qu’il y a un Giordano dans le groupe, ce n'est meme plus un scoop maintenant, tant nous occupons la planéte ! . Il me dit, que c'est dommage que l'on ne soit plus ici pour le 04/05/06 Octobre car, il nous aurait invité à la grande fiesta annuelle qu'il prépare avec son chapter.

SARDAIGNE-5611.JPGSARDAIGNE-5613.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roberto le boss du magasin se souvient du passage des membres niçois en 2008 dans son établissement et de la grande fête qui fut organisé pour leur venue (Nice et Cagliari sont jumelées). Il me demande des nouvelles de son président qui n'est autre que le mari à la sœur de mon gendre. Cela a le mérite de lier les amitiés plus facilement et rapidement.

SARDAIGNE-5618.JPGMarcello me donne tous les détails sur une carte pour la visite de la cité avec les endroits stratégiques pour le parking de nos motos car, le centre historique est surtout piétonnier. Cagliari et son agglomération est une ville d'un demie million d'habitants au trafic dense et nous n'avons qu'une demi journée pour la visite du centre historique et du quartier médiéval comprenant la cathédrale romane de style pisane Santa Maria érigée au XIIe siècle.

SARDAIGNE-5616.JPGSARDAIGNE-5617.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis non loin de la ou se dresse la tour de l'Eléphant, la fortification pisane du Castello construite en 1307 ainsi que celle de San Pancrazio autre fortification pisane du début XIVe siècle, l'église San Saturno, de style roman et la terrasse Umberto, le célèbre belvédère de la ville. Enfin  depuis la Piazza Arsenal, où se trouve la Citadella dei Musei et la Porta Cristina, on découvre tout le vieux Cagliari. Tout cela fait peu de temps pour visiter cette ville très intéressante, tout en sachant que nous devons refaire les 170 kilomètres pour le retour sur Arbatax.

SARDAIGNE-5626.JPG

Piazza Palazzo (le palais de la maison de Savoie se trouve ou il y a le drapeau)


 Les infos de Marcello et de Roberto s’avèrent très utiles car nous arrivons la veille de la visite du Pape François et la ville est en pleine effervescence pour l'accueil de sa sainteté. Beaucoup de rues et d'avenues sont bloquées autour de la Basilique et de la Cathédrale, car on installe les gradins et les barrières à son passage.

SARDAIGNE-5631.JPG

Piazza Carlo Alberto


 La religion catholique occupe une place importante dans la vie des sardes. Non seulement parce que à l'exception des temples antiques, tout ou presque de ce qui est à voir dans l'ile s'appelle duomo ou chiesa, mais aussi parce que la région imprègne encore fortement la vie quotidienne.

SARDAIGNE-5662.JPG

Cathedrale Santa Maria


 La plupart des festivités sont des fêtes patronales, qui sont autant d'occasions de vénérer le saint ou la sainte qui, dans le passé, a marqué l'histoire de la ville. Ces manifestations sont de grands moments pour montrer sa dévotion. Marcelo, Roberto et tout le club Harley Davidson seront présent pour le passage de "Papa Francesco". On peut être un biker tatoué aimant la fête, le sexe et l'alcool et avoir la foi religieuse... Pour mon compte, je préfère aller voir un bon concert des Rolling Stone ou de Motorhead !

SARDAIGNE-5671.JPGSARDAIGNE-5687.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allez ! Ce n'est pas le tout, mais il faut visiter Cagliari maintenant, car demain nous reprendrons notre route pour le bateau à Olbia et déjà rentrer sur Nice. Comme dans tous les ports de la Méditerranée, l'idéal serait d'y arriver en bateau, pour mieux découvrir en une seule vision le site exceptionnel de Cagliari, capitale de la Sardaigne, résolument tournée vers le Sud.

SARDAIGNE-5675.JPGAu fond d'une vaste baie accueillante, bordée par des étangs et d'anciens marais salants, la ville s'étend sur des petites collines dont la plus remarquable est le Castello cœur historique ou nous nous rendons immédiatement après notre passage chez le concessionnaire Harley. Sur les conseils de Roberto, nous empruntons de longues rues qui montent vers la cathédrale et deviennent soudain de sombres et étroits boyaux parfois biscornus.

SARDAIGNE-5679.JPG

Les tours sont ouvertes vers l'intérieur du Castello, ce qui permettait de le protéger aussi bien vers l'extérieur que vers l'intérieur. On trouve cette technique en comté niçois à Luceram et bien sur cela n'a pas été conçu par vauban, mais par des ingénieurs italiens.


 Quand l'écrivain D.H Lawrence y passa en 1921, il décrit "une ville nue, escarpée, à pic, toute dorée... étrange, étonnante, nullement italienne, elle s'étage hautaine, comme dans une miniature et m'évoque Jérusalem... On se demande comment elle a pu se planter la... elle rappelle Malte mais non l'Italie". Et pourtant, Cagliari est bien Italienne, tout en étant totalement sarde par le cœur et l'esprit comme je suis totalement niçois.

SARDAIGNE-5688.JPGSARDAIGNE-5690.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa solitude a forgé son caractère, mais c'est aussi ce qui lui a permis de maintenir sa personnalité, telle une femme ombrageuse, libre et oubliée, devenue capitale de la plus rustique et de la plus belle des iles de Méditerranée. Cagliari est moins baroque et charivarique que Naples, moins complexe que Palerme, moins luxueuse que Nice, mais évidemment beaucoup plus simple d'accès que Gênes ou Rome.

SARDAIGNE-5706.JPG

Bastion Saint Remy


 Certes on y circule assez mal même en moto, on se gare encore plus mal même en moto, parfois on s'énerve mais on est vite rattrapé par la bienveillance et la politesse qui fait la réputation des sardes. Sur le terrain, aucun point du centre n'est vraiment éloigné d'un autre. Cagliari à pied, un bon moyen pour aller et venir du port au Castello en musardant de ruelle en ruelle, de place en place comme on le ferait pour le vieux Nice.

SARDAIGNE-5708.JPGComme indiqué par Marcello, on trouve un parking moto gratuit avec de la place à l'entrée de la tour de Saint Pancrate. Bravo l'ami ! On arrive sur la plazza Palazzo bordée de belles façades ou se dresse la cathédrale. Pendant des siècles, ce fut le cœur, le moteur et le cerveau du pouvoir royal (le pouvoir royal possedait 3 palais: A Nice, Turin et Cagliari). La place et sa cathédrale pourrait servir à un décor de film historique tant c'est superbe.  Le palais ou logea l'empereur Charles Quint est voisin du palais ou abrita la maison de Savoie.

SARDAIGNE-5711.JPG

Terrasse Umberto


 Si Garibaldi à Caprera était un pèlerinage philosophique, ici c'est toute l'histoire de mon pays (Royaume de Piemont Sardaigne) qui défile. Quelques dizaine de mètres plus loin on arrive au bastion de Saint Rémy. La situation est exceptionnelle, l’immense esplanade Umberto comme un observatoire au dessus de la ville, le panorama sur la ville et la méditerranée est grandiose.

SARDAIGNE-5716.JPGBeaucoup de jeunes boivent un café au Dégli Spiriti et nous faisons comme eux, mais en demandant un « café longo » car en Italie le café se résume à la valeur d’une petite cuillère. Il est pourtant temps de récupérer nos motos pour retourner au camping d'Arbatax. Sur la route du retour, nous passons par la lagune de Molentagius, réserve naturelle réputée pour la nidification des flamants roses. On en voit des milliers...

SARDAIGNE-5736.JPGDemain nous prendrons la route pour le Nord et reprendrons notre ferries à Olbia qui nous ramènera à Gênes. La Sardaigne nous laissera que des images de beauté, ou l'on en a plein les yeux. On se retrouve à la fois sur des paysages d'Argentine ou des Caraïbes. C'est une ile à l'identité très marquée et c'est la sa force, car elle a gardé sa beauté sauvage et sa personnalité indépendante, fière et insoumise. Sardaigne tu es l'ile de "Super Beauté".

SARDAIGNE-5741.JPGBasilique Notre Dame de Bonaria

 

Je ne peux vous quitter bien sur sans une petite anecdote historique auquel le comté de Nice faisait parti intégrante de la maison de Savoie et du royaume de Piémont/Sardaigne autrefois. Quand on s'intéresse à l'histoire du drapeau corse, il est inévitable de penser au drapeau officiel de la Sardaigne qui arbore sur champ blanc et croix rouge de St Georges quatre têtes de Maures au front ceint d'un bandeau. Quand on regarde le drapeau, les quatre têtes sont tournées vers la droite. Pour ce drapeau aussi, légendes et histoire sont mêlées de façon si inextricable que le mystère de ses origines demeure. La tradition rapporte que les quatre têtes coupées seraient celles de quatre rois maures vaincus en 1096 par le roi Pierre 1er d'Aragon, sur intervention miraculeuse de St Georges.

 20130924_115737.jpg

C'est dans la seconde moitié du 14e siècle que les quatre têtes Maures apparaissent liées à la Sardaigne. Par la suite, et selon les vicissitudes politiques de l'île sarde, les têtes, tantôt tournées à droite (synonyme de "paix" politique), tantôt tournées à gauche (défiant le pouvoir venant d'Italie), eurent les yeux bandés (exprimant l'asservissement qu'imposait aux Sardes le pays considéré comme dominateur), ou le bandeau sur le front et les yeux ouverts (symbole de la liberté du peuple sarde).

Je rappelle donc que la Sardaigne est une région autonome régie par un statut spécial, approuvé par une loi constitutionnelle du 26 Fevrier 1948 du gouvernement italien. Chez nous en ce moment, nous devrions mettre notre aigle les yeux bandés....

sardigna.jpg

                                DIAPORAMA DE CAGLIARI


  
Repost 0
free - dans SARDAIGNE
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 20:27

SARDAIGNE-5287.JPG

 l'imposante barre rocheuse de Mont Oddeu

 

Avant de vous parler de notre excursion en bateau de la veille qui fut alterné de gros nuages  le matin et du soleil et du vent l'aprés midi, laissez-moi-vous parler de cette balade magique dans la région de l'Ogliastra. La main de l'homme n'y a pas laissé de traces, ou très peu dans les hauteurs de la région. Seuls quelques villages juchés sur leur perchoirs rocheux, accrochés à des flancs de falaises calcaires et très peu habités dominent fièrement la plaine et le littoral voué aux loisirs balnéaires.

SARDAIGNE-5268.JPG

pain de sucre de près de 200 mètres à Cala Goritze


 Au physique comme au caractère, cette région regarde de loin la mer mais s'attache d'abord à la montagne. On dit que l'Ogliastra possède un nombre élevé de centenaires, car la longévité de ses habitants y est exceptionnelle. Okinawa au Japon et l'Ogliastra seraient les deux records de longévité humaine au monde. On peut voir de très beaux anciens assis sur les bancs au bord de la route.

SARDAIGNE-5964.JPG

la torre di Bari à Barisardo


 Commencez votre itinéraire par Barisardo, vous y découvrirez la Torre di Bari une ancienne tour médiévale situé sur un petit promontoire rocheux sur la plage. La construction de la tour a été réalisé en 1572 par le capitaine Marco Antonio Iglesias Camos, puisque ce site était très fréquenté par les pirates. La tour est construite avec des rochers de granit et de basalte local. Le centre ville et sa paroisse Notre-Dame de Montserrat mérite aussi le détour. Continuez votre route vers Cardédu.

SARDAIGNE-6051.JPG

Gairo Vecchio


 C'est peut-être la plus célèbre ville fantôme de la Sardaigne, sûrement l'un des plus beaux et pittoresques coins de l'Ogliastra et de toute l'île. L'histoire est tourmentée. Commencez à la fin du XIX siècle, lorsque plusieurs tempêtes violentes causant des glissements de terrain et des coulées de boue menace le village, et continue pendant environ un demi-siècle, jusqu'à la terrible inondation de 1951 (un peu comme il s'est passé il y a 3 jours).

SARDAIGNE-6061.JPGLe village n'est plus sûr, et les autorités décident de le reconstruire ailleurs. Mais il n'y a pas d'accord sur l'endroit où la construction du nouveau centre devra se faire et c'est ainsi que Gairo est divisé en trois secteurs: Helena, Taquisara et Cardedu. Le premier est appelée simplement Gairo et est situé à quelques mètres au-dessus de la vieille ville. Le second, Taquisara, à quelques kilomètres et c'est un joli village de seulement 300 habitants.

SARDAIGNE-6067.JPGLe troisième, Cardedu est construit sur la plaine près de la mer. Mais c'est précisément Gairo Vecchio, le village qui n'existe plus, qui continue d'attirer les touristes qui aiment les routes alternatives à celles de la carte postale de Sardaigne. Venant de Osini, sur le côté opposé de la vallée, on peut voir les deux Gairo l'ancien et le nouveau-dessus.

SARDAIGNE-6109.JPG

le village de Ulassei


 A quelques kilomètres et quelques virages en épingle à cheveux plus tard, on  tourne à droite, et cela mène à l'ancien village: ici, on peut se garer sans problème et faire une promenade dans les ruelles de Gairo, entre les escaliers et les bâtiments délabrés aux murs roses et bleus caractéristiques. Pour des raisons de sécurité, il est interdit d'entrer ou de s'approcher des vieilles maisons, où l'on peut encore trouver fenêtres, escaliers, cheminées et autres petits signes de ce qui devait être autrefois la vie dans le vieux Gairo et ou l'on retrouve immanquablement la Via Garibaldi.

SARDAIGNE-5327.JPGIl paraitrait même qu'en automne et en hiver, dans le froid et  la brume, on a l'impression d'errer dans une atmosphère enchantée, comme enveloppé par le brouillard du passé. Pour vous y rendre, rien n'est indiqué, ni sur les guides, ni sur les signalisations. A la sortie de Cardedu, j'ai demandé la route à un vieux sarde qui m'a immédiatement indiqué le chemin et qui était en train de me raconter toute l'histoire du village.

SARDAIGNE-5405.JPGDe Tortoli (Arbatax) il faut prendre la SS125 en direction de Barisardo, traversé celui ci en prenant la route intérieure qui va à Cardedu. A la sortie du village de Cardedu et avant le pont, il faut prendre la direction de Lanusei ou Villanova Strisaili, entrez dans Gairo et suivez les indications pour le centre de la vieille ville, situé à seulement quelques mètres à la sortie du village... Se promener parmi ces ruines est un univers fantastique.

SARDAIGNE-5517.JPGOn continue la visite sur deux autres villages de montagne réputés pour leurs vins: Jerzu et Ulassai. La route est belle sinueuse comme on les aime en moto, la bourgade est agrippée à de hautes falaises calcaire, les maisons s'étagent sur plusieurs niveaux. L'église est dédiée à Saint Antoine de Padoue. Autour, les vignobles de Jerzu donnent le cannonau le plus connu des vins sardes. Le village suivant Ulassai s'est lui aussi développé en nid d'aigle à flanc de montagne dans un superbe paysage de falaises parsemées de chênes verts.

SARDAIGNE-5311.JPG

ici aussi les hirondelles font leurs nids


 Maintenant, c'est une tout autre balade que nous faisons, puisque nous allons longer la cote qui arrive au Golfe d'Oresei et faire quelques haltes dans les différentes plages nichées dans les criques sauvages. Nous prenons le bateau à partir d'Arbatax, mais nous pouvons le faire aussi au départ de Santa Maria Navarese petite station balnéaire que nous avons visité et qui semble glisser imperceptiblement vers la mer.

SARDAIGNE-5419.JPGAttention merveille des merveilles, dommage que le soleil n'est pas été au RDV de cette excursion vers la plage de Goloritzé parsemée de gigantesques rochers, les splendides fonds turquoise de la localité sont célèbres. Un grand arc de pierre, que l'on peut traverser en bateau, perce le promontoire rocheux de Goloritzé, créant ainsi un autre superbe panorama, unique sur cette côte.

SARDAIGNE-5488.JPGPlus loin on trouve les hautes falaises des faucons, compactes, majestueuses jusqu'au Capo di Monte Santu. Le promontoire du massif karstique présente trois entailles: les étroits et très beaux "fjords" de Portu Iltiera, Portu Cuau et Portu Pedrosu.

SARDAIGNE-5529.JPGOn finit notre excursion par la plage de Céa et les célèbres "Is Scoglius Arrubius" des rochers aux formes ciselées et de couleur rougeâtre tout comme les Rocce Rosse d’Arbatax constituée de porphyre rouge antique, de granite et de filons de roche basique...

SARDAIGNE-5587.JPGC'est l'un des plus remarquables sites naturels de méditerranée et sans doute un des mieux protégés des cotes sardes. Nichée au pied d'une immense muraille en calcaire, il est impossible de faire  le golfe autrement qu'en bateau, car déclaré en parc national.

SARDAIGNE-5591.JPGOn est immédiatement ébloui par ce paysage majestueux. Le regard embrasse un panorama exceptionnel à 180°  ou les falaises rocheuses et séculaires descendent dans la grande bleue turquoise d’une mer limpide et éblouissante, éternellement attirante…. Si après cela vous n’êtes pas satisfait de votre voyage, il ne vous restera plus que le voyage sur Mars !

SARDAIGNE-6209.JPG

 

                              DIAPORAMA DE LA BALADE


  
Repost 0
free - dans SARDAIGNE
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 07:25

SARDAIGNE-5138.JPG Nous prenons l'orientale Sarde la SS 125  qui est particulièrement populaire auprès des motards, en vertu des nombreuses courbes et des paysages spectaculaires. L’Orientale Sarda, entre Dorgali et Tortoli (Arbatax), est une des plus belles routes de Sardaigne. Elle traverse des paysages de montagne sauvage, aride et austère.

SARDAIGNE-5143.JPGOn passe par le col de Genna Silana pour apercevoir le canyon de Goroppu, puis les villages d’Urzulei et de Baunei (vue superbe entre terre et mer). Ces 66 kilomètres de route de montagne et de virages sont un pur bonheur. Les paysages sont grandioses et il n'est pas rare de rencontrer chèvres, moutons, chevaux sauvages et cochons noirs au bord de la route.

SARDAIGNE-5147.JPGSARDAIGNE-5153.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous aimez la Sardaigne respecter sa beauté et sa nature 


On fait une halte à la plage de Cala Gonone pour y pique niquer. Nous reprenons notre route à partir de Dorgali la capitale du nougat Sarde, ensuite la route jusqu'a Oliena est trés agréable, puis nous continuons notre itinéraire jusqu'à Orgosolo, bourgade accrochée aux montagnes du Supramonte et dont les ruelles pentues laissent parfois entrevoir un superbe panorama dolomitique, souvent décrit comme "le bastion de l'identité Sarde".

SARDAIGNE-5155.JPGIl semble en effet que la population, aujourd'hui encore pastorale, du canton d'Orgosolo concrétise à elle seule le mythe de l'irréductibilité de tout le peuple Sarde, ce qui n'est pas pour me déplaire quand on connait mes opinions avec l'identité niçoise et celle de mon association. Le territoire d'Orgosolo fut le haut-lieu historique du banditisme d'honneur (une "spécialité" sarde), et de sa répression (une "spécialité" étrangère).

SARDAIGNE-5156.JPGRappelons que le banditisme d'honneur est l'expression des conflits survenus entre la population insulaire, vivant selon un code ancestral peu ou pas écrit, et une force d'occupation continentale imposant par la force un code étranger. Comment bien sur ne pas penser à ce moment la à nos glorieux (résistants) barbets qui ont combattu farouchement les troupes d'occupation de la république française et qui étaient traités de bandits, alors qu'ils défendaient la liberté de leur pays.

SARDAIGNE-5162.JPG

L'homme blanc a emmené avec lui un morceau de papier, il nous a demandé de le signer, lorsque nous avons appris l'anglais, nous nous sommes aperçus, qu'avec ce papier... nous avions, perdu notre Terre.


 La saga des bandits* d'honneur, farouche et orgueilleuse, romantique et teintée de magie, reste vivante dans les mémoires sardes. En tout cas, ce passé dramatique justifierait à lui seul l'imagerie contestataire qui fleurit sur les murs d'Orgosolo et qui fait de cette bourgade perdue un haut-lieu artistique international. Trois bonnes centaines de peintures murales remarquables, attirent ici touristes et aficionados du Muralisme.

SARDAIGNE-5165.JPGPerdez vous dans ce village aux murs peints par des artistes, un village qui porte le message du monde, un endroit rare ou l’actualité se mêle à la contestation, ou le règlement de compte se fait par murs interposés, ou le bonheur se lit sur la muraille ou la couleur porte le message.

SARDAIGNE-5166.JPGSARDAIGNE-5176.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les peintures murales d'Orgosolo constituent un phénomène social, artistique et politique unique en Europe. Tout a commencé au XIXe siècle. Les habitants d'Orgosolo esprits de bergers fiers et libres, ne voulaient pas se soumettre aux lois policières du gouvernement de la nouvelle Italie unifiée (ce fut le cas avec le pays de Nice en 1871). Réfractaires, solidaires, ils donnèrent du fil à retordre à la police italienne.

SARDAIGNE-5171.JPGNe dit on pas aussi qu'Orgosolo était un repère de bandits d'honneurs sardes réputés imprenable ? Le passé explique souvent le présent. Les rebelles d'hier ne sont plus des bandits* cachés dans le maquis, mais des citoyens d'aujourd'hui animés par une forte conscience politique et sociale. L'histoire des peintures murales débute en 1969. Cette année la, le gouvernement italien décida, sans demander l'avis des habitants, d'implanter un grand camp militaire sur des milliers d'hectares. Les habitants refusèrent le projet et s'organisèrent en mouvement de contestation pour en empêcher la réalisation.

SARDAIGNE-5179.JPGLa lutte fut longue et difficile. Pour exprimer leur mécontentement et leur hostilité à l'implantation du camp, des anarchistes venus de Milan, associés à des artistes locaux autodidactes, commencèrent à peindre des slogans politiques sur les murs. Les slogans révolutionnaires et libertaires furent de plus en plus nombreux, inscrits dans de vastes et belles peintures murales. Ainsi débuta le phénomène des murs peints de la ville. L'hostilité et la ténacité des habitants dans le combat finirent par être victorieuse et le projet de camp militaire fut annulé.

SARDAIGNE-5189.JPGDepuis cette époque, le mouvement muraliste d'Orgosolo a pris une telle ampleur que la ville figure maintenant comme une cité emblématique de cet art populaire en Italie et dans toute l'Europe. Les thèmes sont très liés à la politique locale, nationale et à l'actualité internationale. Le principe est de ne jamais les restaurer. La peinture murale peut perdre de son éclat en veillant, mais son génie traverse les âges.

SARDAIGNE-5194.JPGJe rappelle ici que la Sardaigne est devenu une région autonome, elle permet aux sardes de prendre en main le destin de leur ile. Depuis la plus vieille terre d'Italie (Royaume de Piémont Sardaigne dont Nice était rattaché) a su parfaitement allier tradition et modernité. Tout cela contribue à attirer les amateurs de tourisme intelligent (c'est à dire le tourisme vert, écologique et alternatif).

SARDAIGNE-5200.JPGIl n'y a pas plus accueillant que le "bandit" sarde pour qui tout visiteur étranger est sacré. A quand un Comté de Nice autonome séparé d'une région PACA qui ne lui correspond pas culturellement et dont nos impôts servent à éponger les dettes et le déficit d'une région Marseillaise qui vit sur le dos des autres .... Nice est très lié historiquement à la Sardaigne ou beaucoup de niçois ont des souches Sardes. Nous devons absolument faire un pont et privilégier ceux qui dépendent de nos racines et se tourner de nouveau vers les notres....

SARDAIGNE-5203.JPG *Corbeddu Giovanni est le combattant Sarde contre l'oppresseur comme le fut le barbet et martyre niçois Lalin Fulconis éxécuté par les soldats de la république. Roi du maquis et homme d’honneur, Robin des Bois de la Barbagia. Ce « bandit d’honneur » doit sa réputation à sa générosité qui lui donna un grand prestige et à ses combats contre l'envahisseur, c’est à lui que d’autres bandits et des propriétaires terriens menacés dans leurs biens faisaient appel.

SARDAIGNE-5206.JPGL’épisode auquel est attaché son nom est celui de l’enlèvement et la séquestration de deux Français, négociants en bois, entre Seulo et Aritzo, par une bande d’une douzaine d’hommes qui réclamait une rançon de 100 000 lire. Le président du conseil d’alors, redoutant un incident diplomatique avec la France, chargea le préfet de ce délicat problème. Celui-ci demanda la collaboration du redouté et respecté Corbeddu. En deux semaines le Robin des Bois de la Barbagia fit libérer les deux otages et refusa la récompense de 20 000 lires qui lui avait été promise. Cet heureux dénouement contribua encore à sa notoriété et à sa légende.

SARDAIGNE-5151.JPG

*Mythe ou réalité, légende ou romance ? Aujourd'hui encore, les mauvaises langues prétendent que les femmes d'Orgosolo répugnent à épouser un homme qui n'aurait pas connu la prison... Dans le Supramonte, on rencontre encore régulièrement ces vieilles dames à la jupe plissée noire longue, et au long chale brun de laine qui couvre la tete, le dos, et descend presque jusqu'au genou. Elles sont toutes pareilles, courbées par le temps, veuves et encore toujours à pied. Fiéres de leur origine et de leur identité pour le seul pays qui compte à leurs yeux.

SARDAIGNE-5190.JPG

L'identité est notre mémoire, la refuser c'est mourir dans le desespoir

 

Voici une traduction que j'aime bien dans une photo que l'on voit dans mon diaporama: Lorsque les premièrs missionnaires, arrivèrent en Afrique, nous avions la terre et eux la bible. Alors nous avons fermé les yeux en priant. Lorsqu'on les ouvrit à nouveau, nous avions la Bible en main...Et eux avaient la Terre...

Viva la liberta é la countea, forza Nissa per sempre....


                                 DIAPORAMA DE LA BALADE



  
Repost 0
free - dans SARDAIGNE